Entrée en guerre de l’Allemagne (1914)

Texte écrit par Nicolas Sanctuaire

Lors de la fin du 19e siècle, le nouvel État allemand s’impose sur l’Europe comme l’une des grandes puissances. Un nouvel État unifié autour de la Prusse, un État déjà bien puissant pour son temps1.  Ce nouvel État se retrouve cependant en guerre avec la France en 1870, une guerre qui se soldera par la victoire de l’Allemagne et la formation du nouvel Empire allemand (Deuxième Reich)2. La formation du Deuxième Reich contribue à la gloire de certains personnages allemands très célèbres, dont le plus célèbre d’entre eux est sans aucun doute le chancelier allemand Otto Von Bismarck. Ce dernier se distingue énormément sur la scène européenne de la fin du 19e siècle3. Ce grand diplomate se voit cependant contraint à quitter son office en 1890 suite à la montée du nouvel empereur, Guillaume II2. Alors que Guillaume II est jeune et souhaite régner d’un poing ferme, le chancelier fit place à d’autres hommes plus dociles pour le nouveau souverain2. Cela mène alors au présent document à l’étude, le discours de l’empereur d’Allemagne Guillaume II, le 4 aout 1914. D’abord, la nature de ce document se trouve être un discours public de l’empereur pour l’ensemble de la nation allemande, quelques jours après la date reconnaissant le début de la Première Guerre mondiale. L’historien français Léon Strauss dit au sujet du titre et de la généalogie de l’auteur Guillaume II qu’il est « Empereur d’Allemagne et roi de Prusse, […] petit-fils de Guillaume 1er et de Victoria d’Angleterre, et le fils de Frédéric III […] il accède à l’Empire en 1888 »4. Suite au départ de l’ancien chancelier Bismarck, l’empereur nomme des hommes de second plan et ne leur laisse aucune chance d’autonomie, les renvoyant à la moindre occasion2. Il est responsable de l’entrée de l’Allemagne dans la première Guerre mondiale en 19142. Cette guerre ne fut cependant pas bénéfique pour l’empereur qui fut contraint à s’effacer de la vie politique et qui en 1918 se réfugia en Hollande jusqu’à sa mort en 19412. Le discours de Guillaume II explique donc l’entrée en guerre de la nation allemande. Il met de l’avant le déploiement des troupes contre les Russes et les Français. Il pointe également que la raison principale pour partir en guerre est de venir en aide à l’Autriche qui cherche à défendre « la sécurité de son empire contre les menées dangereuses d’un État voisin »5 (la Serbie). Il mentionne également l’évènement qu’est l’assassinat de son ami, l’archiduc François-Ferdinand. Ce document met donc de l’avant la problématique suivante : Comment Guillaume II justifie l’entrée de son empire dans la Première Guerre mondiale?

À la défense de l’Autriche

« Le monde est témoin de l’ardeur avec laquelle, au cours de ces dernières années, nous avons cherché à épargner aux peuples d’Europe une guerre entre grandes puissances. Le danger provoqué par les guerres des Balkans semblait écarté lorsque par l’assassinat de mon ami, l’archiduc François-Ferdinand, l’abîme se rouvrit. »6. Cette courte introduction du discours de Guillaume II présente l’Allemagne comme étant l’une des grandes puissances de son époque qui prône la paix malgré la puissance militaire dont elle jouit. Cette section met également en place l’idée que le problème règne dans la région des Balkans. Elle se termine ensuite avec la mention de la mort de l’archiduc François-Ferdinand, évènement essentiel et important de l’histoire et qui peut servir de point d’encrage au début de la Première Guerre mondiale.

La première phrase de ce deuxième paragraphe illustre l’État autrichien comme la victime des conflits et de l’instabilité régnant dans la région des Balkans, les Serbes sont alors dépeints comme les méchants de cette histoire. On peut comprendre que celle-ci ne cherche qu’à défendre ses intérêts et la sécurité de son État contre un voisin dangereux. La deuxième phrase, permet de mettre de l’avant l’héritage culturel et historique de l’État allemand et autrichien. Cet héritage pouvant remonter jusqu’à la fondation du Saint Empire romain germanique.

Contre l’alliance franco-russe

« C’est le cœur serré que j’ai dû mobiliser mon armée contre un voisin(2) avec les armées duquel les nôtres ont si souvent combattu en commun et c’est avec une douleur sincère que j’ai vu se briser une amitié à laquelle l’Allemagne s’efforçait de rester fidèle. »7. Par ce troisième paragraphe, l’empereur explique que cette guerre ne se produira pas seulement dans la région des Balkans, mais aussi sur la frontière entre l’Allemagne et la Russie. Il est également mis de l’avant la relation potentielle qu’il y aurait eu entre ces deux États et la rupture de celle-ci venant de pair avec cette guerre.

Puis, le quatrième paragraphe met de l’avant d’autres pensées de l’auteur au sujet de l’une de ses ennemies lors de la présente guerre, la Russie. L’auteur présente la Russie comme un État encourageant « des menées criminelles »8 dans les Balkans. Menant ainsi à la mort de l’archiduc et le déclenchement du conflit. La Russie est donc perçue telle une ennemie à la stabilité et à l’ordre, forçant donc la main à l’Allemagne d’intervenir dans le conflit. De plus, est mise de l’avant l’idée que l’Allemagne souhaitait améliorer ses relations avec la France, mais qu’il en était impossible, dû aux anciennes guerres et à l’alliance franco-russe.

Ensuite, le cinquième paragraphe comporte le passage suivant : « elle est le résultat de la malveillance qui se fait jour depuis de nombreuses années à l’égard de la puissance et de la prospérité de l’empire allemand »9, ce dernier met de l’avant l’idée d’une jalousie de la part de ses ennemies envers l’Allemagne. L’Allemagne de l’époque englobe une grande partie de l’ancien Saint Empire romain germanique, donc de nombreux territoires très développés et industrialisés comparativement à d’autres puissances continentales européennes. La suite de passage appuie également l’idée mentionnée précédemment que l’Allemagne ne cherche qu’à défendre son territoire et ses intérêts, l’auteur utilise donc cette courte citation pour appuyer une telle idée : « Nous saisissons l’épée pour nous défendre avec la conscience tranquille et les mains pures »2.

Conclusion 

Ce document permet alors de mettre de l’avant les arguments de Guillaume II justifiant ce conflit qui prit une envergure mondiale. Ce dernier met d’avant l’idée que l’Empire allemand ne cherche qu’à se défendre et protéger son allié (Autriche) dans ce qui est selon Guillaume II, une juste cause (rétablir l’ordre et se protéger de la Serbie). L’auteur met également de l’avant l’idée que la Russie est l’ennemie réelle, la méchante encourageant les conflits et l’instabilité dans les Balkans. Ces deux idées permettent donc à l’empereur de justifier ce conflit auprès du peuple allemand. D’un point plus technique, le document permet de voir la perspective allemande sur le début de ce conflit d’envergure, il ne permet cependant pas de voir d’une façon plus globale et objective le déclenchement des hostilités. Cette volonté de ne pas tout montrer de façon globale peut être perçue comme l’un des buts de Guillaume II, afin d’aider sa cause. Cette limite ne donne donc aucune information sur le point de vue de l’autre camp (Russie/France/Grande-Bretagne) ou sur la réalité dans les États des Balkans.

Pour aller plus loin:

EUDE, Michel et GROSSER, Alfred, « ALLEMAGNE (Histoire) – Allemagne moderne et contemporaine », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/

EUDE, Michel, « BISMARCK Otto Von – (1815-1898) », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-bismarck/

FERRO, Marc, « GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/

STRAUSS, Léon, « GUILLAUME II (1859-1941) – empereur d’Allemagne (1888-1918) », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ii/

VENAYRE, Sylvain, « PREMIÈRE GUERRE MONDIALE – (repères chronologiques) », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-guerre-mondiale-reperes-chronologiques/

  1. Michel EUDE, Alfred GROSSER, « ALLEMAGNE (Histoire) – Allemagne moderne et contemporaine », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/ []
  2. Ibid. [] [] [] [] [] [] []
  3. Michel EUDE, « BISMARCK Otto Von – (1815-1898) », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-von-bismarck/ []
  4. Léon STRAUSS, « GUILLAUME II (1859-1941) – empereur d’Allemagne (1888-1918) », Encyclopédie Universalis [en ligne], page consultée le 5 février 2021, URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ii/ []
  5. Discours de Guillaume II, paragraphe 2. []
  6. Discours de Guillaume II, paragraphe 1. []
  7. Discours de Guillaume II, paragraphe 3. []
  8. Discours de Guillaume II, paragraphe 4. []
  9. Discours de Guillaume II, paragraphe 5. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.