Le luddisme

 

Texte écrit par Ariane Turcot

Au 20e siècle, un historien britannique nommé Edward Palmer Thompson se penche sur les conséquences, pour la classe ouvrière, de l’industrialisation et de l’arrivée du capitalisme. Plusieurs de ses articles portent sur un type d’événement bien précis : les révoltes ouvrières. Il s’applique à définir des concepts tels que le libéralisme économique et le luddisme. Phénomène particulièrement présent en Europe occidentale, le luddisme1 est le bris ou le sabotage volontaire des moyens de production d’une usine. Bien que présent au 18e siècle, ce symbole de conflit industriel fut particulièrement populaire auprès de la classe ouvrière au début du 19e siècle.

 
Bris de machines. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Luddisme#/media/Fichier:FrameBreaking-1812.jpg

Origine du luddisme

Le terme luddisme vient d’une personnage mythique appelé Ned Ludd. En 1779, ce dernier, aidé de plusieurs bandes, serait allé détruire des machines à fabriquer des bas dans le Leicestershire. Aussi appelé « général Ludd », il n’existe aucune preuve concrète de l’existence de cet homme. Il est tout de même devenu un symbole de cette forme de protestation ouvrière. 

Mouvement luddite

Ce phénomène vient des ouvriers et des artisans de l’Europe occidentale. Affectant à l’origine surtout la cordonnerie et l’industrie textile, l’apparition de nouvelles machines telles que les métiers à tisser mis les artisans en marge de la sphère économique de l’Europe. Travaillant plus rapidement et plus efficacement, les machines généraient un plus grand profit qu’un simple artisan. Le travailleur ne créait donc plus le produit, mais dirigeait la machine qui le faisait. Cela ne donnait plus de valeur au travail de l’ouvrier et créait donc des mécontentements. Les ouvriers, quant à eux, craignaient que l’efficacité des machines dans les usines puisse permettre aux propriétaires d’usine d’engager moins de travailleurs. Le chômage était donc une préoccupation et une menace constante pour la survie de l’ouvrier. Ce type de luddisme répondait à une crainte de la montée du capitalisme et à la peur des ouvriers de se faire remplacer par les machines. L’hostilité de ce type de luddisme était donc dirigée directement contre la machinerie.

Cependant, le luddisme n’est pas une action à but seulement économique, de sauvegarde de l’emploi. Il représente aussi une manifestation du mécontentement des ouvriers quant à leurs conditions de travail. Notamment mentionné par les anarchistes et les mouvements ouvriers2, le luddisme sert de moyen de pression3 et de moyen de contestation autre que la révolte ou la grève. En ce qui concerne les moyens de pression, le luddisme répondait à un mécontentement contre des prix élevés ou des salaires trop bas. Ainsi, ce type de luddisme ne touchait pas spécifiquement les machines, mais aussi les matières premières, la propriété privée des employeurs et les produits finis des usines4.  

 De plus, le luddisme se manifeste de façon inégale durant le 19e siècle. Suivant le même principe que les révoltes ouvrières, il connut plusieurs vagues. Ainsi, l’Europe traversa deux vagues principales de luddisme: de 1817 à 1821 et de 1830 à 1833. Par exemple, au début du 19e siècle, les ouvriers anglais du Yorkshire, des Midlands et du Lancashire5 se soulevèrent contre l’autorité bourgeoise. Le luddisme était plus fréquent dans les périodes de dépressions économiques, de chômage, de crises sociales ou de révolutions politiques, comme en France dans les années 1789, 1830 et 18486. C’est dans ces périodes qu’interviennent les autorités locales et nationales. Soucieux de garder l’ordre et la paix, les gouvernements interviennent le moins possible dans la question des mouvements luddites, mais sont parfois forcées de le faire lorsqu’un mouvement prend trop d’ampleur et menace de prendre les armes. Un autre aspect du luddisme concerne les différences entre les nombreuses révoltes. Il serait faux de déterminer une évolution nette entre les différentes vagues de luddisme puisque leurs différences sont majoritairement dues à des facteurs géographiques. En effet, l’industrialisation des différents pays d’Europe ne se fait pas de la même manière et au même moment. Ce phénomène est le résultat du contexte socio-politique de chaque pays et de l’état de l’agriculture des différentes régions. 


 Bref, plus complexe qu’il laisse paraître, le luddisme eu un impact considérable dans l’Europe du 19e siècle. Ses différentes facettes affectèrent les aspects économiques, politiques et sociaux de la société. Cependant, est-il juste de dire que le luddisme retarda de façon significative les avancées technologiques en Europe? Une chose est certaine, le luddisme retarda l’expansion de la mécanisation et affecta le système capitaliste européen.

 

Pour aller plus loin

Articles de périodique

CHAVE, Daniel, DUBOIS, Pierre. « Le Sabotage dans l’industrie, 1976 ». Sociologie du travail, no 3 (juillet 1977) : 331-332.

COHEN, Déborah. « Vincent Bourdeau, François Jarrige, Julien Vincent, Les luddites Bris de machines, économie politique et histoire ». Labyrinthe (En ligne), vol.28, no 3, (octobre 2007) : 145-149, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 10 novembre 2020, https://journals.ope edition.org/labyrinthe/2763.   

HOBSBAWM, Eric J, RATEL, Guillaume, MINARD, Philippe. « Les briseurs de machines ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 53, no 4 (2006) : 13-28.

Encyclopédie

BRUHAT, Jean, PUDAL, Bernard, « OUVRIER MOUVEMENT », Encyclopædia Universalis (en ligne), consulté le 7 novembre 2020. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/mouvement-ouvrier/

Ouvrage de référence

JARRIGE, François. Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860). Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 369 pages.

  1. Jean BRUHAT, Bernard PUDAL, « OUVRIER MOUVEMENT », Encyclopædia Universalis (en ligne), consulté le 7 novembre 2020, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/mouvement-ouvrier/ []
  2. Daniel CHAVE. Pierre DUBOIS. « Le Sabotage dans l’industrie, 1976 ». Sociologie du travail, no 3 (juillet 1977) : 331-332 []
  3. Eric J. HOBSBAWM, Guillaume RATEL, Philippe MINARD. « Les briseurs de machines ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 53, no 4 (2006) : 13-28 []
  4. Ibid. []
  5. Déborah COHEN. « Vincent Bourdeau, François Jarrige, Julien Vincent, Les luddites Bris de machines, économie politique et histoire ». Labyrinthe (En ligne), vol.28, no 3, (octobre 2007) : 145-149, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 10 novembre 2020,  http://journals.openedition.org/labyrinthe/2763 []
  6. François JARRIGE. Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 227. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.