Le discours de Patrice Lumumba durant l‘indépendance du Congo

Texte écrit par Arianne Ladouceur

Le document dont il sera question dans ce commentaire est la retranscription d’un discours prononcé par Patrice Lumumba à la cérémonie de l’indépendance du Congo à Léopoldville le 30 juin 1960. Le document officiel étant un discours narratif, nous allons utiliser une version écrite dont la mise à page et la sélection a été faite par perspective monde de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Sherbrooke.1

1. Le document et son contexte

Patrice Lumumba était un homme politique congolais qui a été le premier Premier ministre de l’État indépendant du Congo de juin à septembre 1960.2 Persuadé que le Congo devait devenir indépendant, il créa en 1958 le Mouvement national congolais et entame ensuite une grande compagne d’indépendance.3 Après la sécession du Katanga et le départ précipité des fonctionnaires belges à la suite de l’indépendance, Patrice Lumumba craint une balkanisation du Congo et tente de trouver les outils à l’internationale pour ramener le calme, mais tout cela sans succès.4 Son poste de premier ministre sera ensuite révoqué et il mourra dans des circonstances qui ne sont toujours pas élucidées à ce jour.5 Son discours prend place dans le contexte d’indépendance du Congo qui était initialement une possession personnelle du roi belge Léopold II depuis 1908.6 Bien que la décolonisation ne soit pas un phénomène exclusivement issu de l’après-Deuxième Guerre mondiale comme on peut le voir avec l’indépendance des États-Unis le 4 juillet 1776 ou bien un peu plus tard avec l’indépendance de certains pays d’Amérique du Sud comme le Venezuela en 1821, il n’en demeure pas moins qu’il y a une accélération généralisée entre 1950 et 1960.7 En effet, la Deuxième Guerre mondiale a pour conséquence de montrer la vulnérabilité des puissances coloniales et ainsi valoriser l’émancipation des peuples colonisés.5 Cette lutte des peuples colonisés prend essentiellement racine dans les conséquences négatives de la colonisation qui malgré certains aspects positifs est surtout caractérisée par une période de répression au profit des puissances coloniales.8 Durant la période où le Congo est la propriété du roi Léopold II de 1885 à 1908, l’extraction du caoutchouc au profit de la Belgique a amené des conditions inhumaines comme en témoignent les actions de plusieurs commissaires comme Victor Fiévez qui utilisait des techniques diverses pour permettre l’accroissement de la production.9 Les atrocités qui ont lieu durant cette période seront fortement critiquées et mèneront le roi à léguer le territoire à la Belgique. Malgré cela, il n’en demeure pas moins que les répressions coloniales continuent après cette période puisque les administrateurs belges avaient toujours l’idée de civiliser les populations indigènes et les placer dans une situation de d’infériorité ainsi que l‘objectif d‘enrichir la Belgique au détriment de la colonie.10

Le discours de Patrice Lumumba s’intègre directement dans cette idée de conséquences négatives de la colonisation. En effet, alors que le Congo obtient son indépendance et qu’il y a la cérémonie de passation du pouvoir, le premier ministre Patrice Lumumba qui initialement ne devait pas faire de discours a pris la parole pour faire un discours qui surprit autant les Congolais que les Belges par la brutalité des propos avancés.11 Son discours très anticolonialiste appelait le peuple congolais à ne pas oublier cette date d’indépendance ainsi que les souffrances vécues durant la période coloniale. Ce discours en tant que trace historique permet de mettre en lumière le principe de mémoire collective en lien avec le passé colonial. En effet, il permet de comprendre la manière dont le peuple congolais se représente la période coloniale à l’époque de l’indépendance.

Musée McCord.http://collections.musee-mccord.qc.ca/fr/collection/artefacts/M965.199.8843

 

2. Développement

2.1 La mémoire de la lutte pour l’indépendance

Dès la première phrase de son discours, Patrice Lumumba affirme l’importance de se souvenir de la date du 30 juin 1960 et des différentes luttes pour arriver à l’indépendance du Congo : « À vous tous, mes amis qui avez lutté sans relâche à nos côtés, je vous demande de faire de ce 30 juin 1960 une date illustre que vous garderez ineffaçablement gravée dans vos cœurs, une date dont vous enseignerez avec fierté la signification à vos enfants, pour que ceux-ci à leur tour fassent connaître à leurs fils et à leurs petits-fils l’histoire glorieuse de notre lutte pour la libertés. » Cet extrait nous permet de voir l’importance accordée aux luttes pour l’indépendance. En effet, on souligne l’idée que les luttes pour l’indépendance doivent rester dans la mémoire des Congolais pour la génération actuelle ainsi que pour les générations futures. La présence du principe de mémoire collective est donc fortement présente dès le début du discours de Patrice Lumumba.

Celui-ci affirme aussi qu’il faut se souvenir des difficultés associées à cette lutte pour l’indépendance : « C’est une lutte qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu’au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant esclavage, qui nous était imposé par la force. » Pour illustrer le propos de Lumumba en lien avec les difficultés et les sacrifices faits pendant les luttes pour l’indépendance, nous pouvons prendre exemple sur les émeutes qui prennent place à Léopoldville le 4 janvier 1959. Ces émeutes se passent dans le cadre d’une réunion de l’Association culturelle des Ressortissants du Bas Congo qui était depuis 1956 inscrite sur la scène politique depuis l’écriture d’un manifeste sur l’autonomie congolaise.12 Des rumeurs circulaient que la réunion risquait d’être annulée ce qui excita la foule qui s’était amassée près du bâtiment.5 La réunion eu tout de même lui entre les différents représentants et à la fin de celle-ci le peuple s’écria : « Indépendance ! Indépendance ! » C’est alors qu’une confrontation avec un policier européen débuta l’émeute violente.13 Le bilan de ces émeutes est assez lourd, particulièrement pour les Congolais : « Au 21 janvier, les services officiels arrêtaient le nombre des victimes à 47 Congolais tués ou décédés des suites de blessures, 116 blessés graves dont 15 Européens, et 174 blessés légers dont 34 Européens, ceci dans la population civile. »5 Avec cet exemple d’émeutes pour l’indépendance congolaise, on comprend que la lutte vers l’indépendance a mené vers une perte de vie humaine ainsi que des sacrifices comme le mentionne Patrice Lumumba dans son discours. C’est ce genre de lutte que Patrice Lumumba veut que le peuple congolais se souvienne. Outre l’aspect de la mémoire en lien avec les luttes de l’indépendance, l’extrait précédent aborde aussi le prochain élément associé à la mémoire collective : la mémoire associée au vécu durant la colonisation.

2.2 La mémoire associée au vécu durant la colonisation

Alors que le dernier extrait abordait l’humiliation de l’esclavage, le discours de Lumumba se poursuit de la manière suivante : « Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire. » On comprend donc que malgré l’indépendance du Congo, les années coloniales ne pourront pas être oubliées par le peuple congolais contenu des atrocités vécu durant cette période.

La suite de son discours exprime plus en détail les nombreuses souffrances vécues par ce peuple colonisé : « Nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres. » Comme mentionné précédemment, l’exploitation du caoutchouc au profit de la Belgique était très présente au Congo et était associée à des conditions de travail horrifiantes. Pour illustrer ce propos, nous pouvons prendre sur la maladie du sommeil qui était la cause première de l’extermination de village entier.14 Il est très important pour Patrice Lumumba que cette partie de l’histoire ne soit pas effacée, et ce, malgré la déclaration de l’indépendance qui met fin à la période coloniale. Cet extrait nous permet facilement d’observer la dureté et le caractère direct du discours. En effet, alors qu’il est en présence du monarque belge, Patrice Lumumba ose aborder les souffrances vécues pendant le régime colonial belge de manière très directe et très crues ce qui est en contradiction avec le protocole habituel. La rudesse du propos s’observe à travers les exemples précis d’atrocité vécue par les Congolais.

3. Conclusion

En conclusion, le discours de Patrice Lumumba permet de mettre en lumière le principe de mémoire collective congolaise en ce qui a trait à la période coloniale. Que ce soit par la mémoire associée à la lutte pour l’indépendance ou bien la mémoire du vécu durant la période coloniale, la rudesse du discours et les divers exemples concrets énoncés nous fait comprendre que la période coloniale est lourdement ancrée dans l’histoire du Congo ainsi que dans la mémoire de son peuple. Ce discours possède néanmoins certaines limites sachant que les éléments dits ne représentent pas nécessairement une vérité absolue pour tous. En effet, ce discours qui provient seulement de Patrice Lumumba ne permet pas nécessairement de faire une généralité sur la position des Congolais. Malgré tout, il n’en demeure pas moins que le discours de Patrice Lumumba, malgré les diversités d’opinion, peut être vu comme quelque chose de partagé par le peuple congolais. En effet, cette réalité s’observe avec l’analyse de la réaction du public congolais lors du discours qui traduisent un assentiment général du discours.15

Pour aller plus loin…

BARRY, Françoise. « LUMUMBA PATRICE — (1925-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2021. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/patrice-lumumba/ 

BRASSINNE DE LA BUISSIÈRE, Jacques et Dumont, GEORGES-HENRI. « Les autorités belges et la décolonisation du Congo », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 2063-2064, no. 18-19, 2010, pp. 9-117.

DES MAZERY, Alain. « EMEUTES A LEOPOLDVILLE. » Présence Africaine, no. 23, 1958, pp. 113–122. JSTOR, www.jstor.org/stable/24345408.

GRAND, Camille et GROSSER, Pierre. « 5 — La fin des Empires coloniaux », Les Relations internationales depuis 1945. Sous la direction de Grand Camille, Grosser Pierre. Hachette Education (programme ReLIRE), 2000, pp. 68-81.

NGBWAPKWA, Te Mobusa « L’exploitation du caoutchouc par l’état indépendant du Congo dans le territoire de Banzyville, district de l’Ubangi (1900-1908) », Civilisations [En ligne], 41 | 1993, mis en ligne le 30 juillet 2009, consulté le 09 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/1713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/civilisations.1713

RUBBERS, Benjamin et PONCELET, Poncelet. « Sociologie coloniale au Congo belge. Les études sur le Katanga industriel et urbain à la veille de l’Indépendance », Genèses, vol. 99, no. 2, 2015, pp. 93-112.

WILLAME, Jean-Claude. « 2. Le discours du 30 juin », Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée, sous la direction de Willame Jean-Claude. Karthala, 1990, pp. 93-118.

  1. Voir https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447. Le document utilisé peut donc avoir certaines différences avec le discours original de 1960 puisqu’un changement de moyen de transmission du message peut amener une modification de la compréhension et de l’interprétation de celui-ci. De plus, la sélection fait par perspective monde amène aussi un certain décalage avec l’œuvre originale qui doit aussi est prise en compte. []
  2. Françoise BARRY, « LUMUMBA PATRICE – (1925-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2021. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/patrice-lumumba/. []
  3. ibid. []
  4. Ibid. []
  5. Ibid. [] [] [] []
  6. Jacques BRASSINNE DE LA BUISSIÈRE et Georges-Henri DUMONT. « Les autorités belges et la décolonisation du Congo », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 2063-2064, no. 18-19, 2010, pp. 9-117. []
  7. Camille GRAND et Pierre GROSSER. « 5 – La fin des Empires coloniaux », Les Relations internationales depuis 1945. Sous la direction de Grand Camille, Grosser Pierre. Hachette Education (programme ReLIRE), 2000, p.72. []
  8. Ibid., p.71. []
  9. Te Mobusa NGBWAPKWA, « L’exploitation du caoutchouc par l’état indépendant du Congo dans le territoire de Banzyville, district de l’Ubangi (1900-1908) », Civilisations [En ligne], 41 | 1993, mis en ligne le 30 juillet 2009, consulté le 09 février 2021. URL: http://journals.openedition.org/civilisations/1713; DOI :https://doi.org/10.4000/civilisations. []
  10. Benjamin RUBBERS et Marc PONCELET, « Sociologie coloniale au Congo belge. Les études sur le Katanga industriel et urbain à la veille de l’Indépendance », Genèses, vol. 99, no. 2, 2015, pp. 93 []
  11. Jean-Claude WILLIAME « 2. Le discours du 30 juin », Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée, sous la direction de Willame Jean-Claude. Karthala, 1990, p.93. []
  12. Alain DES MAZERY, “EMEUTES A LEOPOLDVILLE.” Présence Africaine, no. 23, 1958, pp. 113. JSTOR, www.jstor.org/stable/24345408. []
  13. Ibid., p.121. []
  14. Te Mobusa NGBWAPKWA, « L’exploitation du caoutchouc par l’état indépendant du Congo dans le territoire de Banzyville, district de l’Ubangi (1900-1908) », Civilisations [En ligne], 41 | 1993, mis en ligne le 30 juillet 2009, consulté le 09 février 2021. URL: http://journals.openedition.org/civilisations/1713; DOI: https://doi.org/10.4000/civilisations.1713)) En effet, la propagation de la maladie du sommeil est rendue très facile à partir de 1905 puisque la population avait un affaiblissement moral, physique et était très mal nourrie. ((Ibid. []
  15. Jean-Claude WILLIAME, op cit., p.113. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.