Commentaire sur le discours du Premier-Ministre Congolais, Patrice Émery Lumumba, 30 juin 1960.

Texte écrit par Guillaume Fisette

De 1884 à 1885 au cours de la conférence de Berlin, Léopold II le roi des Belges, a su faire usage de sa ruse et de son adresse politique, afin de faire valoir ses intérêts en obtenant la liberté du commerce en Afrique centrale1. Il a fait croire une fausse image de colonisation bienfaisante combattant l’esclavage1, alors que sa seule motivation était son propre enrichissement. À cause de la pression internationale, le Congo sera cédé à l’état belge qui en continuera la colonisation2. Patrice Émery Lumumba, est la personnalité dominante de l’indépendance du Congo. En 1956, il effectue un voyage à Bruxelles, car il fait partie de l’élite congolaise que les Belges appelaient les « évolués », il devient premier ministre le 24 juin 1960, mais il signe son arrêt de mort à peine un an plus tard, lorsqu’il demande de l’aide auprès de l’État communiste russe contre l’occupation du Katanga par les forces belges2. Il sera victime d’un complot orchestré par l’Occident et Mobutu Sese Seko et assassiné par des officiers belges.

Archives nationales des Pays-Bas (2.24.01.05)

En 1960, le jour de la cérémonie d’indépendance de la république du Congo organisée à Léopoldville, Patrice Lumumba va prononcer un discours dénonciateur qui va faire grincer les dents du roi des Belges. Le discours s’adressait aux peuples congolais et belge, mais c’était aussi une réponse directe au discours provocateur et glorificateur de la colonisation qu’avait dit le roi Baudouin tout juste avant. La teneur du discours de Lumumba portait essentiellement sur les souffrances subies par le peuple congolais à cause de l’époque coloniale et de l’esclavage. Ce qui est intéressant de voir c’est, comment Lumumba dénonce ouvertement les ravages de la colonisation européenne, alors que la perception des européens de l’époque est que la colonisation a apporté la civilisation et le progrès aux peuples non civilisé.

D’abord, nous analyserons les points politiques que Lumumba apporte dans son discours. Pour commencer, il n’était pas un radical et il croyait sincèrement que la libération de son peuple se ferait avec l’accord de la Belgique2. L’insurrection n’était pas dans ses projets, peut-être que c’était dû à son éducation de colonisé2. Il était convaincu de la puissance, de la solidarité et des unions entre les peuples et il était conscient que l’Europe avait divisé l’Afrique pour mieux régner3. Il était persuadé que les fédérations pouvaient arriver à représenter la diversité et les intérêts de tous4.

Ensuite, nous étudierons la seconde partie de l’introduction du discours de Lumumba.

«[…] nul […] ne pourra jamais oublier […] la lutte […], une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang. C’est une lutte qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers […], car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant esclavage, qui nous était imposé par la force.»5

L’utilisation du mot « lutte » par Lumumba laisse déjà entrevoir un changement de ton dans son discours politique de l’époque. Habituellement, il est un grand optimiste qui désire créer des unions. La « lutte » devient le principal point de son introduction tout juste après avoir été de demander au peuple congolais de faire leur devoir de citoyens et de se souvenir de cette journée historique pour leur République. Cette « lutte » n’est pas un combat, car le Congo eut qu’une courte période de révolte qui totalisent quelques jours.6 La « lutte » dont parle Lumumba ici, est plutôt une longue attente dans la souffrance que tout le peuple congolais a clairement ressentie tout au long de l’esclavage.

Enfin, penchons-nous sur cette seconde citation qui consiste à être la plus longue partie du discours de Lumumba. Le discours se développe progressivement vers une critique assez crue des véritables conséquences de la colonisation européenne sur son peuple.

« Nous avons connu le travail harassant […] en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger […], ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d’élever nos enfants […]. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, […].  Nous avons connu nos terres spoliées au nom de textes […] légaux, qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort, nous avons connu que la loi n’était jamais la même, […], accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres. Nous avons connu les souffrances atroces des relégués pour opinions politiques ou, croyances religieuses […]. […] qu’un noir n’était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dits européens, […]. »5

Encore une fois, Lumumba demande à ses compatriotes d’utiliser leur mémoire mais cette fois-ci pour se souvenir du sang qui a été versé pour arriver à l’indépendance. Les violences physiques et psychologiques sont arrivées au summum de ce que pouvaient leur infliger les colons belges. Les Congolais étaient au-delà de n’avoir plus rien à perdre. Les violences judiciaires sont aussi importantes, le manque de droit rend difficile de trouver un travail bien rémunéré et la pauvreté amplifie la pléthore de problèmes dans les familles.

En conclusion, Lumumba à détourné la tribune spéciale que les belges lui avait offerte en des circonstances extraordinaires, afin de faire passer un message dans son discours historique. Une dénonciation publique et assumée des horreurs de la colonisation de l’Afrique. Comment Lumumba dénonce ouvertement les ravages de la colonisation européenne? Il rappelle la « lutte » qui est en faite la soumission et la honte. Et il nomme la multitude supplices, la violence a atteint la limite de ce que peuvent faire subir les colons européens aux Congolais. Ce discours restera un témoignage de l’occupation belge du Congo. La période autour de l’indépendance du Congo est encore aujourd’hui une clé de compréhension importante pour arriver à bien saisir la situation actuelle et les enjeux des guerres pour les ressources de la République Démocratique du Congo.

Pour allez plus loin

Discours de Patrice Lumumba, premier ministre et ministre de la Défense nationale de la République du Congo, prononcé lors de la cérémonie de l’Indépendance à Léopoldville le 30 juin 1960, https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447

Exposé de Patrice Lumumba, Congrès pour la Liberté et la Culture », Université d’Ibadan. 22 mars 1959. Texte extrait du livre « La pensée politique de Patrice Lumumba » éditions Présence Africaine 1963] Source: « Textes et Documents », no 123, Ministère des Affaires Étrangères, Bruxelles, https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447

Coret, Célia « conférence de Berlin et le partage de l’Afrique (La) », encyclopédie pour une histoire numérique de l’Europe, [enligne], https://ehne.fr/fr/programmes-du-lycee/premi%C3%A8re-sp%C3%A9cialit%C3%A9-histoire/th%C3%A8me-3-%C3%A9tudier-les-divisions-politiques-du-monde-les-fronti%C3%A8res/jalons/conf%C3%A9rence-de-berlin-et-le-partage-de-l%E2%80%99afrique-la

Doublet, Christine, Coat Fabrice, « Décolonisations », 7 Septembre 2020, ARTE France, YouTube, https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=nJYMrGxYra4&t=1351s , https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=lH3GPZslVpY

Tshiyembé Mwayila, « La pensée politique de Lumumba cinquante ans après : Qu’en dit la sociologie politique des idéologies ? », Présence Africaine, 2012/1-2 (N° 185-186), p. 47-59. https://www.cairn.info/revue-presence-africaine-2012-1-page-47.htm

Texte rédigé par l’équipe de Perspective monde « Début des émeutes à Léopoldville, au Congo Belge », Perspective Monde, École de politique appliquée, Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Sherbrooke, Québec, Canada, https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve/1330

  1. Coret, Célia « La conférence de Berlin et le partage de l’Afrique » [] []
  2. Doublet, Christine, Coat Fabrice, « Décolonisations » [] [] [] []
  3. Exposé de Patrice Lumumba, Congrès pour la Liberté et la Culture []
  4. La pensée politique de Lumumba cinquante ans après []
  5. Discours de Patrice Lumumba, cérémonie de l’Indépendance [] []
  6. Perspective monde, « Début des émeutes à Léopoldville, au Congo Belge » []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.