Archives par mot-clé : 20e siècle

Analyse d’une conférence portant sur les événements de l’Armistice du 11 novembre 1918

Texte écrit par Mathieu McDuff

À l’occasion du 4e anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, une fête à l’honneur des soldats français est organisé à Vitry-Le François, une ville située dans le département de Marne, ayant servi comme un des quartiers généraux de l’armée française et étanr entre autre passée aux mains de la Triple Alliance pendant la Première Guerre mondiale. Un professeur honoraire, Ernest Jovy, historien et philosophe quelque peu connu, est mandaté par le maire du bourg de donner une conférence portant sur les moments où l’armistice fut signée. Il avait comme objectif de porter hommage aux soldats. De ce document, trois éléments ressortent : la volonté des Alliés de briser l’Allemagne, la portée de cette guerre et le ressentiment qu’à la population envers le peuple allemand. Ceux-ci permettent de comprendre l’état d’esprit de la population des pays alliés à la fin de la guerre et durant les quelques années s’en suivant. Continuer la lecture de Analyse d’une conférence portant sur les événements de l’Armistice du 11 novembre 1918

Discours de Simone Veil en 1979

Texte écrit par Audrey Houle 

Le 17 juillet 1979, à la session inaugurale du Parlement européen à Strasbourg, Simone Veil a prononcé un discours politique marquant1. Cette femme, née sous le nom de Simone Jacob en 1927, est connue pour avoir eu un passé entaché de traumatisme. Cette dernière a notamment survécu à son passage au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau qui dura de 1944 à 19452. Toutefois, il n’en fut pas de même pour ses parents et sa sœur qui ont malheureusement succombé aux horreurs de ce génocide antisémite.  Continuer la lecture de Discours de Simone Veil en 1979

  1. Parlement européen. Allocutions de Mme Louise Weiss, doyenne d’âge et de Mme Simone Veil, président. Strasbourg: Parlement européen, 1979. p. 15 []
  2. Christophe Boutin. Les grands discours du XXe siècle (Ser. Champs classiques, 935). Flammarion. 2009 p.250 []

Le « profane » discours du 30 juin 1960 pour l’indépendance du Congo

Texte écrit par Josué Pomerleau-Lair

Le 30 juin 1960, le jour J pour la république démocratique naissante du Congo, c’est l’indépendance pour ce pays émergeant de 80 ans de colonisation. Le choix de cette date et la forme qu’elle prendra ont suscité de vifs débats en janvier de la même année lors de la table de ronde de Bruxelles. Lors de cette rencontre, les désaccords s’étaient bien faits entendre et avaient témoigné du faible consensus qui régnait tant entre la colonie et la métropole qu’entre les différents partis politiques congolais. Du moins, il y avait eu un accord pour la date d’indépendance (30 juin) et celle des élections générales prévues pour le mois de mai. Le chef du parti Mouvement national congolais (MNC), Patrice Lumumba, gagna les élections pour devenir le premier ministre, mais sa victoire de justesse trahissait le fait qu’il devait composer avec un pays morcelé par ses différences ethniques – on estime le nombre d’ethnies à plus de 2501. Quelques jours avant l’indépendance, plusieurs évènements importunent Lumumba lui laissant l’arrière-goût d’être impuissant et écarté du pouvoir. D’une part, les négociations avec la Belgique pour le traité d’amitié n’ont pas porté leur fruit pour le premier ministre qui s’est vu confronté à l’obstination et à l’attitude condescendante des diplomates belges. Ensuite, l’affaire Scheerlink vient faire peser la menace d’une sécession du Katanga – la région du Congo la plus riche en minerais – envers la nouvelle république. Enfin, le président Kasavubu agit sans consulter son premier ministre en invitant le roi des Belges à la cérémonie d’indépendance et lui accorde le droit de parole, alors que Lumumba n’obtient pas ce privilège. En plus de ces évènements, Lumumba obtient les textes des discours du roi et du président la veille de la cérémonie. Il est scandalisé à la fois par celui du roi au caractère pessimiste et condescendant envers l’avenir du Congo, et élogieux de « l’œuvre civilisatrice de Léopold II »2, et surtout par celui du président qu’il juge trop neutre et complaisant envers le roi. C’est ainsi que l’irritation gagne Lumumba et le conduit à prendre la parole le 30 juin sans le consentement du président. Outre les applaudissements des Congolais sur place, les réactions des diplomates étrangers, des politiciens congolais et tout particulièrement celles des Belges sont condamnatrices3. Les propos de Lumumba ne laissent personne indifférent. Et c’est ainsi que l’intérêt de ce présent travail est d’éclairer les intentions de Lumumba qui sont d’ailleurs les causes de la virulente critique qui sera exprimée envers ce « profane » discours du 30 juin.

C'était il y a 60 ans: le discours de Lumumba pour l'indépendance du Congo
À gauche Joseph Kasavubu, au centre Patrice Lumumba et à droite le roi Baudoin de Belgique. URL : https://www.levif.be/actualite/histoire/c-etait-il-y-a-60-ans-le-discours-de-lumumba-pour-l-independance-du-congo/article-normal-1300333.html?cookie_check=1615994167

Continuer la lecture de Le « profane » discours du 30 juin 1960 pour l’indépendance du Congo

  1. Jules GÉRARD-LIBOIS, Henri NICOLAÏ, Patrick QUANTIN, Benoit VERHAEGEN et Crawford YOUNG, « République démocratique du Congo », dans Encyclopaedia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/ (Page consultée le [8 février 2021]). []
  2. Jean-Claude WILLAME, Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée. Karthala, édition « Les Afriques », 1990, page 109. []
  3. Ibid. Pages 96-109. []

L’empereur Allemand Guillaume II en 1914

Texte écrit par William Perreault

Nous sommes le 4 août 1914 à Berlin, l’empereur allemand Guillaume II prononce un discours d’entrée en guerre aux députés Pourquoi est-ce que l’Allemagne décide d’entrée en guerre à cette date précise, et bien parce que l’archiduc François Ferdinand est assassiné. Lorsque Guillaume II apprend que l’archiduc François Ferdinand a été assassiné par de jeunes nationalistes serbes, il déclare la guerre et ce conflit deviendra l’un des plus sanglants de l’histoire. En fait, le 20e siècle est un siècle très violent. On y compte plusieurs guerres assez violentes comme les deux guerres mondiales, la Guerre froide et la guerre du Viêt Nam. Le discours d’entrée en guerre de Guillaume II représente officiellement le début de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de L’empereur Allemand Guillaume II en 1914

Le Traité de l’Elysée : le projet de pacification entre l’Allemagne et la France. Discours de Konrad Adenauer ancien Chancelier de la RFA.

Texte écrit par Nathanaël Billon-Grand

Le document présenté est un discours prononcé par l’ancien Chancelier allemand Konrad Hermann Joseph Adenauer1. Il fut chancelier de 1949 à 1963 en Allemagne de l’Ouest. Ce discours date du 23 janvier 1963 et la source est officielle, venant des dossiers de presse des archives du chancelier. Konrad Adenauer parle du traité d’amitié franco-allemande (deutsch-französische Freundschaft) dit « Traité de l’Élysée » signé la veille, le 22 janvier 1963 par lui-même et Charles de Gaulle alors Président de la République française (1959 à 1969). Le contexte historique du discours est cette volonté entre la France et l’Allemagne de sceller une amitié durable, une volonté qui survient après la Seconde Guerre Mondiale et en pleine Guerre Froide.
Dès lors, en quoi ce discours révèle l’importance de l’amitié franco-allemande ?

Page de couverture du Traité Continuer la lecture de Le Traité de l’Elysée : le projet de pacification entre l’Allemagne et la France. Discours de Konrad Adenauer ancien Chancelier de la RFA.

  1. Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung. Hrsg. Presse- und Informationsamt der Bundesregierung. 25.01.1963, Nr. 129. Bonn: Deutscher Bundesverlag. « Rede von Konrad Adenauer », p. 129-130. https://www.cvce.eu/content/publication/2001/10/25/98792bf0-9b72-4b60-b723-bcaa1e74606c/publishable_fr.pdf []