Tous les articles par etudiant5

Le regard de la classe politique sur la révolution de 1848

Texte écrit par Léa Menanteau

La révolution de février 1848 vu par Alexis de Tocqueville est un témoignage raconté après les faits, soit en 1893. Ce témoignage est dans ses Souvenirs, paru en 1893 où il écrivait à propos de la révolution de 18481. Notons que l’auteur fait part de son récit avec un recul de plusieurs années, ce qui lui permet de connaitre les conséquences importantes de l’insurrection de 1848. Le récit évoque les événements du 23 février 1848, se déroulant à Paris. L’auteur, Alexis Charles Henry, Comte de Tocqueville, avait prédit une révolution et il s’efforça de prévenir les politiques de leur corruption et leur mépris fasse aux revendications du peuple. Le 27 janvier 1848, soit un peu moins d’un mois avant les événements, Tocqueville fait en discours en présence du premier ministre François Guizot, où il dénonce la corruption et annonce une insurrection du peuple français1. Il faut dire que le contexte de 1848 laisse présager un soulèvement du peuple, alors que l’esprit révolutionnaire de 1789 perdure et que le roi Louis-Philippe gère une monarchie constitutionnelle qui alimente la corruption.2

Le document présente l’observation que Tocqueville fait de la révolte de février 1848, avec le recul de 1893. Ce document nous permet de nous plonger au cœur des événements et d’en comprendre les détails. Plus encore, il permet de répondre à la question suivante : « Qu’elles furent les révoltes du 23 février 1848 sous le regard d’un politicien et philosophe-t-elle que Tocqueville? Que peut-on ressortir de l’aspect sociohistorique de l’évènement grâce à son témoignage? ».

Continuer la lecture de Le regard de la classe politique sur la révolution de 1848

  1. Ancery, 2019 [] []
  2. ARTE, 2020 []

Le Statut du Tribunal de Nuremberg : La naissance d’une justice pénale internationale

Texte écrit par Geneviève Dansereau

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un besoin de juger les principaux responsables des crimes de l’Allemagne nazie se fait ressentir chez les Puissances Alliées. Le Statut du tribunal de Nuremberg s’inscrit à la suite d’un autre accord international, l’Accord de Londres, formulé lors d’une conférence tenue dans la ville anglaise du 26 juin au 8 août 19451. Cette conférence avait pour objectif la création d’un Tribunal Militaire International dans le but de « juger et punir de façon appropriée et sans délai, les grands criminels de guerre des européens de l’Axe »2. Ses auteurs, soient les dirigeants des Puissances Alliées (États-Unis d’Amérique, Russie, France et Angleterre) y ont alors établi les grandes « règles du jeu » de ce premier Tribunal Pénal International, ainsi que les procédures qui le précéderont. 

Le procès de Nuremberg en 1945. Source: https://www.journaldequebec.com/2020/11/19/il-y-a-75-ans-le-proces-de-nuremberg-souvrait

Continuer la lecture de Le Statut du Tribunal de Nuremberg : La naissance d’une justice pénale internationale

  1. Michel Fabrègues, À propos de la notion de « crimes contre l’humanité », 1989, p. 58 []
  2. Statut du Tribunal de Nuremberg, 1945 []

Commentaire sur le discours du Premier-Ministre Congolais, Patrice Émery Lumumba, 30 juin 1960.

Texte écrit par Guillaume Fisette

De 1884 à 1885 au cours de la conférence de Berlin, Léopold II le roi des Belges, a su faire usage de sa ruse et de son adresse politique, afin de faire valoir ses intérêts en obtenant la liberté du commerce en Afrique centrale1. Il a fait croire une fausse image de colonisation bienfaisante combattant l’esclavage1, alors que sa seule motivation était son propre enrichissement. À cause de la pression internationale, le Congo sera cédé à l’état belge qui en continuera la colonisation2. Patrice Émery Lumumba, est la personnalité dominante de l’indépendance du Congo. En 1956, il effectue un voyage à Bruxelles, car il fait partie de l’élite congolaise que les Belges appelaient les « évolués », il devient premier ministre le 24 juin 1960, mais il signe son arrêt de mort à peine un an plus tard, lorsqu’il demande de l’aide auprès de l’État communiste russe contre l’occupation du Katanga par les forces belges2. Il sera victime d’un complot orchestré par l’Occident et Mobutu Sese Seko et assassiné par des officiers belges.

Archives nationales des Pays-Bas (2.24.01.05)

Continuer la lecture de Commentaire sur le discours du Premier-Ministre Congolais, Patrice Émery Lumumba, 30 juin 1960.

  1. Coret, Célia « La conférence de Berlin et le partage de l’Afrique » [] []
  2. Doublet, Christine, Coat Fabrice, « Décolonisations » [] []

Le discours de Patrice Lumumba lors de l’indépendance du Congo

Texte écrit par Léïa Charette

Lumumba, P. (1960, 30 juin). Discours de l’indépendance. Perspective monde. https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447

L’année 1959 est une année charnière dans l’histoire congolaise. À ce moment, le Congo belge comme l’indique son nom est encore administré par les colonisateurs belges. Cependant, à la suite des mouvements nationalistes qui causent des émeutes, comme celle de Léopoldville en janvier 1959, des négociations visant à aboutir à l’indépendance du Congo débutent. Peu de temps après, en janvier 1960, la table ronde de Bruxelles composée de représentants belges et congolais fixe finalement la date d’indépendance au 30 juin 1960. Patrice Lumumba est un homme engagé politiquement dans des mouvements nationalistes au même moment où les décisions en regard à l’indépendance du Congo sont prises. Il fonde un mouvement politique nommé le Mouvement national congolais qui se veut inclusif pour tous les Congolais en visant l’union du Congo et souhaitant empêcher la division entre les différentes ethnies et régions (Wallerstein, 2021). C’est avec ce parti politique que monsieur Lumumba participe aux premières élections et accède au poste de premier ministre de la République démocratique du Congo lors de l’indépendance.   

Dans ce commentaire de document, il sera donc question d’expliquer le discours public officiel qu’a prononcé Patrice Lumumba lors de la cérémonie d’indépendance du Congo le 30 juin 1960. Dans son allocution, Patrice Lumumba dénonce le racisme vécu par les Congolais et les impacts dévastateurs que le colonialisme a eus sur la population. Considérant ce fait, il est pertinent de se demander : quels sont les éléments du discours de monsieur Lumumba qui permettent de comprendre que le message et l’intention de son allocution sont d’annoncer la reprise en main du pays par les Congolais et de dénoncer les actes violents commis par les colonisateurs sur la population congolaise durant le régime colonial belge ?

De Witte, L. et Manchia, N. (2015, 27 juin). Exclusif : Le discours de Lumumba, texte fondateur. Le Vif, https://www.levif.be/actualite/international/exclusif-le-discours-de-lumumba-texte-fondateur/article-normal-402789.html

Continuer la lecture de Le discours de Patrice Lumumba lors de l’indépendance du Congo

Réparer l’irréparable!

Texte écrit par Jérémy Fortin-Dufour

Nous vivons dans un monde ou les frontières ne représentent plus que des limites physiques des juridictions étatiques. Pour que les états de ce monde puissent cohabiter, il doit y avoir des institutions médiatrices qui supervisent les échanges commerciaux, politiques et judiciaires. Cependant, ces organes n’ont pas toujours existé et l’histoire de leur création est passionnante. À l’origine des tribunaux internationaux que nous pouvons retrouver aujourd’hui comme ceux des nations unies, il y a le Tribunal de Nuremberg.

 

Logo du tribunal de Nuremberg https://ca.wikipedia.org/wiki/Judicis_de_Nuremberg

Continuer la lecture de Réparer l’irréparable!

« Sous l’Arc de Triomphe » : la fête de la Victoire à travers le regard de Joseph Kessel

Texte écrit par Shanel Pigeon

On sait aujourd’hui que la fête de la Victoire du 14 juillet 1919 compte parmi les plus grandes célébrations militaires que la Nation française ait connu. À l’époque, des habitants de Paris et des départements environnants, accueillant les troupes victorieuses, sont conscients de l’ampleur du défilé, mais ne parviennent tout de même pas à saisir son importance dans l’histoire du pays. L’armistice est signé le 11 novembre 1918 et met fin de façon provisoire aux combats de la Première Guerre mondiale. Près de sept mois plus tard, le 27 juin 1919, à la veille de la signature du traité de Versailles, le gouvernement de Georges Clémenceau propose à la Chambre des députés d’organiser une grande parade le jour de la fête nationale pour célébrer ceux qui ont risqué leur vie, et ceux qui l’ont perdu, dans l’espoir de mettre fin à ce conflit1. La proposition est acceptée sans opposition et les préparatifs s’amorcent2.

Continuer la lecture de « Sous l’Arc de Triomphe » : la fête de la Victoire à travers le regard de Joseph Kessel

  1. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 31. []
  2. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 33. []