Discours lors de l’Indépendance du Congo belge

Texte écrit par Sylvère-Varel Moussenguet
Révolution au Congo Lumumba assassiné
Patrice Emery Lumumba à 35 ans. Il avait plaidé la cause du peuple congolais auprès du roi Baudouin dès 1955. Source: Reuters, https://www.parismatch.com/Actu/International/Revolution-Congo-Lumumba-assassinat-147408

 

Le document à l’étude est un extrait du discours de l’indépendance du Congo du 30 juin 19601. Il permet de comprendre la pensée politique de son auteur Patrice Émery Lumumba et les enjeux entourant l’indépendance du Congo belge. Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale alors que le monde connait un grand vent de changements, les années 50 et 60 voient émerger un peu partout sur la planète des mouvements d’émancipation des peuples jusque-là sous la domination des puissances coloniales. Sur le continent africain, plusieurs pays obtiennent les indépendances après des années de luttes. Le Congo belge, d’abord propriété privée du roi Léopold II jusqu’en 1908, ensuite colonie belge, n’est pas en reste.  Patrice Lumumba, jeune leader politique congolais, fondateur du mouvement national, alors âgé de 35 ans expose dans ce discours les limites de l’entreprise coloniale des Belges au Congo tout en proposant aux siens une vision du Congo un peu plus lumineuse que celle qu’ils avaient connue pendant la domination des Belges. Ce commentaire permettra d’analyser et de comprendre la pensée politique de Patrice Lumumba. De mettre en lumière les rapports de domination qu’entretenaient les colons belges à l’égard des Congolais, les conséquences de la colonisation, ainsi que l’importance de la lutte pour l’indépendance.

Pour Patrice Lumumba, l’indépendance est une libération face aux humiliations coloniales. Alors que Baudoin 1er, roi des Belges, vient de prononcer un discours on ne peut plus paternaliste dans lequel il fait l’éloge de la colonisation tout en s’attribuant les mérites de la décolonisation, Lumumba, leader du mouvement pour l’indépendance ne l’entend pas ainsi. Laisser le roi des Belges tenir un discours aussi humiliant déshonorait la lutte même pour cette indépendance en plus d’envoyer un mauvais message aux futures générations et au monde entier l’image d’un peuple congolais faible à qui l’on fait don de liberté.

Il ne voit pas d’un bon œil le rôle de la Belgique dans le déroulement des événements autour de l’indépendance de son pays. L’indépendance doit être totale. Il rappelle alors aux Belges que son gouvernement veillerait à ce que les nouveaux traités de coopération entre les deux pays soient appliqués de façon équitable aux antipodes de ce qui avait prédominé   jusqu’à présent entre les deux pays. Ainsi, il écrit : Cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd’hui dans l’entente avec la Belgique, pays ami avec qui nous traitons d’égal à égal, nul Congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c’est par la lutte qu’elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang2. Il le dénonce avec force et fait un réquisitoire contre la domination de la Belgique pendant 80 années sur des humains exploités tels des bêtes de somme sur leur propre terre. Patrice Lumumba se fait aussi un honneur en pointant du doigt les injustices et traitements déshumanisants du gouvernement belge à l’égard des Congolais qui dès lors n’ont plus à rougir de la réappropriation de leur terre et de leur dignité d’être humain.

Le jeune dirigeant revendique aussi sa double identité. Même s’il reconnait l’indépendance du Congo comme l’aboutissement d’une lutte acharnée au péril des vies des hommes et des femmes congolaises dont il est fier d’appartenir, il n’oublie pas pour autant son appartenance à l’ensemble de l’Afrique qu’il appelle frères de race3. Le départ de la Belgique qui jusque-là s’était arrogé tous les droits sur le sol congolais laissait désormais à Lumumba et son peuple la liberté de développer de nouveaux partenariats avec d’autres pays africains dans un esprit du panafricanisme. Cette lutte noble et glorieuse4, comme il le clame dans ce discours, est donc en quelque sorte la lutte de l’homme noir de tous les horizons. Elle est libératrice de toutes les humiliations et crimes contre l’humanité que subissent les peuples noirs victimes de la domination coloniale et des ségrégations partout sur le continent africain et ailleurs.

Finalement, ce document nous a permis de comprendre la pensée politique de Lumumba. Cette pensée qui conduira à son assassinat par ses adversaires quelques mois plus tard après ce discours s’inscrit dans une idéologie nationaliste et humaniste. On pourrait donc penser que Lumumba est un patriote incompris par ses adversaires politiques et idéologiques qui voyaient en lui un communiste anti occidental5. Pour mieux comprendre ce document, il pourrait être pertinent de s’intéresser aux discours l’ancien président du Burkina Fasso. Ce dernier, fervent défenseur du panafricanisme est un autre jeune leader politique africain poste colonial qui s’est démarqué par ses prises de position contre l’impérialisme occidental. Il fut lui aussi assassiné par ses adversaires politiques.

Pour aller plus loin:

CORREAU, Laurent. Patrice Lumumba: comment l’Occident s’est fabriqué un ennemi, rfi Afrique, France, 13 janvier 2021, https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210113-lumumba-comment-l-occident-s-est-fabriqu%C3%A9-un-ennemi

Langellier, J. (2017). 4 – Joseph et Patrice. Dans : , J. Langellier, Mobutu (pp. 35-44). Paris: Perrin. https://www.cairn.info/mobutu–9782262049539-page-35.htm

Mantuba-Ngoma, P. (2009). 9. Systèmes capitaliste et guerres post-coloniales en RDC. Dans : Isidore Ndaywel è Nziem éd., Images, mémoires et savoirs: Une histoire en partage avec Bogumil Koss Jewsiewicki (pp. 177-192). Paris: Karthala. https://doi.org/10.3917/kart.nday.2009.01.0177″

Sartre, J. (1963). La pensée politique de Patrice Lumumba. Présence Africaine, 3(3), 18-58. https://doi.org/10.3917/presa.047.0018

Tshiyembé, M. (2012). La pensée politique de Lumumba cinquante ans après : Qu’en dit la sociologie politique des idéologies ?. Présence Africaine, 1(1-2), 47-59. https://doi.org/10.3917/presa.185.0047

Willame Jean-Claude, « 2. Le discours du 30 juin », dans : , Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée, sous la direction de Willame Jean-Claude. Paris, Karthala, « Les Afriques », 1990, p. 93-118. URL : https://www-cairn-info.biblioproxy.uqtr.ca/patrice-lumumba–9782865372706-page-93.htm

  1. Discours édité par l’école de politique appliquée,  Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Sherbrooke, Outil Perspective Monde, https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447 []
  2. Ibid.)).

     Le changement de ton est radical. Cette attitude nouvelle témoigne du renouveau du discours politique dans le pays. Les relations entre les Belges et les Congolais, jusque-là orientées par la domination belge, vont désormais connaitre une nouvelle vision par laquelle le Congo ne devrait plus être lésé.

    L’indépendance du Congo est tout sauf un don de la Belgique et son roi. Contrairement au président Kasavubu qui dans son discours prononcé quelques minutes plus tôt faisait du roi des Belges un héros de l’indépendance, Lumumba quant à lui, fustige le rôle de la Belgique et son roi dans cette indépendance. D’abord, il se fait un devoir de mémoire en rappelant aux citoyens congolais l’importance de cette date du 30 juin 1960. Il veut s’assurer que tout Congolais se souvienne et soit fier du travail de lutte accompli.

    Ce discours, bien que nationaliste, prend aussi des accents humanistes lorsqu’il assimile l’ignominie qu’a été la colonisation à l’esclavage : C’est une lutte qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu’au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant esclavage, qui nous était imposé par la force (( Ibid. []

  3. Ibid. []
  4. Ibid. []
  5. CORREAU, Laurent. Patrice Lumumba: comment l’Occident s’est fabriqué un ennemi, rfi Afrique, France, 13 janvier 2021 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.