Commentaire sur le Manifeste Inaugural de l’association des Travailleurs

Texte écrit par Mariane Dauphin

Le 28 septembre 1864, Karl Marx écrivait un texte qui allait devenir mondialement très connu. Le manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs est un document écrit par Marx1, un des fondateurs de l’Association, afin d’inaugurer sa création. À l’époque de la rédaction de ce manifeste, soit un texte écrit et publique, les conditions ouvrières n’étaient pas très favorables aux ouvriers et ce, à tous les niveaux. En effet, les salaires étaient très bas, les horaires de travail étaient démesurés, les ouvriers étaient très mal nourris, etc. Comme mentionné dans l’article de Fabrice Bensimon,2 la création de cette association, et donc l’écriture de ce manifeste, a amené plusieurs hommes et femmes à se joindre au mouvement ouvrier afin d’obtenir de meilleures conditions de travail. Ceci a permis de dénoncer les énormes écarts entre les plus riches, communément appelés bourgeois, ainsi que les plus pauvres, les prolétaires. En effet, les idées de cette association étaient plutôt socialistes : ils souhaitaient davantage de justice dans l’économie et dans la répartition du travail. Ils revendiquaient le travail coopératif, soit une méthode de travail complètement antagoniste à celle qu’ils devaient appliquer pour travailler dans les usines, soit d’obéir à un seul maître et d’exécuter le travail sans poser de questions, sans pouvoir mentionner leur opinion. Comment l’inégale répartition du travail et de la richesse a affecté la vie des ouvriers à l’époque de la Révolution industrielle?

L’inégalité des richesses

Tout d’abord, dans le manifeste, il est question de l’écart de richesse entre les prolétaires, soient ceux qui composent la classe ouvrière ainsi que les plus riches, soit les bourgeois. En effet, à l’époque de la Révolution industrielle, « […] 3000 personnes à peu près [partageaient] entre elles un revenu annuel d’environ 25 000 000 de livres sterling, plus que la somme totale distribuée annuellement entre tous les laboureurs de l’Angleterre et du Pays de Galles. » À cette époque, en Angleterre, il n’y avait pas d’équilibre dans la répartition des richesses. Les riches s’enrichissaient et les plus pauvres s’appauvrissaient encore plus. Selon Rolande Pinard, dans son livre Le mouvement ouvrier : l’institution du travail contre son organisation, il est possible de qualifier cet enrichissement de la minorité de la population de capitalisme industriel3. Ce désir d’enrichissement a mené à une dégradation des conditions de vie des prolétaires qui étaient déjà assez défavorables. En effet, plus une usine avait de demande de la part des consommateurs, plus elle voulait produire et donc plus il était tentant pour un propriétaire d’engager plus d’ouvriers ou de faire travailler encore plus ceux déjà présents afin d’augmenter la productivité. Cependant, cela était fait au détriment des bonnes conditions de travail, d’un nombre d’heures réalisables et d’un salaire proportionnel au travail accompli.

De laborieuses conditions

Cela mène donc au deuxième aspect du texte qui est prépondérant, soit celui des conditions de travail des ouvriers, qui sont, à l’époque de la Révolution industrielle en Angleterre, très minimales. Comme le disait Marx dans son texte. « Songez, […] à ceux qui vivent sur le bord de cet horrible état, aux salaires qui n’augmentent point, à la vie humaine qui, dans neuf cas sur dix, n’est qu’une lutte pour l’existence. » Dans ce passage du manifeste, Marx relate les mauvaises conditions de travail des ouvriers. En effet, et Greg Oxley le mentionne dans son article La naissance du mouvement ouvrier britannique (1800-1850), ils vivaient dans de petits appartements très rapprochés les uns des autres, ils avaient de grandes familles qui devaient souvent dormir dans une seule pièce, ils n’avaient pas accès à des structures sanitaires, etc. Au travail, les hommes ne gagnaient pas assez d’argent pour subvenir aux besoins de leur famille, ce qui amenait les femmes et les enfants à travailler dans des conditions encore plus dégradées. Tous travaillaient un énorme nombre d’heures et n’arrivaient pas à se nourrir convenablement4. En cherchant à s’enrichir, les bourgeois réduisaient au plus possibles leurs dépenses, incluant l’argent dépensée dans le traitement de leurs ouvriers, qui ne faisaient que se dégrader. En effet, comme le mentionnait Marx, 20% des familles agricoles manquaient de nourriture ou de carbone et d’azote, des éléments importants dans la lutte naturelle contre les maladies en lien avec la famine. Certains ouvriers sont même décédés dû à l’épuisement ou encore dû à un accident au travail, dont certains pouvaient être très dangereux. Effectivement, tels que rapporté par l’International Statistical Institute en 1895, « [dans] les villes anglaises vers 1820-1830, […] l’espérance de vie [tombaient] à 30 ans.»5.

Les luttes acharnées

En dernier lieu, un des rôles de l’Association était de réunir le plus possible d’ouvriers afin de s’opposer à leurs patrons. Heureusement, il y a eu certaines victoires : « Après une lutte de trente années, soutenue avec la plus admirable persévérance, la classe ouvrière anglaise […] réussit à enlever le bill de dix heures. » Lors de la révolution industrielle, les ouvriers se devaient de travailler un énorme nombre d’heures afin de répondre aux exigences et de garder leur emploi qui malgré les mauvaises conditions, leur était essentiel pour survivre. En effet, ceux-ci pouvaient commencer leur journée avant que le soleil se lève et la terminer après le coucher. Cette quantité d’heures réalisée pouvait bien sur mener à de l’épuisement physique et mentale, ce qui ralentissait le métabolisme et attirait des maladies qui ne pouvaient être soignées étant donné le manque de ressources alimentaires suffisantes. Cette lutte pour la réduction du nombre d’heure s’avéra être très bénéfique autant pour les prolétaires que les grands propriétaires d’usine étant donné que les ouvriers avaient plus d’énergie et étaient beaucoup plus efficaces au travail. Cette productivité beaucoup plus élevée fut bien sur bénéfique au rendement des usines. Cependant, un élément qui fut assez déterminant est le fait que les ouvriers avaient gagné contre leurs supérieurs, ce qui a eu comme effet d’augmenter l’esprit de communauté et d’occasionner le retour des revendications qui unissaient tous les travailleurs : le mouvement coopératif et d’entraide entre les ouvriers est à la base de la théorie de Marx. En effet, comme le mentionnait Rolande Pinard dans son livre publié en 2000, ces derniers avaient maintenant la preuve que la force du nombre avait un impact sur leurs demandes : « […] par leurs luttes, les ouvriers vont recréer des structures intermédiaires entre le bas et le haut de la pyramide (syndicats ouvriers, partis politiques, droit du travail, droit social) qui leur permettront de sortir de la « submersion […] au-dessous du niveau visuel »6.

Conclusion

Finalement, le texte de Karl Marx regroupait beaucoup d’éléments sur le traitement des ouvriers par rapport aux plus riches autant sur les conditions de travail, l’écart entre les riches et les pauvres ainsi que du mouvement ouvrier qui se préparait tranquillement vers les révoltes qu’on connu les années suivantes. Cependant, étant donné que le manifeste fut écrit par Karl Marx, soit le fondateur du mouvement communiste, il est certain qu’il y avait une certaine fermeture par rapport aux points de vue divergents du sien. En effet, le texte ne fait que parler des « mauvaises » choses qui arrivent aux ouvriers sans nécessairement prendre en compte le point de vue d’un capitaliste, par exemple celui de Werner Sombart7, grand partisan du capitalisme, ou encore d’une personne plus neutre par rapport à la situation qui aurait su voir les deux côtés. Ce point de vue aurait été assez intéressant afin de mieux comprendre la situation des ouvriers et des bourgeois qui malgré leur réputation d’escroc, avaient des raisons qui n’ont pas été justifiées.

 

 

  1. Marx, K. (1864, 28 septembre). Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, à l’occasion d’une assemblée publique célébrée au Saint-Martin’s Hall de Long Acre. Londres le 28 septembre 1864. Récupéré de https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm []
  2. Bensimon, F. (2014). L’Internationale des travailleurs. Romantisme, volume 1(163), p.53 à 62. Repéré à https://www.cairn.info/revue-romantisme-2014-1-page-53.htm []
  3. Pinard, R. (2000). Chapitre 3. Le mouvement ouvrier : l’institution du travail contre son organisation. Dans La révolution du travail : De l’artisans au manager. Presses universitaires de Rennes []
  4. Oxley, G. (2012). La naissance du mouvement ouvrier britannique (1800-1850). Récupéré le 24 janvier 2021 de https://www.marxiste.qc.ca/article/la-naissance-du-mouvement-ouvrier-britannique-1800-1850 []
  5. International Statistical Institute. (2011) Bulletin de L’Institut International de Statistique, Volume 9, États-Unis : Nabu Press []
  6. Pinard, R. (2000). Chapitre 3. Le mouvement ouvrier : l’institution du travail contre son organisation. Dans La révolution du travail : De l’artisans au manager. Presses universitaires de Rennes []
  7. Sée, H. (1930). L’œuvre de Werner Sombart et l’histoire économique, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 5(26), 124-131. Récupérée de https://www.persee.fr/doc/rhmc_0996-2727_1930_num_5_26_3600 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.