La révolution de février 1848 vue par Alexis de Tocqueville

Texte écrit par Jérôme Lafrance-Carpentier

Qui est Alexis de Tocqueville?

Né en 1805 à Paris, Alexis de Tocqueville est un auteur, un philosophe politique libéral et un homme d’État français. Il s’intéresse particulièrement au fonctionnement politique et les changements liés avec l’arrivée de la démocratie. Il observe ce nouveau mouvement politique à la suite des révolutions américaine et française. Il écrit, après son voyage de 1831 en Amérique, deux œuvres majeurs de la pensée politique au XIXe siècle, d’abord en 1840, « De la démocratie en Amérique » et par la suite en 1856, « l’ancien régime et la révolution ».1Pour Tocqueville, l’égalité des conditions est l’élément central de la démocratie. Dans ses écrits, il met également de l’avant l’importance de la liberté intellectuelle et politique dans la société. En plus d’avoir écrit ses œuvres littéraires et politiques, Tocqueville a été député de la Monarchie de Juillet et ministre des Affaires étrangères pendant la Seconde République.2 Pour l’analyse suivante, il est question de son texte publié en 1893 dans « Souvenirs : Alexis de Tocqueville se promène dans Paris le 23 février 1848 ». Ce texte est écrit au moment de la révolution de février. Avant de s’attaquer au texte, dressons-nous un portrait des événements qui ont engendré la révolution et son déroulement.

Contexte politique de 1848

La révolution de 1848 est la troisième que va connaitre la France en cinquante ans. À la suite du retour de la monarchie de Juillet et de la dynastie Bourbon en 1830, les désordres politiques et conflits sont nombreux.3 Le roi Louis-Philippe et le ministre François Guizot procèdent à un nettoyage presque complet de chaque membre de l’État politique et militaire. Ceux-ci veulent éloigner chaque membre qui était resté fidèle au roi Charles X. Des tensions éclatent également lorsque vient temps du procès des membres de l’ancien régime. Les plus extrémistes réclament leur tête alors que le roi Louis-Philippe craint que cela engendre un soulèvement d’une partie de la population. Des conflits et émeutes vont éclater dans les rues de Paris. Les rébellions et le soulèvement du peuple parisien et de la classe ouvrière, supporté par les mouvements libéraux, aboutiront le 24 février avec l’abdication du roi Louis-Philippe.

La Révolution

Avant même la Révolution de 1848, Tocqueville était conscient des conditions des classes ouvrières et que ceux-ci étaient sur le point de se lever pour leurs conditions. Dès le début du XIXe siècle, l’apparition de mouvement libéral et indépendantiste tel que ceux en Belgique ou en Allemagne sont des exemples.4 Tocqueville est faveur d’une meilleure indépendance économique des classes plus pauvres. En revanche en analysant son œuvre sur la démocratie en Amérique, on observe son hésitation envers une démocratie libérale.5 Son opinion envers la démocratie américaine viendra peut-être tinter sa vision de la révolution de 1848. Lors de l’éclatement des troubles à Paris, Tocqueville observe les déroulements avec le regard d’un citoyen, mais également en tant que député de la Manche. Sa défense pour les libertés individuelles et sa philosophie politique libérale sont deux éléments à retenir. Son statut politique va peut-être transparaitre dans les propos qu’il fait et ses observations.

La seconde République (1848-1851)

Promenade dans Paris le 23 février 1848

En 1893 est publié le livre « Souvenirs » d’Alexis de Tocqueville. Il s’agit d’une compilation post-mortem par la maison d’édition Calmann Lévy. On y retrouve nombreux textes et des nouvelles écrits par Tocqueville dans le courant de sa vie. En un particulier, attire notre attention sur la Révolution de 1848. Il s’agit du texte dans lequel Tocqueville raconte sa promenade dans Paris le 23 février. Il met en détail son parcours de chez lui pour se rendre à l’assemblée comme chaque jour de la semaine. En revanche, il aperçoit les barricades se lever dans les rues et être installées par les citoyens.6 Pour Tocqueville, les citoyens installaient les barricades avec habileté et la régularité d’un ingénieur. Il ajoute que les constructions sont solides, elles sont composées de murs épais et qu’elles sont faites de manière très propre.7 Ces éléments peuvent sous-entendre que les révolutionnaires n’étaient non seulement des citoyens de Paris, mais également les soldats ou membres de milices étant donné leur expertise. Dans son texte, Tocqueville évoque une autre personne à ses côtés, Francisque de Corcelle. Il est également député au moment de la révolution et réélu pendant la Deuxième république.8 Tocqueville raconte ne pas avoir vue d’éléments ou d’événements d’extraordinaire dans la ville. À la fin de son parcours, celui-ci va rencontrer sur son chemin un soldat blessé et couvert de sang. Le soldat va brièvement lui faire part de ce qui deviendra un événement marquant de la révolution de 1848.9“En revenant, je rencontrai, dans la rue des Jeûneurs, un garde national couvert de sang et de fragments de cervelle ; il était très pâle et rentrait chez lui. Je lui demandai ce qui se passait. Il me dit que le bataillon dont il faisait partie venait de recevoir à bout portant, à la porte Saint-Denis, un feu très meurtrier”Cet événement est expliqué en détail dans « la fusillade du boulevard des Capucines le 23 février 1848 » par l’auteur Albert Crémieux. Il s’agit d’un soulèvement populaire demandant l’abdication du roi. Pour certains historiens la fusillade des troupes sur la population parisienne est l’élément déclencheur du renversement du ministre Guizot. Au bilan, 36 morts et 74 blessés dans l’affrontement survenu à la porte Saint-Denis.10

Bilan de l’œuvre

Pour revenir sur le texte d’Alexis de Tocqueville, le texte analysé est une fine partie des œuvres écrites par Tocqueville. À l’aide des faits relatés dans son texte, il nous permet de brosser un portrait vague de la révolution de 1848, particulièrement en ce qui rapporte à la journée du 23 février. Une journée qui marquera l’histoire de la France due à la tournure des événements. Ce qui commence par une journée tranquille et ordinaire pour Alexis de Tocqueville se transforme en conflits armés qui laisseront une trentaine de morts à la porte Saint-Denis. Le texte est intéressant d’un côté historique puisqu’il est écrit au moment même où les événements se déroulent sans qu’Alexis de Tocqueville puisse avoir un regard complet de la situation. Malgré la nature de ses textes régulièrement politique et philosophique, Tocqueville ne porte aucun propos sur la nature des soulèvements de la population et ne donne pas son opinion sur les motifs. Ce qui peut paraitre étrange puisque Tocqueville a l’habitude d’écrire des textes et lettres politiques et engagés. D’une part son support des idées libérales peut laisser croire qu’il serait en faveur d’une insurrection et d’un renversement du pouvoir royal. Cela pourrait également expliquer sa description des barricades et des parisiens en les valorisant. Tocqueville fait partie de ceux qui seront élus à la nouvelle Assemblée nationale constituante de 1848. Pour Tocqueville, la révolution française était une étape nécessaire et elle était prévisible en quelque sorte. La révolution américaine de 1783, la révolution française de 1789, la volonté de démocratie, de liberté et d’égalité en Europe étaient tous des événements précurseurs à la révolution de 1848. Alexis de Tocqueville avait peut-être pressenti la révolution il prendra en quelque sortes avantages de situation.

Pour aller plus loin:

DE TOCQUEVILLE, Alexis, « De la démocratie en Amérique ». Paris, Édition Institut Coppet, 2012. 635p.
CRÉMIEUX, Albert, « La fusillade du boulevard des Capucines le 23 février 1848 », Revue d’Histoire du XIXe siècle – 1848, vol. 8, n° 44, 1911. p.99-124
DANOFF, Brian, « Educating Democracy: Alexis De Tocqueville and Leadership in America », 2010, 100p.

Sources

DE TOCQUEVILLE, Alexis, « La révolution de février 1848 vue par Alexis de Tocqueville », Clio Texte, 9 décembre 2017, <https://clio-texte.clionautes.org/la-revolution-fevrier-1848-vue-par-aristocrate-liberal.html>, (21 janvier 2021).
DE TOCQUEVILLE, Alexis, Correspondance d’Alexis de Tocqueville et de Francisque de Corcelle … et de Madame Swetchine, Gallimard, 1983.

  1. Alexis de Tocqueville, 2012. p.398 []
  2. Brian Danoff, 2010. p.10 []
  3. Alexis de Tocqueville, Correspondance d’Alexis de Tocqueville et de Francisque de Corcelle … et de Madame Swetchine, Gallimard, 1983. p.398 []
  4. Alexis De Tocqueville, op.cit, p.119 []
  5. Alexis De Tocqueville, « De la démocratie en Amérique », p.239 []
  6. Alexis de Tocqueville, La révolution de février 1848, 2017 []
  7. Idem []
  8. Alexis DE TOCQUEVILLE, Correspondance d’Alexis de Tocqueville et de Francisque de Corcelle … et de Madame Swetchine, p.142 []
  9. Alexis DE TOCQUEVILLE, La révolution de février 1848 []
  10. Albert, CRÉMIEUX, « La fusillade du boulevard des Capucines le 23 février 1848 », Revue d’Histoire du XIXe siècle – 1848, vol. 8, n° 44, 1911. p.124 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.