Archives par mot-clé : Histoire France

Le regard de la classe politique sur la révolution de 1848

Texte écrit par Léa Menanteau

La révolution de février 1848 vu par Alexis de Tocqueville est un témoignage raconté après les faits, soit en 1893. Ce témoignage est dans ses Souvenirs, paru en 1893 où il écrivait à propos de la révolution de 18481. Notons que l’auteur fait part de son récit avec un recul de plusieurs années, ce qui lui permet de connaitre les conséquences importantes de l’insurrection de 1848. Le récit évoque les événements du 23 février 1848, se déroulant à Paris. L’auteur, Alexis Charles Henry, Comte de Tocqueville, avait prédit une révolution et il s’efforça de prévenir les politiques de leur corruption et leur mépris fasse aux revendications du peuple. Le 27 janvier 1848, soit un peu moins d’un mois avant les événements, Tocqueville fait en discours en présence du premier ministre François Guizot, où il dénonce la corruption et annonce une insurrection du peuple français1. Il faut dire que le contexte de 1848 laisse présager un soulèvement du peuple, alors que l’esprit révolutionnaire de 1789 perdure et que le roi Louis-Philippe gère une monarchie constitutionnelle qui alimente la corruption.2

Le document présente l’observation que Tocqueville fait de la révolte de février 1848, avec le recul de 1893. Ce document nous permet de nous plonger au cœur des événements et d’en comprendre les détails. Plus encore, il permet de répondre à la question suivante : « Qu’elles furent les révoltes du 23 février 1848 sous le regard d’un politicien et philosophe-t-elle que Tocqueville? Que peut-on ressortir de l’aspect sociohistorique de l’évènement grâce à son témoignage? ».

Continuer la lecture de Le regard de la classe politique sur la révolution de 1848

  1. Ancery, 2019 [] []
  2. ARTE, 2020 []

La révolution de février 1848 vue par Alexis de Tocqueville

Texte écrit par Jérôme Lafrance-Carpentier

Qui est Alexis de Tocqueville?

Né en 1805 à Paris, Alexis de Tocqueville est un auteur, un philosophe politique libéral et un homme d’État français. Il s’intéresse particulièrement au fonctionnement politique et les changements liés avec l’arrivée de la démocratie. Il observe ce nouveau mouvement politique à la suite des révolutions américaine et française. Il écrit, après son voyage de 1831 en Amérique, deux œuvres majeurs de la pensée politique au XIXe siècle, d’abord en 1840, « De la démocratie en Amérique » et par la suite en 1856, « l’ancien régime et la révolution ».1Pour Tocqueville, l’égalité des conditions est l’élément central de la démocratie. Dans ses écrits, il met également de l’avant l’importance de la liberté intellectuelle et politique dans la société. En plus d’avoir écrit ses œuvres littéraires et politiques, Tocqueville a été député de la Monarchie de Juillet et ministre des Affaires étrangères pendant la Seconde République.2 Pour l’analyse suivante, il est question de son texte publié en 1893 dans « Souvenirs : Alexis de Tocqueville se promène dans Paris le 23 février 1848 ». Ce texte est écrit au moment de la révolution de février. Avant de s’attaquer au texte, dressons-nous un portrait des événements qui ont engendré la révolution et son déroulement.

Continuer la lecture de La révolution de février 1848 vue par Alexis de Tocqueville

  1. Alexis de Tocqueville, 2012. p.398 []
  2. Brian Danoff, 2010. p.10 []

« Sous l’Arc de Triomphe » : la fête de la Victoire à travers le regard de Joseph Kessel

Texte écrit par Shanel Pigeon

On sait aujourd’hui que la fête de la Victoire du 14 juillet 1919 compte parmi les plus grandes célébrations militaires que la Nation française ait connu. À l’époque, des habitants de Paris et des départements environnants, accueillant les troupes victorieuses, sont conscients de l’ampleur du défilé, mais ne parviennent tout de même pas à saisir son importance dans l’histoire du pays. L’armistice est signé le 11 novembre 1918 et met fin de façon provisoire aux combats de la Première Guerre mondiale. Près de sept mois plus tard, le 27 juin 1919, à la veille de la signature du traité de Versailles, le gouvernement de Georges Clémenceau propose à la Chambre des députés d’organiser une grande parade le jour de la fête nationale pour célébrer ceux qui ont risqué leur vie, et ceux qui l’ont perdu, dans l’espoir de mettre fin à ce conflit1. La proposition est acceptée sans opposition et les préparatifs s’amorcent2.

Continuer la lecture de « Sous l’Arc de Triomphe » : la fête de la Victoire à travers le regard de Joseph Kessel

  1. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 31. []
  2. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 33. []