Marx et la première Internationale : commentaires sur le manifeste inaugural

Texte écrit par Frédéric Duguay
Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs
https://www.marxiste.org/theorie/histoire-materialisme-historique/534-manifeste-inaugural-de-l-association-internationale-des-travailleurs

 

Le texte analysé est un document public numérisé et traduit  écrit originalement par Karl Marx à la suite de l’assemblée fondatrice de l’Association du 28 septembre 1864 au Saint Martin’s Hall de Long Acre à Londres. Pour situer le document dans son contexte, il faut revenir en 1848. En pleine révolution de ce qui sera appelé le Printemps des peuples, Karl Marx1 et Friedrich Engels2, tous deux socialistes reconnus d’origines allemandes, rédigent le Manifeste du parti communiste à la demande de la Ligue des communistes, originalement la Ligue des justes, qu’ils ont rejoint l’année précédente. Sous les recommandations de Marx, la Ligue est dissoute en 1842. Une décennie plus tard, l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) est créée et regroupe d’anciens membres de la Ligue. Marx est alors invité à écrire le manifeste inaugural de ce nouveau groupe, et devient en quelques sortes le guide, voire le chef, en incarnant l’idéologie même du mouvement. Ce manifeste de septembre 1864 énonce aux travailleurs à l’aide d’exemples précis la situation dans laquelle se trouve le prolétariat tout en blâmant les membres de la bourgeoisie, responsables selon Marx de l’avènement du capitalisme. Ayant en tête l’échec des révolutions de 1848, il propose des pistes de solutions et des idées afin que les groupes d’ouvriers de tous les pays s’associent pour renverser l’ordre politique établi, permettant ainsi de développer une société où tous sont unis, affranchis et émancipés. À la lumière de ses informations, il est justifié de se demander comment exactement ce manifeste signé Marx a-t-il bouleversé la vie des travailleurs de cette époque ? Il est possible d’y répondre grâce à l’analyse du manifeste, plus particulièrement dans la représentation de la bourgeoisie et dans les incitations à s’associer qui s’y trouvent.

Les arguments de Marx face au capitalisme

Premièrement, les conditions misérables de vie et de travail propres aux ouvriers qui sont les principaux destinataires sont exposées en plein jour. Marx y associe également un visage ; celui du capitalisme et de la bourgeoisie. En utilisant le cas du docteur Smith envoyé calculer le salaire de la classe ouvrière en fonction du prix de la vie, Marx écrit : « Qu’a découvert le docteur ? Que les tisseurs en soie, les couturières, les gantiers, les tisserands de bas, etc., ne recevaient pas toujours, en moyenne, la misérable pitance des ouvriers cotonniers, pas même la quantité de carbone et d’azote « suffisant uniquement à prévenir les maladies causées par la famine ». » Dans cet extrait spécifiquement, il commence avec une question rhétorique puis énumère les métiers et les travailleurs associé qui ont été évalués. Il utilise le terme « pitance » adjoint à l’adjectif « misérable » en référence au salaire pour amplifier le sentiment de pauvreté qui dicte son argument. Le tout se termine par une citation du Sixième rapport sur l’état de la santé publique qui confirme que les ouvriers ne sont pas payés suffisamment pour manger à leur faim, et encore moins pour prévenir la famine. Cet extrait supporte la thèse de Marx selon laquelle le capitalisme, la tête dirigeante des milieux riches qui soutient la bourgeoisie, n’est pas adapté à la société de l’époque et ne profite qu’à une minorité de la population, les plus riches, au détriment de la majorité qu’est la classe ouvrière. De plus, puisque les ouvriers ne sont pas payés suffisamment pour se nourrir, comment pourraient-ils payer pour le reste des essentiels de la vie ? Bien que l’État tente de camoufler le tout en prouvant que les conditions de la classe ouvrière se sont améliorées depuis quelques années, Marx montre aux ouvriers que de réelles contradictions sont présentes et que, bien qu’effectivement certains aspects se soient améliorés, le tout n’est pas parfait, loin de là. Finalement, il utilise les données du Tableau de l’impôt des revenus et des propriétés de 1864 pour démontrer que, alors que la classe ouvrière s’appauvrit et fréquente la misère quotidiennement, « la concentration de la propriété foncière [est] dans les mains d’un petit nombre », la bourgeoisie, les riches. En canalisant la frustration des travailleurs vers ceux qu’il présente comme des profiteurs économiques, Marx prépare l’audience pour la deuxième partie du manifeste, celle où il met en relief que l’union fait la force.

Deuxièmement, l’union de tous les ouvriers est indispensable afin de parvenir à la libération du prolétariat. L’ancien slogan de la Ligue des communistes, « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! », est le martellement final du manifeste rappelant aux ouvriers que, sans réelle union, leur révolution est vouée à l’échec, à l’instar de 1848. « Il est un élément de succès que ce parti possède : il a le nombre ; mais le nombre ne pèse dans la balance que s’il est uni par l’association et guidé par le savoir. L’expérience du passé nous a appris comment l’oubli de ces liens fraternels qui doivent exister entre les travailleurs des différents pays et les exciter à se soutenir les uns les autres dans toutes leurs luttes pour l’affranchissement, sera puni par la défaite commune de leurs entreprises divisées ». Dans cet extrait du manifeste, Marx élabore un adroit renforcement positif à l’aide d’un champ lexical qui est axé sur la victoire et la peur de la défaite et qui se compose de mots tels que « succès » et « défaite », « liens » et « divisés », « soutient », « unis », « commune », « luttes », « exciter » et « fraternels ». Ils sont pour la plupart utilisés en antithèse pour jouer sur les contrastes et motiver la classe ouvrière en mettant en valeur leur désir de réussite en parallèle avec un rappel de la défaite. Au-delà de cette inconsciente stimulation, les lecteurs se sentent interpellés par les propos de Marx qui illustrent leur vie quotidienne et réalisent grâce à lui que les révolutions de 1848 manquaient de cohésion et de soutien. Marx fait donc office de guide au début de la montée du mouvement ouvrier. Il incite les ouvriers à s’associer, à former un groupe uni, plus fort, afin de conquérir le pouvoir politique pour surpasser la bourgeoisie et mettre un terme au joug du capitalisme.

Conclusion

Pour conclure, malgré une première partie assez sombre qui place les ouvriers en face de leur situation économique, politique et sanitaire, Marx renverse la vapeur pour la deuxième partie et annonce, tout en mobilisant les efforts collectifs pour que s’associent les ouvriers, qu’un avenir meilleur est possible, que la situation du prolétariat pourrait bien surpasser celle de la bourgeoisie. Tout en cultivant l’utopie d’une société communiste, il développe des idées propres au socialisme scientifique qui sont assez réalistes pour fonctionner. Cependant, comme la majorité des défenseurs du communisme à travers l’Histoire, le Manifeste de l’Association Internationale des Travailleurs omet de spécifier les limites d’une révolution ouvrière et son effet direct sur la nation. En effet, pour parvenir à la société parfaite, il faudrait d’abord passer par une phase d’autoritarisme du prolétariat. Ces derniers sont-ils prêts à posséder les pouvoirs, à ne pas se laisser corrompre et à vivre en harmonie avec la bourgeoisie ? Puisqu’il s’agit de la première Association Internationale, les enjeux et les conséquences ne sont pas très bien définies et c’est normal. Le manifeste est néanmoins bien accueilli par les membres du prolétariat et la popularité de l’Association grandit rapidement. Les idées de Marx inspirent les travailleurs et la cause ouvrière continue d’avancer. Cependant, toute bonne chose à une fin et en 1869, cinq ans après sa fondation, les membres sont divisés en deux factions, une fidèle aux principes de Marx et l’autre suivant la voie de Mikhaïl Bakounine, un anarchiste radical originaire de Russie. C’est toutefois en 1876 que disparaît officiellement la Première Internationale, pour laisser sa place plus d’une décennie plus tard en 1889 à l’Internationale ouvrière, mais c’est une histoire pour une autre fois.

Source:

Marxists.org (n.a.) Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs. Récupéré le 24 janvier 2021 de  https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm

Pour aller plus loin:

Léonard, M. (2013). « Une force émancipatrice historique ; Nouvelle considérations sur la genèse de l’Internationale, 1793-1864 ». Raison présente, 185, 27-38. www.persee.fr/issue/raipr_0033-9075_2013_num_185_1

Combemale, P. (2010) « Introduction à Marx ». Paris : La Découverte.

Hunt, T. (2012) « Engels, le gentlemen révolutionnaire ». Paris : Flammarion.

Lindenberg, D. (1975). « Le marxisme dans le mouvement ouvrier : Misère du marxisme ordinaire : le guesdisme ». Dans : D. Lindenberg, Le Marxisme introuvable (pp. 53-106). Paris: Calmann-Lévy.

Riot-Sarcery, M. (2016). « Le procès de la liberté ». Paris : La Découverte.

 

  1. Combemale, P. (2010) « Introduction à Marx ». Paris : La Découverte. []
  2. Hunt, T. (2012) « Engels, le gentlemen révolutionnaire ». Paris : Flammarion []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.