Analyse d’une conférence portant sur les événements de l’Armistice du 11 novembre 1918

Texte écrit par Mathieu McDuff

À l’occasion du 4e anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, une fête à l’honneur des soldats français est organisé à Vitry-Le François, une ville située dans le département de Marne, ayant servi comme un des quartiers généraux de l’armée française et étanr entre autre passée aux mains de la Triple Alliance pendant la Première Guerre mondiale. Un professeur honoraire, Ernest Jovy, historien et philosophe quelque peu connu, est mandaté par le maire du bourg de donner une conférence portant sur les moments où l’armistice fut signée. Il avait comme objectif de porter hommage aux soldats. De ce document, trois éléments ressortent : la volonté des Alliés de briser l’Allemagne, la portée de cette guerre et le ressentiment qu’à la population envers le peuple allemand. Ceux-ci permettent de comprendre l’état d’esprit de la population des pays alliés à la fin de la guerre et durant les quelques années s’en suivant.

Les Alliés veulent briser l’Allemagne

« […] les exigences des Alliés qui n’hésitaient pas à condamner à la famine tout un peuple, y compris les femmes et les enfants. » Il s’agit ici des conditions d’armistice imposées par les pays de la Triple Entente à l’Allemagne et ses alliés, alors que les plénipotentiaires sont en présence du général Foch. Il est tout de suite mis au clair qu’aucune négociation ne sera possible, alors que les envoyés allemands se font expliquer que les attaques va doubleront sur un ennemi affaibli jusqu’à ce qu’armistice soit signé, bien qu’elle ne puisse l’être avant soixante-douze heures. Les conditions sont extrêmement sévères. Elles ont comme but de rendre l’Allemagne ineffective et absente de l’échiquier mondiale, de là les nombreuses restrictions militaires incluses.

Les envoyés du côté perdant le savent, mais n’ont aucun pouvoir de négociation, leur patrie étant déjà au bord du gouffre. Un des signataires, Matthias Erzberger, prononcera d’ailleurs, une fois l’entente conclue, la célèbre phrase : « Un peuple de 70 millions souffre, mais il ne meurt pas. »

La portée de la Guerre

La Première Guerre mondiale, bien que connu comme une guerre de tranchées, n’affectait pas que les populations au front. En effet, c’était tout un pays qui écopait derrière les lignes. « Toutes les administrations, tous les ateliers, toutes les usines donnèrent congé à leur personnel. Les écoles firent de même. Tout ce monde se répandit dans les rues. » Ce passage relate les événements du moment où la signature de l’armistice est déclarée au public. La réaction est extatique. Bien que la plupart de ces personnes ayant congé pour l’après-midi n’ont pas été au front, elles sont touchées par la guerre. Il y a bien évidemment le stress constant d’être attaqué, mais il s’agit aussi des changements d’affectation au travail, du départ de proches au combat, de l’annonce de la mort de ceux-ci et des difficultés de la vie augmentée (rationnement de la nourriture, paiement du logement sans le salaire du mari, etc.). L’auteur décrit très bien le soulagement pour tous les pays de la Triple Entente, et plus particulièrement la France dans le cas échéant, que représente cette paix. Le fait que Jovy lui-même ait vécu la situation permet une immersion dans l’émotion pour quelqu’un lisant le texte dans les jours présents.

La persistance du ressentiment envers les Allemands

La conférence a lieu en 1922, mais on peut remarquer que la guerre est encore fraîche dans les esprits. « Ce gouvernement dont la politique inhumaine était si magistralement censurée par Maximilien Harden qui venait se targuer de philanthropie […] » et « […] suivant l’habitude des geigneries et des criailleries germaniques […] ». Ces deux extraits sont parmi les nombreux exemples présents où l’auteur sort de son cadre narratif adopté pour invectiver la nation allemande. Cet « écart », s’il peut être appelé ainsi, offre une incrustation au sein de la pensée collective de l’époque. On détestait les Allemands avec véhémence. Le fait que ceux-ci furent les instigateurs de plusieurs méthodes de combat peu éthique et surtout ennemis de la France aide à comprendre le phénomène. Il ne semble y avoir aucune place pour la compassion envers le peuple défait dans le cœur de l’auteur, et probablement des soldats présents à la conférence aussi.

Critique du document

Du point de vue historique, le document est une mine d’or. D’une part, il relate les événements de la signature de l’armistice du 11 novembre avec grand détail. De l’autre, il permet de comprendre la mentalité et le ressenti de la population de l’époque, que ce soit par les demandes des Alliés, des réactions à la victoire de la population ou bien du « biais » de l’auteur lors de l’écriture de son texte pour la conférence qu’il donnera. Ce qui ferait normalement défaut à un texte historique en fait maintenant sa force principale.

Pour aller plus loin:

Toutes les citations proviennent de :

Extraits de Ernest Jovy, L’Armistice du 11 novembre 1918. Conférence donnée le 11 novembre 1922, à Vitry-le-François, sous les auspices de la municipalité, Vitry-le-François, Imprimerie du messager de la Marne, 1922, 31 p., disponible en ligne sur http://www.europeana.eu/portal/en/record/9200140/BibliographicResource_3000045622 505.html?q=armistice



Citer ce billet
etudiant2 (2021, 17 mars). Analyse d’une conférence portant sur les événements de l’Armistice du 11 novembre 1918. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjeb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.