Discours d’un empereur en guerre – discours de l’empereur Guillaume II en 1914

Texte écrit par Emryk Beaudry

 

Le document que nous voyons ici1 présente un discours du 4 août 1914 de l’empereur allemand Guillaume II, qui s’adresse aux députés du Reichstag (le nom du parlement de l’Empire allemand) lors d’une séance se tenant exceptionnellement dans la salle blanche du château de Berlin. Le document est une source primaire, puisque l’auteur, Guillaume II, nous rapporte directement des informations sur la situation de son époque depuis celle-ci. C’est aussi une source indirecte, puisque le document est traduit (la langue d’origine du discours et l’allemand et non le français), et, car il n’est pas présenté dans son entièreté.

Les prémices d’une guerre

Guillaume II est un empereur qui a drastiquement changé avec ce qui se faisait avant, sous l’ère Bismarck, ses idées expansionnistes et colonialistes font en sorte qu’il injecte énormément de ressources dans la construction d’une puissante armée, particulièrement au niveau naval pour concurrencer les Britanniques et devenir la première puissance mondiale2. Durant son règne, l’Allemagne se rapprochera particulièrement de l’Autriche-Hongrie (et de l’Italie, avec lesquels ils forment la Triplice) et s’éloignera de la Russie (il ne renouvelle pas le traité de réassurance avec les Russes)3. D’ailleurs, un an auparavant, Guillaume II se faisait inquiet de la montée en puissance de la Russie et croyait nécessaire de leur faire la guerre pour les écraser avant qu’il ne soit trop tard3. Le contexte dans lequel ce discours a lieu est le suivant : le prétendant au trône austro-hongrois, François-Ferdinand, s’est fait assassiner il y a de cela légèrement plus d’un mois par de jeunes nationalistes serbes4. L’Autriche-Hongrie veut venger cette perte (même si le gouvernement serbe n’est pas impliqué dans l’affaire) et est encouragée par les Allemands à faire comme cela. C’est ainsi que, le 23 juillet 1914, l’Autriche envoie un ultimatum, composé de 10 demandes aux Serbes, qui les acceptent tous sauf la demande numéro 6, qui stipule que des enquêteurs autrichiens doivent se rendre en Serbie5. Le 29 juillet, la capitale serbe, Belgrade, est bombardée par l’empire austro-hongrois. Les Russes viennent toutefois jouer les trouble-fêtes et s’invitent dans la partie pour défendre leurs voisins slaves, avec lesquels ils partagent une même religion (orthodoxe), une écriture (l’alphabet cyrillique) et un art (influencé par Byzance), en mobilisant leur armée le 30 juillet5. L’Allemagne déclare alors la guerre à la Russie le 1er août 1914, et 2 jours plus tard, à la France, alliée de la Russie6.

Le document présent contient les propos d’un Guillaume II venant de faire entrer l’Allemagne en guerre contre la Russie et la France. Il y indique les raisons pour lesquelles l’Allemagne est entrée en guerre. Par exemple, il y a « l’obligation » dans laquelle son allié, l’Autriche-Hongrie, était d’appeler aux armes pour défendre ses intérêts légitimes et le fait que la Russie se mit au travers de cela en se rangeant du côté de son allié serbe. Guillaume II rejette donc la faute sur la Serbie, qu’il qualifie d’état criminel, ainsi que sur la Russie qui ose intervenir dans ce conflit. Guillaume II ajoute que la France s’est jointe aux ennemis et il s’adresse au peuple allemand, lui indiquant d’unir leurs forces pour défendre l’Empire.

La question historique principale à laquelle le document permet de répondre est à savoir qu’elle est le point de vue des dirigeants de l’Empire allemand par rapport à leurs « nouveaux » ennemis (leurs agissements) et les raisons qui les ont poussés à mobiliser l’armée et à déclarer la guerre.

Le conflit selon l’empereur

L’Allemagne est, à ce moment, en guerre contre la Russie et au vu des actions des Serbes et des Russes, il est fort possible pour le gouvernement impérial de mettre la faute de cette guerre sur le dos de ces deux États. C’est exactement ce que l’Empereur Guillaume II et son chancelier font alors qu’ils vont tour à tour déclarer : « Le gouvernement impérial de Russie, cédant à la poussée d’un infatigable nationalisme, est intervenu en faveur d’un État qui, en favorisant des menées criminelles, a provoqué la présente guerre. » et : « Un malheur épouvantable menace l’Europe. Depuis 44 ans, nous jouissions de la paix pour laquelle nous voulions continuer à travailler. De l’empereur au plus jeune soldat chacun a fait le vœu de ne tirer l’épée que pour une cause juste. La Russie a allumé la torche incendiaire. »7 Toutefois, lorsque mis dans son contexte, on remarque que l’Autriche-Hongrie n’est pas « dans la nécessité d’en appeler aux armes pour défendre la sécurité de son empire contre les menées dangereuses d’un État voisin », comme l’a dit Guillaume II, mais que c’est l’Allemagne qui l’encourage à faire ainsi8. De plus, l’Allemagne, en particulier Guillaume II, souhaitait en découdre avec la Russie avant qu’elle ne prenne l’ascendant sur l’Empire, donc il faut prendre avec des pincettes le fait de mettre l’entière faute de ce conflit sur la Russie et la Serbie ainsi que cette déclaration : « C’est le cœur serré que j’ai dû mobiliser mon armée contre un voisin (L’Allemagne avait alors une frontière commune avec la Russie) avec les armées duquel les nôtres ont si souvent combattu en commun et c’est avec une douleur sincère que j’ai vu se briser une amitié à laquelle l’Allemagne s’efforçait de rester fidèle. »8 Alors qu’il est celui qui a mis fin au traité de réassurance avec la Russie 34 ans plus tôt, tandis que les Russes désiraient son renouvellement9.

C’est d’ailleurs cette dernière décision de Guillaume II qui incitera la Russie à se rapprocher de la France pour ne pas complètement s’isoler, ce qui mène finalement à une alliance militaire entre Paris et Moscou en 189210. Dès lors, on comprend que la France ne prend pas nécessairement part au conflit qu’à cause de : « vieilles espérances et à de vieilles rancunes » ou d’une : « (…) malveillance qui se fait jour depuis de nombreuses années à l’égard de la puissance et de la prospérité de l’empire allemand. », comme le dit Guillaume II dans son discours7. L’empereur allemand ajoute que l’Allemagne a tout fait pour éviter « cette douloureuse extrémité » qu’est la guerre, mais il « oublie » sans doute encore de mentionner que sans son intervention, l’Autriche-Hongrie serait probablement restée plus prudente et n’aurait pas participé au déclenchement d’une guerre à grande échelle, puisqu’elle est alors une puissance sur le déclin.10 « Nous saisissons l’épée pour nous défendre avec la conscience tranquille et les mains pures. Mon appel s’adresse à tous les peuples allemands pour que nous unissions nos forces à celles de notre alliée, afin de défendre ce que nous avons élaboré en commun. »11 Cette partie du discours nous démontre que l’Allemagne croit être en légitime défense puisque l’auteur utilise ici le terme « défendre » à deux reprises consécutives, pour un total de 4 allusions à ce champ lexical dans son discours. L’empereur ne fait donc pas que mettre l’entièreté du blâme sur la Russie, la Serbie et la France, mais il innocente aussi complètement l’Allemagne ! La fin du document présente le patriotisme de Guillaume II qui demande aux membres du Reichstag de bien vouloir le suivre et de s’unir, sans distinction de parti (même socialiste) pour permettre à l’Allemagne de gagner la guerre : « Je le répète, je ne connais plus de parti, je ne connais que des Allemands. »7

Conclusion

En conclusion, nous remarquons dans ce document que son auteur, Guillaume II, manque d’objectivité quant à l’explication de ce conflit, tant au niveau de son implication, alors qu’il clame l’innocence de l’Allemagne et défend l’Autriche-Hongrie, qu’au niveau des fautifs, puisqu’il met presque toute la faute sur le dos de la Russie et de la Serbie et un peu sur celle de la France. Toutefois, nous devons comprendre que l’empereur faisait ce discours pour rallier les membres du Reichstag à sa cause, et donc, qu’il devait « vendre » cette guerre et les raisons pour lesquelles l’empire allemand devait s’y impliquer. D’un point de vue historique, ce document nous permet de comprendre les ressentis de l’Allemagne et de son empereur face à ces ennemis dans cette toute jeune guerre, mais il est compliqué de l’utiliser pour expliquer les raisons de cette guerre, puisque le discours ne montre que le point de vue allemand et manque de nuance dans le propos.



Citer ce billet
etudiant1 (2021, 19 mars). Discours d’un empereur en guerre – discours de l’empereur Guillaume II en 1914. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjen

  1. Disponible sur https://cliotexte.clionautes.org/discours-empereur-allemagne-guillaume-aout-1914.html []
  2. Inconnu, « Guillaume II », Hérodote.net, 27 novembre 2020 []
  3. Ibid. [] []
  4. LOPEZ, Jean, « Deux conflits, Un volume » science et vie Junior, Tana éditions, Paris, 2004, p.2,3 et4 []
  5. Ibid. [] []
  6. SENSI, Vene vidi, « Première Guerre mondiale : à qui la faute ? », Word Press, le 18 décembre 2015 []
  7. DELPIN, Patrice, « Discours de l’Empereur d’Allemagne Guillaume II – 4 août 1914 », Clio-texte, 2 décembre 2020 [] [] []
  8. Ibid. [] []
  9. Inconnu, « Guillaume II », Hérodote.net, 27 novembre 2020 []
  10. LOPEZ, Jean, « Deux conflits, Un volume » science et vie Junior, Tana éditions, Paris, 2004, p.2,3 et4 [] []
  11. DELPIN, Patrice, « Discours de l’Empereur d’Allemagne Guillaume II – 4 août 1914 », Clio-texte, 2 décembre 2020 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.