Discours de Dolores Ibaruri à Barcelone, pour le départ des brigades internationales, octobre 1938

Texte écrit par Alex Boisvert
Drapeau des brigades internartionales. Auteur : Magasjukur2
Site : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_the_International_Brigades.svg

1. Le discours d’au revoir

Le discours de Dolores Ibarruri, députée du Parti communiste espagnol, proclamé le 29 octobre 1938, à Barcelone1, est un message qui vise à louanger les troupes des Brigades internationales ainsi qu’à leur montrer toute l’affection et la gratitude qu’accordait le peuple espagnol envers eux, lors de la guerre civile espagnole de 1936-1939. Le discours tient lieu lors d’une parade des brigadistes qui défilaient dans les rues de Barcelone, après avoir appris leur retrait du territoire espagnol, qui a été décrété le 21 septembre 1938. Venus en aide à la République d’Espagne, contre les rebelles fascistes du général Francisco Franco, ces hommes, originaires de près de cinquante-trois pays2, se sont portés volontaires pour diverses raisons qui sont liées à des sentiments antifascistes et de camaraderies entre prolétaires. Le discours est séparé en deux volets : le premier interpelle les femmes de ne pas oublier les sacrifices qu’on fait les brigadistes pour venir défendre leur pays d’une dictature fasciste et le deuxième volet s’adresse directement aux brigadistes pour les remercier de leur aide. Ce discours nous indique que les Brigades internationales ont dû quitter le conflit pour des raisons politiques, qui vont influencer le cours de la guerre. Quelles sont ces raisons qui ont forcé le départ des brigadistes et pourquoi ont-elles été prises?

2. Des volontaires venant du monde entier

Les hommes qui se sont engagés dans les rangs des Brigades internationales provenaient de plusieurs pays différents, comme le laisse sous-entendre Dolores Ibarruri dans son discours : « […], franchissant les océans et les montagnes, passant les frontières hérissées de baïonnettes, épiés par des chiens dévorants avides de déchirer leur chair, ces hommes sont arrivés dans notre pays comme des croisés de la liberté. […] ». Ils proviennent majoritairement de pays européens, mais on retrouve aussi des combattants venant de tous les continents pour venir prêter main-forte dans la lutte contre le coup d’État des rebelles nationalistes3.

2.1.  Les idéologies sociopolitiques?

Les idéologies politiques de l’époque ont influencé ces hommes à s’enrôler pour combattre dans une guerre qui n’était pas la leur. Comme le souligne la députée communiste dans son discours, la guerre civile, qu’elle considère propre à tous ceux et celles qui veulent combattre la tyrannie conservatrice du fascisme, son interpelés par ce conflit : « Ils abandonnèrent tout : tendresse, patrie, foyer, fortune, mères, épouses, frères, sœurs et enfants, et vinrent nous dire : Nous voici. Votre cause, la cause de l’Espagne, est la nôtre. C’est la cause de toute l’humanité éprise de progrès! » À cette époque, les deux mouvements politiques de force en Europe étaient le fascisme et le communisme4. Cette guerre touche les sentiments et les idéologies de plusieurs étrangers sympathisants des républicains qui voient en cette guerre une lutte contre l’oppression totalitaire des classes sociales supérieures qui tente de réprimer les prolétaires en quête de progrès sociaux.

3. Le retrait des troupes étrangères

Le discours de Dolores Ibaruri vient souligner le départ de ces hommes qui sont venus, de leur plein gré, se battre aux côtés des républicains. Leur départ est le sujet central du discours, il vient marquer la tournure que prennent les événements de la guerre civile. Comme l’a dit Ibaruri : « Camarades des Brigades internationales! Des raisons politiques, des raisons d’État, l’intérêt de cette même cause pour laquelle vous avez offert votre sang avec une générosité sans limites, font que vous repartez, certains de vous dans leur pays, d’autres vers un exil forcé », les brigadistes doivent rentrer dans leur pays, à la suite de l’annonce du premier ministre Juan Negrín de retirer les troupes étrangères du territoire espagnol. Cette décision est influencée par la Société des Nations, mais surtout par les pays membres de la politique de non-intervention instaurée par la France et le Royaume-Uni. Ils espèrent que les fascistes suivent l’exemple et que les troupes italiennes et allemandes quittent le conflit, mais ce ne sera pas le cas, malgré leur accord5. Cette politique sert à éviter un autre conflit mondial comme celui de 1914-1918. Dolores Ibaruri laisse cependant entrevoir un retour des brigadistes, lorsque la paix sera revenue et que le camp républicain sera vainqueur : « […] et quand l’olivier de la paix se couvrira de nouveau de feuilles mêlées aux lauriers victorieux de la République espagnole, revenez. » Au moment où ce discours a lieu, la guerre civile n’est pas encore terminée, mais Dolores montre que la victoire est envisageable, même si le camp des républicains est privé de l’aide de brigadistes.

Conclusion

La présence des Brigades internationales en Espagne, durant la guerre de 1936-1939, représente un symbole international de la lutte contre le fascisme. C’est pourquoi, lors de leur retraite forcée en 1938, Dolores Ibarruri proclame un discours sur l’importance des brigadistes durant la guerre. Son discours vient montrer tout le sentiment de gratitude et de tristesse que les républicains ressentent face au retrait des troupes étrangères.

Ce discours est une source historique qui nous permet de comprendre l’ampleur qu’a prise la guerre civile espagnole pour devenir un conflit où diverses nationalités se sont affrontées pour diverses raisons qui reflétaient des mouvements politiques et sociaux de la décennie des années 1930, en Europe et dans le reste du monde. L’impact du retrait des Brigades internationales se fait sentir avec toute l’émotion que met Ibaruri pour souligner le soutien des brigadistes. L’emphase mise sur le retrait des troupes nous montre l’importance de ces soldats venus d’ailleurs, au niveau interne du conflit, ainsi que l’ampleur de leur implication qui pousse des nations à forcer leur départ pour éviter un autre conflit mondial. Ce discours est une source de choix pour comprendre le contexte sociohistorique européen de l’avant-guerre et du déroulement de la Guerre d’Espagne.

Pour aller plus loin:
Article périodique

Béguin, J-M. (1998. 9 novembre). Il y a 60 ans, les Brigades internationales quittaient l’Espagne. Le Temps. https://www.letemps.ch/opinions/y-60-ans-brigades-  internationales-quittaient-lespagne

Monographies

Beeching, W. C. (1989). Canadian volunteers : Spain 1936-1939. (1ère éd.). Canadian Plains Research Center

Hoar, V., Reynolds, M. (1969). The Mackenzie-Papineau battalion : Canadian participation in the Spanish civil war. The Copp Clark

Dictionnaires et encyclopédies

Broue, P. (s.d.). IBARRURI GÓMEZ DOLORES dite LA PASIONARIA. Dans Encyclopædia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/dolores-ibarruri-gomez/

Le Pautremat, P. (s.d.). Mercenaires. Dans Encyclopædia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/mercenaires/

Films et enregistrements vidéos

Kishe, A. (réalisateur). (1975). Les «Canadienses» [film documentaire]. L’office national du film du Canada. https://www.nfb.ca/film/canadienses_les/

Page web

Clément, R. (2018, 29 octobre). 29 octobre 1938, Dolorès Ibarruri, la Pasionaria: discours pour la parade d’adieu des Brigades internationales (Robert Clément). Le Chiffon Rouge Morlaix. http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/2018/10/29-octobre-1938-dolores-ibarruri-la-pasionaria-discours-pour-la-parade-d-adieu-des-brigades-internationales-robert-clement.html

  1. Beeching, W. C. (1989). Canadian volunteers : Spain 1936-1939. (1ère éd.). Canadian Plains Research Center. p. 189 []
  2. Le Pautremat, P. (s.d.). Mercenaires. Dans Encyclopædia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/mercenaires/ []
  3. Le Pautremat, P. (s.d.). Mercenaires. Dans Encyclopædia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/mercenaires/ []
  4. Kishe, A. (réalisateur). (1975). Les «Canadiens» [film documentaire]. L’office national du film du Canada. https://www.nfb.ca/film/canadienses_les/ []
  5. Kishe, A. (réalisateur). (1975). Les «Canadiens» [film documentaire]. L’office national du film du Canada. https://www.nfb.ca/film/canadienses_les/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.