Le « profane » discours du 30 juin 1960 pour l’indépendance du Congo

Texte écrit par Josué Pomerleau-Lair

Le 30 juin 1960, le jour J pour la république démocratique naissante du Congo, c’est l’indépendance pour ce pays émergeant de 80 ans de colonisation. Le choix de cette date et la forme qu’elle prendra ont suscité de vifs débats en janvier de la même année lors de la table de ronde de Bruxelles. Lors de cette rencontre, les désaccords s’étaient bien faits entendre et avaient témoigné du faible consensus qui régnait tant entre la colonie et la métropole qu’entre les différents partis politiques congolais. Du moins, il y avait eu un accord pour la date d’indépendance (30 juin) et celle des élections générales prévues pour le mois de mai. Le chef du parti Mouvement national congolais (MNC), Patrice Lumumba, gagna les élections pour devenir le premier ministre, mais sa victoire de justesse trahissait le fait qu’il devait composer avec un pays morcelé par ses différences ethniques – on estime le nombre d’ethnies à plus de 2501. Quelques jours avant l’indépendance, plusieurs évènements importunent Lumumba lui laissant l’arrière-goût d’être impuissant et écarté du pouvoir. D’une part, les négociations avec la Belgique pour le traité d’amitié n’ont pas porté leur fruit pour le premier ministre qui s’est vu confronté à l’obstination et à l’attitude condescendante des diplomates belges. Ensuite, l’affaire Scheerlink vient faire peser la menace d’une sécession du Katanga – la région du Congo la plus riche en minerais – envers la nouvelle république. Enfin, le président Kasavubu agit sans consulter son premier ministre en invitant le roi des Belges à la cérémonie d’indépendance et lui accorde le droit de parole, alors que Lumumba n’obtient pas ce privilège. En plus de ces évènements, Lumumba obtient les textes des discours du roi et du président la veille de la cérémonie. Il est scandalisé à la fois par celui du roi au caractère pessimiste et condescendant envers l’avenir du Congo, et élogieux de « l’œuvre civilisatrice de Léopold II »2, et surtout par celui du président qu’il juge trop neutre et complaisant envers le roi. C’est ainsi que l’irritation gagne Lumumba et le conduit à prendre la parole le 30 juin sans le consentement du président. Outre les applaudissements des Congolais sur place, les réactions des diplomates étrangers, des politiciens congolais et tout particulièrement celles des Belges sont condamnatrices3. Les propos de Lumumba ne laissent personne indifférent. Et c’est ainsi que l’intérêt de ce présent travail est d’éclairer les intentions de Lumumba qui sont d’ailleurs les causes de la virulente critique qui sera exprimée envers ce « profane » discours du 30 juin.

C'était il y a 60 ans: le discours de Lumumba pour l'indépendance du Congo
À gauche Joseph Kasavubu, au centre Patrice Lumumba et à droite le roi Baudoin de Belgique. URL : https://www.levif.be/actualite/histoire/c-etait-il-y-a-60-ans-le-discours-de-lumumba-pour-l-independance-du-congo/article-normal-1300333.html?cookie_check=1615994167

Dès le départ, Lumumba pose le ton qui va suivre. Il omet de s’adresser conventionnellement au roi des Belges ou encore aux personnalités présentes à la cérémonie. Il s’adresse plutôt au peuple congolais : « À vous tous, mes amis qui avez lutté sans relâche à nos côtés »4. En effet, le ton est clair, c’est sur la question de la lutte nationale que Lumumba présente son discours5. Lors du premier paragraphe, l’idée de lutte est constamment rappelée. Selon les dires de l’auteur, cette idée a permis l’émancipation et la liberté de son pays. Il fait de l’idée de la lutte une fierté nationale rassemblant les Congolais à une cause commune. Évidemment, l’intention de Lumumba est de renforcer l’unité nationale de son pays. Selon lui, il faut favoriser l’union plutôt que la division. Tel qu’il l’avance lors de son exposé au Congrès pour la Liberté et la Culture en 1959, la pluralité politique aura sa place une fois que la nouvelle république congolaise sera stable économiquement, politiquement et socialement. Son point de vue s’assoit sur la conflictualité quasi endémique du Congo4.  Les risques de sécession du Katanga et du Kasaï ainsi que les tensions interethniques font douter de la légitimité et de la durabilité du futur État. C’est ainsi que le discours sur le thème de la lutte nationale prend toute sa pertinence pour Lumumba6 : il cherche à légitimer la nouvelle république.

Pendant son discours, le premier ministre utilise le thème de la mémoire nationale pour cimenter ses idées. Il le fait en opposant la notion du souvenir identitaire face à celle de l’oubli acculturatif. Dès le départ, il désigne le 30 juin comme une date qui doit être « ineffaçablement gravée dans [les cœurs des Congolais] ». Il renforce ensuite cette idée en mettant en garde que c’est le devoir de tous les « Congolais dignes de ce nom » de ne jamais oublier leur histoire qui se traduit par la lutte nationale. Lumumba rappelle souvent cette idée en l’utilisant pour ponctuer son discours. Il le fait sous forme interrogative par « qui oubliera ? » en s’adressant au peuple et rappelant le devoir de tous « Congolais dignes de ce nom ». Ainsi, Lumumba cherche à donner un sentiment de responsabilité au Congolais dans la lutte nationale. Pour Réginald Hemeleers, un proche de Lumumba, le premier ministre avait l’intention de forger une histoire propre au Congo qui se trouvait sans fondement7.

Le dernier thème abordé par Lumumba, et qui sera sans doute le plus critiqué, est celui de la colonisation. Ce thème est présenté comme étant l’antagoniste de la lutte nationale et bien sûr l’image des Belges n’est pas flatteuse. Si la lutte et la mémoire nationale sont essentielles pour le patriotisme selon Lumumba, la colonisation est le fondement de ces deux dernières. La souffrance, l’oppression et la soumission ont uni les différentes nations africaines à faire face à l’Europe. Ceci représente bien la vision panafricaniste du premier ministre8. Les mots qu’utilise Lumumba sont lourds de connotation tels que « nègre, esclavage, humiliation ». Le noir et le blanc, soit le colonisé et le colonisateur, sont constamment mis en opposition. Tout cela sert à Lumumba à définir ce que sont ces deux précédents thèmes. Ainsi, on peut facilement imaginer le contraste du discours du premier ministre avec celui du roi des Belges9.

En définitive, Lumumba cherche à rappeler les misères liées à la colonisation belge lors de la cérémonie d’indépendance pour marquer le fait que « tout cela est désormais fini » grâce à la nouvelle République démocratique du Congo. Il condamne le colonialisme pour mieux défendre la cause nationale. Il le fait au péril des relations avec la Belgique. Intuitivement, on peut penser que l’intérêt de Lumumba est de faire un appel au peuple. Peut-être en partie, mais il faut cependant remettre en contexte l’accessibilité du discours, car d’une part ce n’est qu’une partie de la population qui comprend le français et d’autre part la diffusion de la cérémonie est limitée, soit par la radio ou la presse écrite qui n’est pas intrinsèquement élogieuse au discours10. On peut plutôt prétendre que Lumumba cherchait à prendre une revanche sur la Belgique qui ne lui a accordé aucun compromis lors des négociations et n’adopte pas une attitude égalitaire avec son ancienne colonie. Aussi, il y a fort à parier qu’il cherchait à envoyer un message à ceux présents dans la salle : un message répondant à ceux qui ont essayé de l’écarter du pouvoir tel que Kasavubu, des politiciens congolais et des diplomates belges. Comme le souligne Jean-Claude Willame, Lumumba a saisi l’opportunité de la cérémonie d’indépendance pour montrer aux Belges comme aux Congolais qu’ils « devront tenir compte de lui, puisqu’il a été élu démocratiquement11. » Bref, ce discours témoigne davantage de la tension politique interne comme externe du Congo lors du 30 juin 1960 que du mouvement national qui semble tout compte fait ambigu et hétérogène12.



Citer ce billet
etudiant3 (2021, 17 mars). Le « profane » discours du 30 juin 1960 pour l’indépendance du Congo. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pje1

  1. Jules GÉRARD-LIBOIS, Henri NICOLAÏ, Patrick QUANTIN, Benoit VERHAEGEN et Crawford YOUNG, « République démocratique du Congo », dans Encyclopaedia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/ (Page consultée le [8 février 2021]). []
  2. Jean-Claude WILLAME, Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée. Karthala, édition « Les Afriques », 1990, page 109. []
  3. Ibid. Pages 96-109. []
  4. S.A., « Discours de l’indépendance », dans ÉCOLE DE POLITIQUE APPLIQUÉE, Université de Sherbrooke, Perspective Monde, URL : https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1447 (Page consultée le [8 février 2021]). [] []
  5. Jean-Claude WILLAME, Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée. Karthala, édition « Les Afriques », 1990, page 110. []
  6. Jules GÉRARD-LIBOIS et Benoît VERHAEGEN, « Le Congo. Du domaine de Léopold II à  l’indépendance », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 1077, n0 12 (1985), pages 24-26, URL : https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-1985-12-page-1.htm (Page consultée le [8 février]).  Françoise BARRY, « Lumumba Patrice – (1925-1962) », dans Encyclopaedia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/patrice-lumumba/ (Page consultée le [8 février 2021]). []
  7. Jean-Claude WILLAME, Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée. Karthala, édition « Les Afriques », 1990, page 113. []
  8. Françoise BARRY, « Lumumba Patrice – (1925-1962) », dans Encyclopaedia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/patrice-lumumba/ (Page consultée le [8 février 2021]). []
  9. Jean-Claude WILLAME, Patrice Lumumba. La crise congolaise revisitée. Karthala, édition « Les Afriques », 1990, pages 110-112. []
  10. Ibid, page 118. []
  11. Ibid, page 116. []
  12. Ibid, pages 115-118 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.