Les émotions du 14 juillet 1919

Texte écrit par Philip Mongrain

Le document sur lequel se porte ce commentaire de document est un article publié dans le journal français « Journal des débats ». Né durant la révolution française, ce quotidien sera publié de 1789 à 1944. On peut donc qualifier cette source de publique. Ce journal, dans sa longue histoire, passa d’une tendance conservatrice à une autre que l’on pourrait qualifier de plus libérale. L’article qui nous intéresse a été publié le 14 juillet 1919 et a été rédigé par Joseph Kessel. Cette date n’est pas sans intérêt alors qu’elle représente la fête nationale française, la première année suite à la fin de la Première Guerre. L’auteur, quant à lui, est romancier, journaliste et soldat durant la Première et la Deuxième guerre mondiale au sein de l’aviation.

L’article que monsieur Kessel publie le 14 juillet 1919 est un compte-rendu du défilé de la fête nationale, à Paris, qui servait à applaudir et remercier les héros de la première guerre. Tout au long de l’article, on relate le cours des événements où les soldats de différentes nationalités passent sous l’Arc de Triomphe ainsi que les émotions qui émanent de la foule en liesse.

À la lumière de cet article, serait-il possible d’affirmer que la France ait renforcé son identité nationale autour de la Première Guerre et de ses héros ?

« J’ai vu des vieilles femmes, des enfants, dimanche soir, roulés dans des sacs, dans des couvertures, sur le bord de l’avenue des Champs-Élysées […] Ces gens trouvaient qu’il valait la peine de passer une nuit à la dure, par cette veillée d’allégresse, afin de mieux voir ceux qui en avaient tant passées dans la boue et l’angoisse, au petit poste et dans la sape. »

Ce passage indique que certains Français ont pris la peine d’arriver la veille afin d’obtenir une meilleure vue sur le défilé des héros de la guerre et comme l’indique monsieur Kessel, ont passé une nuit dite à la dure, en dormant dehors, emmitouflés dans des sacs et couvertures. C’était pour eux une certaine façon d’honorer ceux qui en avaient tant passé à l’extérieur, dans le froid et la peur. On peut appuyer cette déclaration en précisant que la Grande Guerre a plus souvent qu’autrement été qualifiée de « guerre de tranchées », ce mode de combat obligeant les soldats à dormir dehors, sous la menace constante de l’ennemi.

Ensuite, le prochain passage tiré de l’article démontre l’énergie que suscite l’armée française auprès de la nation qu’elle défend ; « Mais voici que la clameur se fait délirante, que l’enthousiasme se gonfle d’émotion, de tendresse et d’amour. C’est que là-bas, avenue de la Grande Armée, derrière la musique qui sonne Sambre-et-Meuse, fier, simple et grand comme un triomphateur romain, le maréchal Pétain arrive à la tête de ses poilus ». Monsieur Kessel décrit l’excitation qui semble monter de la foule à l’approche des soldats français. À la tête de ce cortège est nul autre que le maréchal Pétain. Général au début du conflit, il obtient le plus haut titre militaire à la fin de la guerre en 1918, celui de maréchal.

C’est donc dire que la foule attroupée ce 14 juillet 1919, voit apparaitre un nouveau héros national qui depuis peu, porte ce titre prestigieux. Il sera déchu en 1945 suite à la deuxième guerre mondiale mais pour l’heure, Joseph Kessel le décrit comme un triomphateur romain, simple et grand. Il n’est donc pas erroné de prétendre qu’en 1919, voir un Français obtenir une telle distinction, participe à la construction d’une identité et d’une fierté nationale.

Enfin, le dernier passage est on ne peut plus révélateur de la fierté qu’entretient le peuple de France qui est rassemblé tout autour du cortège ; « Et le peuple de France en extase crie son amour, sa reconnaissance infinie à ses soldats qui viennent, passent sous l’Arc de Triomphe, s’engagent dans l’avenue triomphal ». Joseph Kessel commence la dernière phrase de son article par ces mots et prend soin d’utiliser des termes qui se veulent forts éloquents tels que foule en extase ou encore, reconnaissance infinie. Pour les lecteurs du journal qui n’étaient pas présents, on se doute qu’à la lumière de ces écrits, on arrive à imaginer les sentiments qui traversent la foule et les marques de reconnaissance qui se rendent jusqu’à l’armée française. À l’armée française en particulier mais aussi, et il ne faudrait pas l’oublier, à toutes ces autres nations étrangères qui ont combattu aux côtés de la France et que monsieur Kessel a énuméré car ils devançaient les Français durant le défilé. À cette époque, l’Arc de Triomphe étant déjà classifié comme monument historique en France, on ajoute à cela le peuple massé autour et l’armée française triomphante qui passe sous l’Arc lors de la journée de la fête nationale, cette combinaison d’éléments permet d’affirmer qu’un sentiment d’unité collective était sans doute présent lors de ce moment.

Les trois citations présentées ci-dessus ainsi que leurs brèves explications permettent d’obtenir une certaine idée des émotions qui émanaient de la foule à ce moment et aussi, l’énergie que Joseph Kessel voulait partager au travers ses écrits dans le Journal des débats. On arrive fort bien à comprendre un, le désir des Français d’honorer leur armée en passant la nuit de la veille, dehors. Deux, la figure que représente Philippe Pétain qui porte nouvellement le titre de maréchal. Et trois, l’amour du peuple pour ses hommes qui avancent sous l’Arc, un 14 juillet, triomphants suite à la Grande Guerre. Tous ces éléments de l’article de monsieur Kessel réunis, cela nous permet d’abonder dans le même sens que la question relevée au départ comme quoi la France avait les moyens de renforcer son identité nationale autour de la Première Guerre et de ses héros. Enfin, cet article de Joseph Kessel nous permet d’affirmer cette hypothèse mais il ne faudrait pas perdre de vue que l’auteur a lui-même participé au conflit. Le sentiment de la victoire et de la fierté, l’auteur le porte lui-même. Il ne faut donc pas s’étonner que son article soit empreint de cet amour. Ses écrits nous permettent cette généralisation du sentiment que les Français sur place pouvaient avoir mais il pourrait être judicieux de corroborer cette perception des événements avec d’autres quotidiens de l’époque afin de pouvoir discerner si ce n’est pas qu’une utopie d’un ancien combattant mais bien un sentiment généralisé dans l’hexagone.

Pour aller plus loin :

Académie française. (2021, 2 février). Les immortels. Joseph Kessel. http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/joseph-kessel

Philippe Pétain. (S. D.). Dans Larousse encyclopédie en ligne. https://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Philippe_P%C3%A9tain/137768

Morton D. (2013). Première guerre mondiale. Encyclopédie canadienne. https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/premiere-guerre-mondiale

Gallimard. (2021, 2 février). Joseph Kessel (1898-1979). http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Plus-sur-l-auteur/En-savoir-plus-sur-Joseph-Kessel/(source)/184104

Bonniel, Marie-Aude. (2015, 13 juillet). Histoire et Archives, Le défilé du 14 juillet 1919 : le sacre de la Victoire. Le Figaro. https://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2015/07/13/26010-20150713ARTFIG00220-le-defile-du-14-juillet-1919-le-sacre-de-la-victoire.php



Citer ce billet
etudiant1 (2021, 17 mars). Les émotions du 14 juillet 1919. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pje6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.