La relation entre civils et militaires du point de vue d’un soldat français

Texte écrit par Mathieu Hodgson 

Événement marquant du 20e siècle la Première Guerre mondiale laisse des traces physiques sur tout le continent européen. Destruction de villages, de routes, de ponts et même de grandes villes, les affrontements1 ont d’autant plus mené à la mort de millions de personnes. L’auteur du document est Maxime Cruat, né le 9 mars 1883 à Chavannes sur Suran. Âgé de 31 ans au début de la guerre il participera à l’entièreté de cette dernière comme soldat dans l’armée française.  Alors affecté à la 11e Section de Munitions d’artillerie de l’armée française, Maxime Cruat est réaffecté en tant que secrétaire à l’État-Major du Parc d’artillerie du 7e Corps d’Armée le 6 aout 1914. Durant son affectation,2 le soldat tient un carnet de route quotidien qui aujourd’hui, permet de mettre en lumière certains phénomènes de la Première Guerre mondiale. Les intentions de l’auteur n’étaient pas d’informer les gens sur la guerre mais plutôt pour des intérêts personnels3 Le document offre tout de même plusieurs informations inédites sur la vie des soldats durant la guerre. Cruat aborde plusieurs évènements qui pourraient permettre la compréhension du mode de vie des soldats ainsi que de leur relation avec la population des nombreux villages au cœur de la guerre. 

Le document en question s’étend sur une période précise du service militaire de Maxime Cruat, participant à la guerre de 1914 à 1918, la section commentée est celle qui résume la vie du soldat du 7 aout 1914 au 4 septembre 1914.  Le document provient donc du début de la Première Guerre mondiale. Lors de la rédaction du 9 aout 1914, Cruat mentionne l’arrivée de sa section en Alsace-Lorraine, un territoire auparavant français qui avait été cédé aux Prussiens lors de la guerre Franco-Prussiennes4. Le retour des troupes françaises en Alsace-Lorraine est un événement important de la guerre alors que les tensions entre la France et l’Allemagne ont été alimentées par ce territoire. Selon Alain Gouttman, la question de l’Alsace-Lorraine n’est plus une priorité à l’aube de la guerre, les deux nations sont davantage préoccupées par l’armement, la prépondérance maritime et l’expansion coloniale5. Cette mention de l’Alsace est importante alors que Cruat décrit l’attitude de la population à l’arrivée de troupe française. Les relations entre les soldats et les habitants sont souvent mentionnées par Cruat et peuvent donc permettre de s’y intéresser plus en profondeur. Les passages citant les interactions entre les civils et les soldats sont nombreux et diversifiés. En commençant par ceux de l’Alsace, Cruat mentionne qu’il s’attendait à un accueil chaleureux et joyeux alors que les troupes françaises repoussaient les boches. Cruat mentionne une déception à son arrivée alors que les habitants des villages ne montrent aucun enthousiasme, ce dernier s’attendait à un accueil plus joyeux alors que les soldats français se voient comme les sauveteurs des Alsaciens6. La réaction des alsaciens est froide, mais Cruat mentionne d’autres villages qui ont parfois des réponses bien différentes, certains villages sont sympathiques alors que d’autres le sont moins. Le 13 aout 1914, alors qu’il enfile son pantalon, Cruat accroche sa montre et casse le verre de celle-ci. Le lendemain, alors qu’ils sont dans la ville de Rougegoute, le coiffeur qui est aussi horloger répare la montre en question7. Ce passage démontre l’hospitalité de certains villages alors que Cruat mentionne que sa section aurait bien aimé passer plus de temps dans ce gentil village.

Tout comme la relation entre les soldats et les habitants, le sommeil de ces derniers varie de village en village. Que ce soit, dans une grange, dans une salle d’école, dans un camion, dans un fossé ou sur des caisses en bois, les soldats semblent avoir des cycles de sommeil très variés. Les informations concernant les lieux de repos sont beaucoup plus nombreuses alors que Cruat décrit de manière quasiment quotidienne son lit pour la nuit. Alors qu’ils dorment souvent dans des villages, les soldats doivent prendre en compte l’hospitalité des habitants avant de s’installer pour la nuit. Lorsqu’ils arrivent à Obersulsback8, on leur recommande de ne pas quitter leurs armes même pour dormir. La raison derrière ces précautions vient du fait que les habitants se comportent froidement à l’arrivée des troupes françaises9. Encore une fois, les habitants réagissent de manière différente à l’arrivée des troupes françaises. Lors de son arrivée au village de Thieux, les habitants donnent à Cruat un bon matelas lui permettant de s’endormir d’un sommeil profond10. Les notes de Cruat en disent beaucoup sur le repos des soldats français, à un point où il serait possible de se questionner sur l’importance du sommeil chez les soldats.

La gestion des ressources est un aspect important du rôle de Maxime Cruat, ce dernier laisse beaucoup de traces concernant le prix des ressources comme le tabac et le vin, mais aussi sur l’approvisionnement en nourriture. Il décrit rapidement les ressources avec lesquelles il doit composer, il parle très souvent du prix du vin qui varie de village en village. Selon lui, tous les moyens sont bons pour obtenir des ressources, de l’hospitalité des habitants jusqu’au vol de poulet, rien n’empêche les soldats de se procurer quelque chose à manger. La destruction des champs et des chemins durant la guerre rend l’approvisionnement très difficile pour les troupes armées. Il ne faut pas oublier que les civils en zone de guerre doivent aussi se nourrir alors que l’occupation militaire peut être néfaste pour l’alimentation des civils. La rareté des ravitaillements est probablement une des causes majeures de l’intérêt des soldats pour les provisions de tout genre.  Cruat décrit d’ailleurs les effets de la guerre sur les récoltes agricoles qui sont souvent ravagées par les soldats, ou détruites par les affrontements et les impacts d’obus. Les soldats profitent même d’une soirée au restaurant le 25 aout 1914 alors qu’ils sont à Champagny. La présence des soldats dans le restaurant semble être fréquente alors que les salles sont envahies par les soldats11. Les écrits de Cruat démontrent que la curiosité des habitants grandit avec la distance qui les séparent de l’Alsace, plus il se rapproche de la France, plus les habitants sont chaleureux. Le 27 aout 1914, Cruat mentionne que les habitants sont prêts à acheter des casques allemands pour 25 francs, ils offrent du vin aux soldats et la générosité continue de prendre de l’ampleur. Les soldats qui sont alors dans le train reçoivent des ressources lancées par la foule, cigarettes, sandwichs, saucissons, chocolat et même des chaussettes. L’acquisition des ressources dépend encore des habitants, même si certains villages sont heureux de donner aux troupes, les soldats ont parfois recours au vol afin de satisfaire leur besoin.

Les documents rédigés par Cruat composent une source importante d’information sur la vie des soldats de la Première Guerre mondiale. La relation entre les civils et les soldats français, les méthodes d’approvisionnement des troupes ainsi que les conditions de vie de ces dernières sont les éléments majeurs qui sont observables dans les écrits de Cruat. Après la lecture du journal, des recherches axées sur la réaction des différents villages à l’égard des troupes armées présentes durant la guerre pourraient être menées.

Pour aller plus loin

BARTOV, O. BECKER, J. BURRIN, P. CABANES, B. HORNE, J. HUSSON, É. & WERTH, N. Les sociétés en guerre : 1911-1946. Armand Colin, Paris, 2003 : 288 p.

CRUAT, M. Carnet de route de Maxime Cruat : 1914-1919. Europeana, 2019, consulté sur Europeana :https://www.europeana.eu/fr/item/2020601/https___1914_1918_europeana_eu_contributions_15303

GOUTTMAN, A. La grande défaite : 1870-1871. Paris, Perrin, 2015 : 416 p.

NAERT, J. « ventre affamé n’a pas d’oreilles » : une histoire sociale de l’approvisionnement par les autorités locales dans les territoires occupés en Belgique et en France (1914-1918). Dans Guerres Mondiales et Conflits contemporains, 272, (2), 2018.

  1. Affrontement impliquant la Triple Alliance (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie) et la Triple Entente (France, Royaume-Uni, Empire Russe). []
  2. Le carnet de route s’étend du 4 aout 1914 au 15 mars 1919. Il n’y a pas de mention de la durée de son affection. []
  3. Cruat mentionne que ses écrits vont venir en aide à sa mémoire dans le futur. []
  4. Guerre opposant la France à la Prusse menant à la proclamation de l’empire allemand en 1871. []
  5. ALAIN, G, La grande défaite : 1870-1871, Perrin, 2015, p.63. []
  6. MAXIME, C, Carnet de route de Maxime Cruat, 9 aout 1914. []
  7. Ibid, 14 aout 1914. []
  8. Autrement dit en français Soppe-le-Haut. []
  9. MAXIME, C, Carnet de route de Maxime Cruat, 18 aout 1914. []
  10. Ibid, 31 aout 1914. []
  11. Ibid, 25 aout 1914. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.