Introduction : la résistance en Belgique lors de la Seconde Guerre mondiale #2

Texte écrit par Miguel Baron

Lors d’une occupation d’une puissance sur un pays, il y a forcément des actes de résistance interne. Ces actes sont souvent influencés par des événements extérieurs, mais aussi par des événements intérieurs. C’est notamment le cas avec la Belgique. Continuer la lecture de Introduction : la résistance en Belgique lors de la Seconde Guerre mondiale #2

Des années décisives, 1943-1944 #2

Texte écrit par Kibar Ibrahim et Miguel Baron

Les années 1943 et 1944 constituent un moment décisif sur l’intensité des formes d’attentats et de manifestation violentes en Belgique. En effet, les rapports de gendarmes belges de cette période mettent en lumière une série de dégâts beaucoup plus conséquents que les années précédentes. Ceci pourrait en partie s’expliquer par des événements extérieurs importants sur le plan mondial qui peut influencer les actes commisses. Ensuite, des cas de 1943 seront expliqués, mais une attention particulière sur l’année 1944 sera apportée vu l’importance des actes commis. Continuer la lecture de Des années décisives, 1943-1944 #2

Contexte de la Guerre : 1942 #2

Texte écrit par Emryk Beaudry

L’année 1942 fait figure de véritable tournant dans le déroulement de la Seconde Guerre mondiale, ce qui pourrait aider à comprendre les actes commis sur le territoire belge. En effet, c’est au cours de cette année que surviennent ou que s’exercent l’influence de plusieurs événements qui changeront le cours de la Guerre. La plupart du temps en faveur des alliés. Les Belges en verront et en vivront les conséquences, alors que l’Allemagne nazie deviendra de moins en moins indulgente et permissive avec les populations occupées.  Continuer la lecture de Contexte de la Guerre : 1942 #2

La Belgique face à l’occupation en 1942 #2

Texte écrit par Emryk Beaudry et Mathieu Hodgson

L’Occupation de la Belgique par les troupes allemandes est une variable importante dans le maintien de l’ordre d’un pays. Les ressources deviennent celles de l’ennemi et les lieux de productions peuvent devenir la cible de sabotage encouragée par le patriotisme des habitants locaux. La condition inhabituelle qu’est celle de l’occupation allemande rend difficile la définition d’une ligne entre ce qui est bien et ce qui est mal. La justice locale doit maintenant faire face à des actes qui en temps de paix seraient considérés comme des crimes, mais qui durant la guerre prennent une tournure différente. Comment les policiers doivent réagir devant des crimes de résistance comme des incendies et des vols à main armés qui ont des effets négatifs sur les gains des Allemands en Belgique? Comment les policiers peuvent-ils faire la justice lorsqu’un collaborateur est attaqué par des patriotes belges? Toutes ses questions sont des notions qui entrent en jeu en Belgique lors de l’occupation allemande. Continuer la lecture de La Belgique face à l’occupation en 1942 #2

Le feu dans les récoltes #1

Texte écrit par Philip Mongrain

Depuis 2021, des archives de la Police Générale du Royaume en Belgique sont rendues publiques via le site web des archives de l’État belge1. Parmi ces documents, on retrouve notamment les comptes-rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ qui sont rédigés sous forme de procès-verbaux. Bien que ces modèles 5 étaient utilisés avant 1941, leur usage fut intensifié de 1941 à 1944 afin de collecter toute information à propos d’événements sortant de la routine chez les différents corps de police. Les autorités policières belges devaient acheminer ces comptes-rendus à la Police Générale du Royaume.  On pense à des actes de sabotage, des incendies criminels ou encore des assassinats. De ce fait, la PGR a reçu environ 50 000 procès-verbaux durant ces années. Sur les 50 000, 12 000 sont parvenus jusqu’à nous2. Entre la guerre, les difficultés de conservation et d’entreposage ainsi que les incendies, plus de 75% des comptes-rendus ont été perdus.

Continuer la lecture de Le feu dans les récoltes #1

  1. Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944), dossiers 531 à 540. : https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/zoekresultaat/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE/zoekresultaat-pagina/6 []
  2. Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur, 2021. : https://arch.arch.be/index.php?l=fr&m=actualites&r=toutes-les-actualites&a=2021-12-08-la-belgique-occupee-vue-d-en-bas-l-inventoriage-et-la-mise-en-ligne-des-archives-de-la-police-generale-du-royaume-durant-la-seconde-guerre-mondiale []

Dernier acte – Mais que fait la police ?

Dernier acte de ce projet, après presque deux années de travail pour faire vivre ce carnet, proposer aux étudiant.e.s de communiquer autrement les résultats de leur travail, de leur lecture, de leur recherche. Pour ce dernier acte, comme à l’accoutumée, nous avons voulu proposer une formule inédite : celle du travail en archives. Pour des étudiant.e.s de premier cycle, cela reste un exercice encore neuf et pas toujours facile alors que c’est un moment central dans l’apprentissage du métier d’historien.

La difficulté est d’autant plus grande que je les ai fait travailler en groupe sur des archives de la police belge1, dans le cadre du cours HST1145 sur l’histoire des sécurités et insécurités publiques. Étudier, comprendre et utiliser de tels documents n’est pas facile, on le sait. C’est encore plus délicat, lorsque les archives se rapportent à une période de crise pour la société belge, celle de l’Occupation de la Seconde Guerre mondiale. L’Occupation débouche en effet sur un nouveau paradigme de l’ordre, de la sécurité, de la criminalité…

Tout le monde a joué le jeu, a tenté de comprendre ces archives, leur contenu, les logiques qui les sous-tendent… Les étudiant.e.s ont tenté de voir ce qu’il était possible de leur faire dire, ce qu’au contraire qui était passé sous silence… Il a ensuite fallu réfléchir à la mise en récit de leurs travaux, pour passer du travail académique classique à la forme, originale, feuilletonnée, des billets de blogue. A vous de découvrir le fruit de ces réflexions!

En groupe, les étudiant.e.s ont réalisé des enfilades de billets, autour de ces sources. Vous trouverez à la fin de ce billet les liens vers leurs introductions, vous permettant de les lire dans l’ordre.

Cette 4e et dernière série de billets clôture la première vie de ce carnet. Celle-ci était liée à l’octroi d’un fonds d’innovation pédagogique de l’UQTR. Ce carnet va donc rentrer en veille d’écriture . Temporaire, sûrement. Car on le fera revenir, selon les cours au programme, le public étudiant, les réflexions des enseignants… Au final, il aura sans conteste été un atelier pour les étudiant.e.s, tant pour les facettes du métier, les réalités de l’histoire européenne, que pour les questions de réflexion sur la diffusion d’un savoir, du rapport au numérique dans ce but. Nous dressons un bilan positif de cette aventure, pour un dispositif relativement simple à mettre en œuvre… Aux étudiant.e.s de confirmer l’intérêt de ces démarches, maintenant!

Félicitations à eux et merci à Thomas Eyraud, étudiant en maitrise en études québécoises, qui a pris le relais de Simon Dufour sur le volet d’accompagnement technique, celui de la gestion technique du carnet.

Jonas Campion

Liens des introductions :

Introduction : Lire entre les lignes des archives de la PGR sous l’occupation allemande (1941-1944) #1

Introduction : la résistance en Belgique lors de la Seconde Guerre mondiale #2

Introduction: Travail sur un fond d’archives de la police belge sous occupation allemande (1941-1944) #3

Les vols sous l’Occupation allemande en Belgique #4

Introduction – Sabotages et résistances #5

  1. Il s’agit d’archives de la Police générale du Royaume, regroupant les comptes-rendus d’événements extraordinaires survenus dans le pays. À ce sujet voir, https://www.rtc.be/video/info/patrimoine/des-documents-de-la-gendarmerie-classes-quot-secret-quot-en-ligne_1512180_325.html et lire https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/sortering/archiefnaam+asc/dao/1/pagina/9/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE. []

Statistiques sur les crimes #1

Texte écrit par Lisa Marie Villela

Afin de comprendre les chiffres qui se cachent derrière les crimes enregistrés par la police générale du Royaume de Belgique, il est nécessaire de comprendre comment ils ont été classés. La figure 1 montre le rapport 20-STÉ, daté du 15 février 1944 ; il y a une section spécifique pour clarifier la nature de l’événement, dans ce cas un incendie. Bien que les rapports diffèrent quelque peu dans leur forme, la plupart suivent ce format qui consiste à clarifier d’abord la nature de l’événement, puis à en donner une description plus détaillée. Cette description comprend, entre autres, l’heure exacte du crime, une description plus détaillée de l’événement, les biens volés ou endommagés, les noms des victimes, le lieu où le crime a eu lieu et le statut des suspects. C’est sur la base de cette première description des crimes que le classement des dossiers consultés a été effectué. Les archives consultées sont les sections 531 à 540 de la Police générale du Royaume de Belgique, notamment dans l’arrondissement de Charleroi et l’arrondissement de Jumet, datées de 1940 à 1944.

Figure 1: Rapport 20 Sté Les archives de l’État en Belgique, « Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”, 1941-1944 »,

Continuer la lecture de Statistiques sur les crimes #1