Tous les articles par etudiant3

Discours de l’empereur d’Allemagne Guillaume II — 4 août 1914

Texte écrit par Maxym Séguin

La Première Guerre mondiale, parfois appelée la guerre européenne, a été plus communément appelée Grande Guerre. La Grande Guerre s’est étirée du 28 juillet 1914 au 11 novembre 1918. Elle commence avec l’assassinat du Prince austro-hongrois François-Ferdinand d’Autriche aux mains d’un nationalisme serbe de la Bosnie nommé Gavrilo Princip à Sarajevo. À la suite de cet événement, l’austro-hongrois, qui croit que l’assassinat aurait été commandé par le gouvernement serbe, offre à la Serbie un ultimatum avec le support de l’Allemagne. À la suite d’une réponse négative, l’Allemagne se voit déclarer la guerre contre Belgrade et son allié l’empire russe. Cette déclaration de guerre viendra éclater une série de déclarations de guerre entre la triple alliance et la triple entente, une série d’alliances visant à garder la balance du pouvoir sur le conscient européen. En déclarant la guerre à l’empire russe et en prenant militairement contrôle de Luxembourg et de la Belgique neutre, l’Allemagne se voit plongée dans une guerre à deux fronts à partir du 04 juillet 1914. La même journée, l’empereur d’Allemagne Guillaume II offre un discours devant le Reichstag. Le discours sera directement publié dans la Gazette de Lausanne, un journal suisse établie en 1803, le 05 août 19141. Dans son discours, l’empereur s’adresse aux Allemands en commençant par expliquer la tragédie qui a poussé le gouvernement allemand et son allié à mobiliser ses troupes. Guillaume enchaîne son discours en expliquant pourquoi l’Allemagne se retrouve dans cette situation contre d’anciens alliés. Il termine son discours avec un appel au peuple allemand à « être unis sans distraction de parti, de situation ou de confession pour me suivre partout, dans la détresse et dans la mort, j’invite les chefs de parti à s’approcher et à me le promettre en touchant ma main. » 

En tant qu’enseignant, il est important d’offrir de nombreuses perspectives dans le but d’aider les étudiants à bâtir leur conscience critique. Le texte aide les lecteurs du document à voir la perspective allemande quant à la Première Guerre mondiale en ciblant les motifs des Allemands et ses explications. Continuer la lecture de Discours de l’empereur d’Allemagne Guillaume II — 4 août 1914

  1. Delpin, P. (2020, December 04). Discours de l’empereur d’Allemagne Guillaume II — 4 Août 1914. Visité 14 février 2021, de https://clio-texte.clionautes.org/discours-empereur-allemagne-guillaume-aout-1914.html []

Discours de Dolores Ibaruri à Madrid, pour le départ des brigades internationales, octobre 1938

Texte écrit par Tristan-Félix Richard

Le document qui sera étudié dans le texte suivant se trouve  être un discours de Dolores Ibaruri à Madrid en octobre 1938. Ce discours, intitulé « pour le départ des brigades internationales », raconte l’intervention des individus d’origines multiples étant allés en Espagne afin d’aider à la victoire républicaine durant la guerre civile espagnole de 1936-1939 et ainsi contrer l’avancer des mouvements fascistes en Europe. Ces brigades internationales sont un regroupement de soldats internationaux, comprenant environ 60 000 hommes, provenant de partout en Europe et venant en Espagne afin de contrer la montée du fascisme, à la suite de la tentative de coup d’état par Francisco Franco en juillet 1936. De son côté, l’auteure du discours Dolores Ibaruri, est une militante communiste et député des Asturies qui s’est rangé du côté républicain durant la guerre d’Espagne. Afin de comprendre le climat de l’époque, on doit comprendre que le discours sera en faveur du côté républicain et ne sera pas objectif. De plus, le conflit ayant pris fin le 1er avril 1939, on comprend aussi que le discours de madame Ibaruri est effectué vers la fin de la guerre d’Espagne qui sera remportée par les forces fascistes. Le discours est un hymne à la reconnaissance espagnole, soit envers les hommes ayant formés les brigades internationales et ayant activement pris les armes afin de sauver l’Espagne du fascisme et défendre la « liberté » des Espagnoles et Espagnoles. On démontre ici, comment ces individus ont abandonné leur vie passée pour venir en Espagne combattre et comment beaucoup d’entre eux sont restés, soit en temps que prisonnier des Fascistes ou en temps que cadavre, dans le pays même après la défaite du camp des Républicains. Tel que décrit plus tôt, le discours n’est pas objectif et est rempli d’émotion étant donné que le camp était en train d’être défait. On tente ainsi de se réconforter dans la défaite et d’essayer d’y voir un avenir meilleur plus tard. Cependant, le document reste très intéressant à étudier afin de mieux comprendre le climat social et politique de l’Espagne à la suite de la guerre civile. Quelle fut l’attitude du peuple espagnol face à ces combattants étrangers venus de partout en Europe afin de défendre la démocratie ou le socialisme dans un pays différent du leur?

Continuer la lecture de Discours de Dolores Ibaruri à Madrid, pour le départ des brigades internationales, octobre 1938

L’heure de la justice a sonné – Nuremberg, 1945

Texte écrit par Xavier Lapointe
Le procès de Nuremberg en 1945.                                                                                  Source: https://www.journaldequebec.com/2020/11/19/il-y-a-75-ans-le-proces-de-nuremberg-souvrait

Le statut du tribunal de Nuremberg1 est instauré le 8 août 1945 suite à l’accord de Londres. Il s’agit d’une charte officielle pour la justice internationale. Il n’y a pas d’auteur fixe à ce  document, mais il s’agit du travail de l’ensemble des puissances alliées (autrement appelés dans le présent document: les signataires), États-Unis, France, l’Union des républiques socialistes soviétiques et finalement le Royaume-Uni, via des juristes de ces différents pays. Le document fût rédigé à la fin de la Seconde Guerre mondiale et a été utilisé comme charte afin de juger de façon convenable les criminels de guerre, ceux coupables de crimes contre la paix et de crimes contre l’humanité  tel que de la discrimination sans précédent, des meurtres de sang-froid et de l’extermination humaine, commis pendant l’ensemble de la période de guerre ainsi que depuis la création des régimes totalitaires des forces de l’Axe.

Mais sous quelles conditions le tribunal de Nuremberg a-t-il manœuvré les procès envers les criminels de guerre?

Nous observerons, dans cette analyse, les précautions prises par le tribunal afin de s’assurer d’obtenir des procès concluants et les procédures d’accusation envers les accusés. Continuer la lecture de L’heure de la justice a sonné – Nuremberg, 1945

  1. S.A. « Statut du Tribunal de Nuremberg », Tribunal militaire international, Nuremberg, 1945, via le site : https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1658 []

Le tournant de la route : Commentaire de document sur l’œuvre de Gustave Rahlenbeck

Texte écrit par Robin Trahan-Paquette

Le tournant de la route1 est un manifeste politique qui a été publié en Belgique durant l’année 1912 par la Ligue nationale de propagande libérale. Son auteur, Gustave Rahlenbeck, provient d’une famille bruxelloise protestante. Il a entretenu une brève carrière politique de 1914 à 1919 en tant que député suppléant de Neufchâteau-Virton. En écrivant son œuvre, Gustave Rahlenbeck avait pour objectif d’informer les belges sur les enjeux politiques du pays, et ultimement, de les convaincre de voter pour le parti libéral au lieu du parti catholique lors des élections législatives de 1912. Grâce aux informations historiques que nous révèle ce manifeste politique, je tenterai d’analyser les principaux enjeux liés à la lutte de pouvoir entre les cléricaux et les libéraux lors des élections belges de cette époque.

Continuer la lecture de Le tournant de la route : Commentaire de document sur l’œuvre de Gustave Rahlenbeck

  1. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, 28 p. []

Marx et la première Internationale : commentaires sur le manifeste inaugural

Texte écrit par Frédéric Duguay
Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs
https://www.marxiste.org/theorie/histoire-materialisme-historique/534-manifeste-inaugural-de-l-association-internationale-des-travailleurs

 

Le texte analysé est un document public numérisé et traduit  écrit originalement par Karl Marx à la suite de l’assemblée fondatrice de l’Association du 28 septembre 1864 au Saint Martin’s Hall de Long Acre à Londres. Pour situer le document dans son contexte, il faut revenir en 1848. En pleine révolution de ce qui sera appelé le Printemps des peuples, Karl Marx1 et Friedrich Engels2, tous deux socialistes reconnus d’origines allemandes, rédigent le Manifeste du parti communiste à la demande de la Ligue des communistes, originalement la Ligue des justes, qu’ils ont rejoint l’année précédente. Sous les recommandations de Marx, la Ligue est dissoute en 1842. Une décennie plus tard, l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) est créée et regroupe d’anciens membres de la Ligue. Marx est alors invité à écrire le manifeste inaugural de ce nouveau groupe, et devient en quelques sortes le guide, voire le chef, en incarnant l’idéologie même du mouvement. Ce manifeste de septembre 1864 énonce aux travailleurs à l’aide d’exemples précis la situation dans laquelle se trouve le prolétariat tout en blâmant les membres de la bourgeoisie, responsables selon Marx de l’avènement du capitalisme. Ayant en tête l’échec des révolutions de 1848, il propose des pistes de solutions et des idées afin que les groupes d’ouvriers de tous les pays s’associent pour renverser l’ordre politique établi, permettant ainsi de développer une société où tous sont unis, affranchis et émancipés. À la lumière de ses informations, il est justifié de se demander comment exactement ce manifeste signé Marx a-t-il bouleversé la vie des travailleurs de cette époque ? Il est possible d’y répondre grâce à l’analyse du manifeste, plus particulièrement dans la représentation de la bourgeoisie et dans les incitations à s’associer qui s’y trouvent.

Continuer la lecture de Marx et la première Internationale : commentaires sur le manifeste inaugural

  1. Combemale, P. (2010) « Introduction à Marx ». Paris : La Découverte. []
  2. Hunt, T. (2012) « Engels, le gentlemen révolutionnaire ». Paris : Flammarion []

Commentaire sur le Manifeste Inaugural de l’association des Travailleurs

Texte écrit par Mariane Dauphin

Le 28 septembre 1864, Karl Marx écrivait un texte qui allait devenir mondialement très connu. Le manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs est un document écrit par Marx1, un des fondateurs de l’Association, afin d’inaugurer sa création. À l’époque de la rédaction de ce manifeste, soit un texte écrit et publique, les conditions ouvrières n’étaient pas très favorables aux ouvriers et ce, à tous les niveaux. En effet, les salaires étaient très bas, les horaires de travail étaient démesurés, les ouvriers étaient très mal nourris, etc. Comme mentionné dans l’article de Fabrice Bensimon,2 la création de cette association, et donc l’écriture de ce manifeste, a amené plusieurs hommes et femmes à se joindre au mouvement ouvrier afin d’obtenir de meilleures conditions de travail. Ceci a permis de dénoncer les énormes écarts entre les plus riches, communément appelés bourgeois, ainsi que les plus pauvres, les prolétaires. En effet, les idées de cette association étaient plutôt socialistes : ils souhaitaient davantage de justice dans l’économie et dans la répartition du travail. Ils revendiquaient le travail coopératif, soit une méthode de travail complètement antagoniste à celle qu’ils devaient appliquer pour travailler dans les usines, soit d’obéir à un seul maître et d’exécuter le travail sans poser de questions, sans pouvoir mentionner leur opinion. Comment l’inégale répartition du travail et de la richesse a affecté la vie des ouvriers à l’époque de la Révolution industrielle?

Continuer la lecture de Commentaire sur le Manifeste Inaugural de l’association des Travailleurs

  1. Marx, K. (1864, 28 septembre). Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, à l’occasion d’une assemblée publique célébrée au Saint-Martin’s Hall de Long Acre. Londres le 28 septembre 1864. Récupéré de https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm []
  2. Bensimon, F. (2014). L’Internationale des travailleurs. Romantisme, volume 1(163), p.53 à 62. Repéré à https://www.cairn.info/revue-romantisme-2014-1-page-53.htm []

Le « profane » discours du 30 juin 1960 pour l’indépendance du Congo

Texte écrit par Josué Pomerleau-Lair

Le 30 juin 1960, le jour J pour la république démocratique naissante du Congo, c’est l’indépendance pour ce pays émergeant de 80 ans de colonisation. Le choix de cette date et la forme qu’elle prendra ont suscité de vifs débats en janvier de la même année lors de la table de ronde de Bruxelles. Lors de cette rencontre, les désaccords s’étaient bien faits entendre et avaient témoigné du faible consensus qui régnait tant entre la colonie et la métropole qu’entre les différents partis politiques congolais. Du moins, il y avait eu un accord pour la date d’indépendance (30 juin) et celle des élections générales prévues pour le mois de mai. Le chef du parti Mouvement national congolais (MNC), Patrice Lumumba, gagna les élections pour devenir le premier ministre, mais sa victoire de justesse trahissait le fait qu’il devait composer avec un pays morcelé par ses différences ethniques – on estime le nombre d’ethnies à plus de 2501. Quelques jours avant l’indépendance, plusieurs évènements importunent Lumumba lui laissant l’arrière-goût d’être impuissant et écarté du pouvoir. D’une part, les négociations avec la Belgique pour le traité d’amitié n’ont pas porté leur fruit pour le premier ministre qui s’est vu confronté à l’obstination et à l’attitude condescendante des diplomates belges. Ensuite, l’affaire Scheerlink vient faire peser la menace d’une sécession du Katanga – la région du Congo la plus riche en minerais – envers la nouvelle république. Enfin, le président Kasavubu agit sans consulter son premier ministre en invitant le roi des Belges à la cérémonie d’indépendance et lui accorde le droit de parole, alors que Lumumba n’obtient pas ce privilège. En plus de ces évènements, Lumumba obtient les textes des discours du roi et du président la veille de la cérémonie. Il est scandalisé à la fois par celui du roi au caractère pessimiste et condescendant envers l’avenir du Congo, et élogieux de « l’œuvre civilisatrice de Léopold II »2, et surtout par celui du président qu’il juge trop neutre et complaisant envers le roi. C’est ainsi que l’irritation gagne Lumumba et le conduit à prendre la parole le 30 juin sans le consentement du président. Outre les applaudissements des Congolais sur place, les réactions des diplomates étrangers, des politiciens congolais et tout particulièrement celles des Belges sont condamnatrices3. Les propos de Lumumba ne laissent personne indifférent. Et c’est ainsi que l’intérêt de ce présent travail est d’éclairer les intentions de Lumumba qui sont d’ailleurs les causes de la virulente critique qui sera exprimée envers ce « profane » discours du 30 juin.

C'était il y a 60 ans: le discours de Lumumba pour l'indépendance du Congo
À gauche Joseph Kasavubu, au centre Patrice Lumumba et à droite le roi Baudoin de Belgique. URL : https://www.levif.be/actualite/histoire/c-etait-il-y-a-60-ans-le-discours-de-lumumba-pour-l-independance-du-congo/article-normal-1300333.html?cookie_check=1615994167

Continuer la lecture de Le « profane » discours du 30 juin 1960 pour l’indépendance du Congo

  1. Jules GÉRARD-LIBOIS, Henri NICOLAÏ, Patrick QUANTIN, Benoit VERHAEGEN et Crawford YOUNG, « République démocratique du Congo », dans Encyclopaedia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/ (Page consultée le [8 février 2021]). []
  2. Jean-Claude WILLAME, Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée. Karthala, édition « Les Afriques », 1990, page 109. []
  3. Ibid. Pages 96-109. []

Le manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs

Texte écrit par Karolane Bossé

Le manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs est un document public, écrit en 1864, est destiné aux ouvriers à travers le monde1. Karl Marx est l’un des auteurs de ce document. Celui-ci fait partie du mouvement socialiste. Grâce à sa popularité et à ses discours, l’Association Internationales des Travailleurs demande à Marx et à son ami Friedrich Engels, qui a participé aux nombreux écrits de Marx sur le socialisme et le communisme, d’écrire un manifeste afin d’encourager les travailleurs à s’engager dans l’association pour faire valoir leurs droits2.

Ce manifeste a été écrit en 1864, lors de la révolution industrielle. La révolution industrielle anglaise a commencé au début du 19e siècle. Donc, en 1864, les Anglais ont une longueur d’avance sur les autres pays quant à l’industrialisation du pays. Cette révolution transforme complètement la condition des ouvriers. Ceux-ci vivent dans de mauvaises conditions (mauvais salaire, logement insalubre, etc..)3. De plus, la montée de la mondialisation facilite la prise de conscience que les ouvriers ont envers leurs conditions. Cette prise de conscience mène à une solidarité entre les travailleurs afin de revendiquer de meilleures conditions de travail et d’existence4. De ces faits, quelles sont les dénonciations que le document apporte au mouvement ouvrier.

Afin de mieux comprendre les dénonciations qui sont dans le texte Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, selon Marx et Engels, il est pertinent de présenter la condition des ouvriers avant le mouvement ouvrier et les revendications obtenues. Continuer la lecture de Le manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs

  1. Engels. F, Marx. K, Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, 1864, https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm []
  2. Hammen, O. J. (2020, 24 novembre). Friedrich Engels. Encyclopédie Britannica. https://www.britannica.com/biography/Friedrich-Engels . []
  3. Hammen, O. J. (2020, 24 novembre). Friedrich Engels. Encyclopédie Britannica. https://www.britannica.com/biography/Friedrich-Engels . []
  4. Idem. []