L’Association Internationale des Travailleurs: au centre du mouvement ouvrier

Texte écrit par Sophie Béland

Le mouvement ouvrier de Karl Marx est reconnu comme l’avènement de la pensée communiste en Europe au 19e siècle. Ce dernier a été à la tête de plusieurs manifestations, cherchant à abolir la notion de propriété dans la société afin d’établir une égalité universelle entre tous; d’éliminer les écarts de classes pour obtenir une uniformité confortable et profitable pour tous. Le Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs est l’un de ses nombreux textes, co-écrit avec Friedrich Engels, et a été lu pour l’inauguration de l’AIT, une organisation marquante du mouvement ouvrier, responsable de plusieurs revendications et manifestations menant à l’amélioration des conditions ouvrières. Le texte ci-bas abordera le contexte de sa rédaction, ses impacts ainsi qu’une analyse du document.

Le texte en question1 est un manifeste, soit un écrit public visant à exposer un sujet au public afin de l’alerter de la situation et lancer un mouvement. Celui-ci a été écrit par Karl Marx et Friedrich Engels en 1864. Ces deux auteurs sont reconnus pour être à l’origine de nombreux mouvements des prolétaires afin de révolutionner le système capitaliste, ayant pour but premier de réduire les écarts sociaux et monétaires entre ouvriers et propriétaires pour créer une égalité. Le but étant d’abolir la propriété afin de partager les ressources entre les membres de la société. Autrement dit, le système communiste. Cependant, les travaux de Marx ne portent pas explicitement sur une société communiste et ses implications, mais plutôt l’idée qu’un individu soit communiste et son rapport avec l’idéologie, soit les comportements des individus spécifiquement placés dans ce régime. Il ne spécifie non plus clairement le système en tant que tel. « Marx, pour la très simple raison qu’il n’a jamais vraiment répondu à cette question : nulle part, il ne dit précisément ce qu’est le communisme ; nulle part, il ne décrit ce que serait ou pourrait être une société communiste, du moins en allant au-delà de généralités consistant à dire que ce serait « le règne de la liberté », (…) »2 L’Association Internationale des Travailleurs a été fondée dans le but d’unir les travailleurs prolétaires contre la bourgeoisie. Au moment où Marx et Engels ont publié le manifeste, les conditions ouvrières étaient déplorables, bien que des changements avaient déjà été apportés au système depuis 1848.

Tout au long du Manifeste, les auteurs parlent des différences entre 1848 et 1864. Le choix de ces années rapporte au début du mouvement ouvrier, après les révolutions de 1848, qui aura mené à plusieurs changements dans les conditions de travail des ouvriers malgré son échec. Il est soulevé que l’industrialisation grandit exponentiellement depuis cette date et que les compagnies ont été mises face à un besoin d’adaptation qui sera ultimement négligé avant les manifestations. L’abolition du bill des dix heures en Angleterre, obligeant aux ouvriers de compléter des journées de travail d’au moins dix heures, est notamment un changement apporté par les manifestations, propagé dans divers pays. Cependant, l’AIT est fondée pour continuer le mouvement, dans l’insatisfaction des travailleurs face aux quelques changements apportés par leurs employeurs après seize ans. Il est à noter que le mouvement Marxiste a débuté plusieurs années auparavant, et que des organisations internationales ayant des buts différents se sont fondées bien avant. « Les premières organisations internationales se constituent alors. (…) Dans les années 1840, les contacts entre radicaux, républicains, socialistes et communistes de différents pays se multiplient. À Londres, les Fraternal Democrats, sans doute la première société politique internationale, sont fondés en septembre 1845. (…) »3 L’AIT est cependant connue comme la première internationale ouvrière.

La publication du Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs donne suite au Manifeste du Parti Communiste, qui marque le début de la révolution qui s’étendra sur plusieurs années de luttes et revendications, également co-écrit par Marx et Engels en 1848 afin de populariser le mouvement communiste et saisir la masse pour faire les changements désirés. Seize ans plus tard, l’AIT est fondée et ces deux mêmes auteurs écrivent un second manifeste. Celui-ci présente les nombreuses difficultés dans lesquelles les prolétaires se voient évoluer, comparativement aux aisances des bourgeois qui profitent de leur malheur. Marx et Engels soulignent notamment le manque de nourriture contenant du carbone et de l’azote, reconnus comme des éléments nécessaires à l’humain pour prévenir des maladies et fonctionner correctement.

Ils renvoient également à l’absence de volonté des employeurs propriétaires d’entreprises de conserver un environnement de travail propre, ce qui était perçu comme un luxe plutôt qu’une nécessité, en plus de mal nourrir les employés pour gratter le plus d’économies et donc de profit. Il est également noté que la hausse du salaire nominal de 1861, changeant de 7 livres, 7 shillings et 4 pence à 9 livres, 15 shillings et 8 pence ne bénéficie en rien les travailleurs et ne donne qu’une impression de changement. Tout au long du texte, les défauts de la condition de vie des travailleurs sont mis de l’avant afin de les dénoncer auprès du public. Ce texte, agit comme symbole de la fondation de l’AIT, qui vient développer le mouvement ouvrier. Il a pour but d’exposer les fautes du système capitaliste et de suggérer des améliorations que la population peut pousser pour obtenir si elle se prête à la cause. Il parle notamment d’augmenter les salaires des ouvriers tout en diminuant les heures obligatoires, mentionnant que le « Bill des dix heures », une loi qui d’abord fixait un maximum de 10 heures de travail par jour, a été retiré grâce aux revendications, permettant aux ouvriers d’avoir des journées de travail encore plus courtes. Il est à savoir qu’avant le début du mouvement, les journées de travail étaient d’environ 18 heures, que les enfants pouvaient travailler autant, parfois même la nuit, de même pour les femmes. À la suite de plusieurs manifestations, ces obligations ont été retirées.

En conclusion, le Manifeste d’inauguration de l’Association Internationale des Travailleurs est une pièce importante dans le mouvement ouvrier, à savoir que l’AIT a eu un impact non-négligeable sur les conditions de travail auxquelles les travailleurs sont soumis à l’époque. Il pourrait même être vu que cette association est le début du mouvement ouvrier internationale, dans la même direction que le mouvement syndicaliste. Les corrections que celle-ci apportera aux normes du travail après sa fondation sont un élément clé dans le développement de l’industrie moderne. Bien que le système communiste n’ait pas été instauré, Marx demeure une influence sur plusieurs aspects de la société, notamment les conditions de travail modernes, qui s’inspirent fortement de ses propos durant l’apogée du mouvement ouvrier.

Pour aller plus loin:

Jarrige François, Reynaud Bénédicte, « La durée du travail, la norme et ses usages en 1848 », Genèses, 2011/4 (n° 85), p. 70-92. DOI : 10.3917/gen.085.0070. URL : https://www.cairn.info/revue-geneses-2011-4-page-70.htm

Riot-Sarcey Michèle, « Marx et l’expérience singulière de 1848 », Cités, 2014/3 (n° 59), p. 75-87. DOI : 10.3917/cite.059.0075. URL : https://www.cairn.info/revue-cites-2014-3-page-75.htm

Bensimon Fabrice, « L’Internationale des travailleurs », Romantisme, 2014/1 (n° 163), p. 53-62. DOI : 10.3917/rom.163.0053. URL : https://www.cairn.info/revue-romantisme-2014-1-page-53.htm

Marx, Karl. Engels, Friedrich. « Manifeste du Parti Communiste », 1848, traduction de Laura Lafargue (1893), (pp. 291 à 348). URL : http://classiques.uqac.ca/classiques/Engels_Marx/manifeste_communiste/manifeste_communiste.html

Fischbach Franck, « Marx et le communisme », Actuel Marx, 2010/2 (n° 48), p. 12-21. DOI : 10.3917/amx.048.0012. URL : https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2010-2-page-12.htm

Marx, Karl. Engels, Friedrich. “Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs », (1864), https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm

  1. Marx, Karl. Engels, Friedrich. “Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs », 1864, https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm []
  2. Fischbach Franck, « Marx et le communisme », Actuel Marx, 2010/2 (n° 48), p. 12-21. DOI : 10.3917/amx.048.0012. URL : https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2010-2-page-12.htm []
  3. Bensimon, Fabrice. « L’Internationale des travailleurs », Romantisme, vol. 163, no. 1, 2014, pp. 53-62. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.