Le tournant de la route : Commentaire de document sur l’œuvre de Gustave Rahlenbeck

Texte écrit par Robin Trahan-Paquette

Le tournant de la route1 est un manifeste politique qui a été publié en Belgique durant l’année 1912 par la Ligue nationale de propagande libérale. Son auteur, Gustave Rahlenbeck, provient d’une famille bruxelloise protestante. Il a entretenu une brève carrière politique de 1914 à 1919 en tant que député suppléant de Neufchâteau-Virton. En écrivant son œuvre, Gustave Rahlenbeck avait pour objectif d’informer les belges sur les enjeux politiques du pays, et ultimement, de les convaincre de voter pour le parti libéral au lieu du parti catholique lors des élections législatives de 1912. Grâce aux informations historiques que nous révèle ce manifeste politique, je tenterai d’analyser les principaux enjeux liés à la lutte de pouvoir entre les cléricaux et les libéraux lors des élections belges de cette époque.

Les problèmes liés au manque d’instruction

Comme l’affirme Gustave Rahlenbeck, « […] la criminalité décroît au fur et à mesure que décroît l’ignorance, l’homme intelligent et instruit, raisonnant ses actes, se laissera moins vite entraîner que le pauvre infirme moral qu’on appelle l’illettré »2. Au début du 20ème siècle, l’instruction n’est pas obligatoire en Belgique et le salaire des ouvriers est donc très bas3. Gustave Rahlenbeck explique que le parti libéral, au contraire du parti catholique, est en faveur de l’instruction obligatoire, laquelle est essentielle pour lutter contre le taux de criminalité élevé. L’auteur n’est donc pas satisfait des mesures mises en place par les cléricaux pour régler ce problème. Ces derniers déposent des projets de loi favorisant les couvents en leur rapportant une quantité importante de revenus mais nuisant grandement aux écoles publiques. Pour Gustave Rahlenbeck, « L’école de couvent n’a qu’un but : maintenir les enfants dans l’obéissance passive du clergé, éteindre dans leur âme toute indépendance et toute pensée libre, en faire des électeurs cléricaux à vie »4.

L’auteur affirme également que réformer le domaine de l’éducation est une manière de mieux préparer les jeunes garçons à devenir des soldats, et ainsi de rendre l’armée belge plus compétente : « Le programme libéral […] consiste à donner, dès l’école primaire, à notre jeunesse, par des exercices gymnastiques et une éducation appropriée, la force et la souplesse qui feront qu’arrivés à l’âge d’homme, il ne faudra plus à nos garçons que quelques mois à peine de service militaire pour connaître tout ce qu’il faut pour faire un solide soldat »5. Il s’agit là d’un point important pour Gustave Rahlenbeck, car il craint, vu les tensions en Europe6, qu’une guerre éclate dans un futur proche et que la Belgique, étant incapable de repousser les armées étrangères, serve de terrain de bataille : « Étions-nous prêts, en août-septembre dernier ? Avions-nous les troupes, les canons, les munitions nécessaires pour barrer la route à l’armée étrangère qui, venant de l’Est ou de l’Ouest, se fût, pour gagner de vitesse son adversaire, jetée sur notre pays ? »7. En vue de la situation qui se prépare en Europe8, Gustave Rahlenbeck affirme qu’il est un devoir pour le gouvernement d’assurer la défense du pays et que, dû à l’incompétence du parti catholique, les belges ne sont aucunement prêts à faire face à la guerre : « Est-il possible que vous laissiez le pouvoir à un gouvernement qui, par sa négligence, son insouciance criminelle, nous livrait, il y a quelques mois, à la boucherie, comme un troupeau de moutons ? »9.

Les problèmes liés à l’ingérence financière et aux abus de pouvoir

Au cours de son argumentaire, Gustave Rahlenbeck accuse ouvertement et sans ménagement les cléricaux comme responsables de l’endettement de la Belgique : « Mauvais administrateur, gaspilleur des deniers belges, le gouvernement catholique est arrivé aujourd’hui à ce résultat qui paraissait impossible : à avilir notre crédit national, à nous humilier aux yeux du monde entier »10. Il critique les décisions politiques des cléricaux en dénonçant leur attirance pour le gain et les répercussions désastreuses que leurs mauvaises décisions financières ont occasionnées pour l’État. Alors que les cléricaux affirment que l’augmentation des prix pour les denrées alimentaires est dû à l’inflation économique ainsi qu’aux mauvaises récoltes, Gustave Rahlenbeck dit plutôt qu’elle est dû aux impôts de consommation mis en place en 1884 par le parti catholique11. À de multiples reprises durant son discours, Gustave Rahlenbeck essaie de gagner l’appui de la classe ouvrière belge, car cette dernière est désavantagée par les décisions du gouvernement clérical : « Il ruine les petits rentiers, frappe durement, par ses 252 millions d’impôts de consommation, notre classe ouvrière : voulez- vous, lecteurs, que cela continue, ou en avez-vous assez et croyez-vous qu’après 28 années, il n’est vraiment pas temps maintenant que ça change un peu »10. L’auteur dénonce également l’inégalité des votes entre les riches et les pauvres en Belgique; système maintenu en place par les cléricaux et qui empêche la classe ouvrière d’avoir un poids respectable lors des élections : « Les catholiques sont restés les seuls adversaires du suffrage universel, et cela par la seule et ignoble raison que le vote plural les avantage scandaleusement, à raison surtout des fraudes sans nombre qu’il permet. A bas les tricheurs et en avant pour le suffrage universel que même dans vingt ans vous n’obtiendrez pas, même pour les élections communales, si vous votez pour la liste catholique »12. Néanmoins, Gustave Rahlenbeck essaie de rassurer les croyants catholiques afin d’éviter leur haine ou leur opposition au premier abord. Pour ce faire, il tente de justifier ses critiques à l’égard du cléricalisme et les idées pour lesquelles il milite : « Les libéraux ne sont pas les ennemis de la religion, ne l’oubliez jamais : la preuve c’est que sous M. Bara, pas une église n’a été fermée, pas un curé privé de son traitement »2. Au début du 20ème siècle, les croyants catholiques forment une grande partie de la population belge et il serait désavantageux pour l’auteur de se les mettre à dos13.

En définitive

Après avoir analysé les dires de Gustave Rahlenbeck, que nous révèle son manifeste politique surles principaux enjeux liés à la lutte de pouvoir entre les cléricaux et les libéraux lors des élections législatives belges de 1912 ? D’une part, la précarité de l’armée belge au début du 20ème siècle, causée notamment par un manque d’instruction. D’autre part, l’emprise politique que possède le clergé catholique sur la Belgique au début du 20ème siècle et les difficultés que ceci occasionne pour les membres de la classe ouvrière.

Il est également important de noter que Gustave Rahlenbeck se montre distinctement en faveur du libéralisme et en défaveur du cléricalisme, et ce, tout au long de son argumentaire. Ses dires ne reflètent peut-être pas la réalité de façon objective, car ils sont teintés par sa perception et les idéaux qu’il défend. Telle est la principale limite de son manifeste politique. Cependant, rien n’enlève au fait que l’œuvre de Gustave Rahlenbeck nous en apprend énormément sur la Belgique du début du 20ème siècle ainsi que sur ses principaux enjeux.

Pour aller plus loin:
  1. Ouvrages de référence

DE MAEYER, Jan. « La Ligue Démocratique Belge Et Ses Antécédents », dans Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, Volume 1, Belgique, Presses universitaires de Louvain, 1994, 399 p., https://books.google.ca/books?id=xg69JoDwOGYC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false(Ouvrage consulté le 29 janvier 2021).

  1. Livres

DE SCHAEPDRIJVER, Sophie.La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, 2004, 334 p.

LAVOLLÉE, René. Les Classes ouvrières en Europe : études sur leur situation matérielle et morale. Suisse ; Belgique ; Autriche-Hongrie ; Italie ; Espagne-Portugal, Volume 2, Paris, Guillaumin & Cie, 1884, 600 p., https://books.google.ca/books?id=sepcAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false(Ouvrage consulté le 29 janvier 2021).

RAHLENBECK, Gustave. Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, 28 p.

  1. Articles de périodiques

BECKER, Jean-Jacques. « L’évolution de l’historiographie de la Première Guerre mondiale », Revue historique des armées, vol. 242, (2006), p. 4-15, https://journals.openedition.org/rha/4152#quotation(Page consultée le 29 janvier 2021).

QUÉVIT, Michel. « Économie multinationale et contrôle gouvernemental : Le cas de la Belgique », Études internationales, vol. 16, n˚ 2 (1985), p. 323–342,https://www.erudit.org/en/journals/ei/1985-v16-n2-ei3021/701838ar/(Page consultée le 29 janvier 2021).

  1. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, 28 p. []
  2. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 11. [] []
  3. Afin de mieux comprendre les conditions de vie de la classe ouvrière à la fin du 19ème siècle, il est utile de consulter : René LAVOLLÉE, Les Classes ouvrières en Europe : études sur leur situation matérielle et morale. Suisse ; Belgique ; Autriche-Hongrie ; Italie ; Espagne-Portugal, Volume 2 (section sur la Belgique, Chapitre Premier), Paris, Guillaumin & Cie, 1884, p. 199-208. []
  4. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 9. []
  5. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 22. []
  6. Afin de mieux comprendre les tensions qui opposent les puissances européennes à la veille de la première guerre mondiale, il est utile de consulter : Jean-Jacques BECKER, « L’évolution de l’historiographie de la Première Guerre mondiale », Revue historique des armées, vol. 242, (2006), p. 4-15. []
  7. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 19. []
  8. Afin de mieux comprendre le contexte de la Belgique à la veille de la première guerre mondiale, il est utile de consulter : Sophie DE SCHAEPDRIJVER, La Belgique et la Première Guerre mondiale (chapitre 1), Bruxelles, Peter Lang, 2004, p. 15-41. []
  9. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 20. []
  10. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 18. [] []
  11. Afin de mieux comprendre la situation économique et industrielle de la Belgique à la fin du 19ème siècle, il est utile de consulter : Michel QUÉVIT, « Économie multinationale et contrôle gouvernemental : Le cas de la Belgique »(section 1, Les fondements historiques de la multinationalisation de l’économie belge), Études internationales, vol. 16, n˚ 2 (1985), p. 324-326. []
  12. Gustave RAHLENBECK, Le tournant de la route, Bruxelles, Ligue nationale de propagande libérale, 1912, p. 24. []
  13. Afin de mieux comprendre l’importance de la religion catholique en Belgique au début du 20ème siècle, il est utile de consulter : Jan DE MAEYER, « La Ligue Démocratique Belge Et Ses Antécédents », dans Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique, Volume 1 (section 3 du chapitre 1, La Ligue Démocratique Belge 1891-1920), Belgique, Presses universitaires de Louvain, 1994, p.42-65. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.