Le discours à objet d’influence

Texte écrit par Jasmine Beaudet

MARX, Karl et F. Engels. Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, présenté à l’inauguration de l’AIT, à Londres, en 18641.

Le début du capitalisme, l’industrialisation, la transition de sociétés d’ordres sociaux à des sociétés de classes sont des phénomènes qui mènent à la mobilisation des classes de travailleurs à travers le temps. L’inauguration de l’Association Internationale des travailleurs en 1864 en est un exemple. Consulter le manifeste inaugural de celle-ci, rédigé par Karl Marx et Friedrich Engels, est intéressant pour mieux définir sa place dans l’histoire. Il peut renseigner sur la vision de deux sociologues et penseurs de ce temps qui ont marqué l’histoire; sur l’histoire de la politique, de la sociologie et de l’économie; sur le phénomène de l’union de travailleurs; et sur la période concernée. D’abord, il est important de spécifier quelques éléments aidant à l’analyse du document. L’Association Internationale des travailleurs est fondée le 28 septembre 1864, lors d’une assemblée publique célébrée au Saint Martin’s Hall de Long Acre à Londres en Angleterre. Elle regroupe des travailleur.euses de plusieurs pays et elle survit dans sa première forme jusqu’en 1876. Londres est choisie pour baser le siège social de l’AIT pour sa place marquée dans l’histoire ouvrière déjà en 1864.

Karl Marx (1818-1883) et Friedrich Engels (1820-1895) sont des intellectuels allemands qui ont beaucoup travaillé sur la question des ouvriers. Lors du discours d’ouverture, c’est le point de vue de Marx et de Engels qui est mis de l’avant et même présenté avec l’objectif d’influencer la foule à l’adopter aussi. Dans le document, les locuteurs s’adressent à celles et ceux qui les écoutent en disant «ouvriers», «prolétaires», «classe travailleuse», etc. Cela peut traduire, dès le premier mot, l’importance de les rassembler en un seul groupe par ce qu’elles et ils ont en commun. Peu importe qui elles et ils sont personnellement, l’essentiel est qu’elles et ils se sentent une partie d’un tout. De ce fait, Marx et Engels s’efforcent que tou.tes ressentent une force commune par le nombre. Il est d’ailleurs à noter que l’annonce se clôt de la même façon, pour rappeler cette mise déterminante. Également l’usage du «nous» est favorisé tout au long pour, encore une fois, encourager le sentiment d’être un tout. Dans le même ordre d’idée, les termes comme «Hélas!» et les exclamations devinées ne sont pas anodins pour rapprocher le texte de ceux qui le proclament. Ainsi, le discours est censé présenter leur façon de voir propre à eux, tout en présentant ces deux intellectuels comme des égaux et des alliés à la cause du prolétariat. Enfin, il est sans doute intéressant de constater que le vocabulaire utilisé tout au long du discours est accessible pour la classe qui l’écoute : les ouvriers. Ceux-ci sont parfois peu éduqués, surtout comparés à Marx et Engels. Ces deux derniers s’adaptent bien à cette différence. En effet, la classe ouvrière commence très jeune à travailler et ne font ainsi peu de scolarité en moyenne2.Le discours présente plusieurs faits, statistiques et exemples éloquents, ce que l’on retrouve dans un texte argumentaire. Ainsi, le projet de convaincre transparait immédiatement puisqu’on entre dans le vif du sujet dès la première phrase. La tromperie des années a vu la richesse intérieure des pays augmenter tout en laissant les conditions des travailleurs diminuer au lieu du contraire logique.

En 1850, un organe modéré de la bourgeoisie anglaise, très bien informé d’ordinaire, prédisait que si l’exportation et l’importation de l’Angleterre s’élevaient de 50 %, le paupérisme tomberait à zéro. Hélas ! le 7 avril 1864, le chancelier de l’Echiquier charmait son auditoire parlementaire en lui annonçant que le commerce anglais d’importation et d’exportation était monté en 1863 «à 443 955 000 livres sterling, somme étonnante qui surpasse presque des deux tiers le commerce de l’époque, relativement récente, de 1843.

Or, le discours a pour but de prouver aux ouvrier.ères toutes les raisons de se rassembler et d’exiger des droits pour le grand bénéfice de la majorité. La malnutrition étant l’image la plus convaincante, puisque manger est le besoin de base normalement rempli en premier, elle est utilisée comme l’argument le plus pesant. Marx et Engels citent aussi des documents officiels, comme des rapports de la santé publique, et des déclarations récentes d’hommes publics dans le même effort de persuasion. En somme, pour eux, il faut que tou.tes se motivent et s’engagent dans la lutte à la suite de leur discours. Puis, cela montre aussi  que Marx et Engels sont conscients du poids qu’ils peuvent avoir sur leur spectateur.trices, ils sont déjà reconnus internationalement pour leurs recherches et leur engagement. Puis, une partie ci-après du texte rapporte des évènements passés, notamment de la période entre 1848 et 1864. Ceux-ci ont pour but de convaincre du besoin d’agir et d’essayer de faire renverser les choses. L’intention est claire par la phrase qui débute cette description et les mots lourds utilisés: «Cette époque est marquée, dans les annales du monde, par les retours accélérés, par l’étendue de plus en plus vaste et par les effets de plus en plus meurtriers de la peste sociale appelée la crise commerciale et industrielle.» En bref, cette partie semble aussi servir à convaincre les ouvrier.ères qu’il est temps de s’associer et de défendre leurs intérêts sans quoi leur sort continuerait de s’empirer : faim, problèmes de santé, accidents de travail, etc. tandis que les inégalités sociales augmentent de façon exponentielle. Toutes les statistiques et sources officielles présentes sont chères au travail des historien.nes étudiant la période. Là se place une partie de la valeur du document. Également, pour celles et ceux qui étudient Karl Marx, elle est un arrêt dans le temps de l’évolution de son idéologie.

L’Association internationale des travailleurs est inaugurée à un moment où, notamment selon le sociologue Christian Laval, Karl Marx ne cherche pas un changement aussi radical3. Effectivement, il recherche une évolution logique en coopération avec les forces et les leviers politiques plutôt qu’une révolte sociale. Autrement, un tel texte a le bénéfice d’être facile à analyser grâce à sa clarté. Marx et Engels avaient intérêt à préparer leur intervention et à peser chacun de leurs mots. De ce fait, le texte est probablement précisément ce que ces derniers désiraient qu’il soit et l’on peut plus aisément s’y fier pour comprendre les enjeux en question. Cependant, il n’est possible d’étudier qu’un point de vue du sujet : celui des locuteurs.

Il est dur de savoir si leur discours a eu les résultats escomptés et impossible de connaitre les réactions de la foule sur le moment. En somme, ce document ne présente pas seulement les revendications que l’association des travailleurs aura à son début (de meilleurs salaires, de plus courtes journées de travail, l’intervention de l’état, une meilleure répartition des richesses, plus de manufactures coopératives, plus de pouvoir politique, etc.), mais davantage les raisons derrière celles-ci. Cela est dû au fait que Marx et Engels présentaient leur discours comme un discours de persuasion. Ils décrivent les raisons pour lesquelles les ouvrier.ères devraient s’associer de façon poignante dans le but de les convaincre. La plus importante des raisons, soulevée tout au long, mais nommée qu’à la fin, est le fait qu’il n’est pas tout d’être majoritaire en nombre, il faut s’unir pour arriver à nos fins face à la minorité dirigeante: «le nombre ne pèse dans la balance que s’il est uni par l’association et guidé par le savoir.»

Pour aller plus loin:

BENSIMON, Fabrice. «L’internationale des travailleurs», Romantisme, 2014, volume 1 numéro 163 : pages 53 à 62.

CHRISTEN, Carole. «Jalons pour une histoire de l’éducation industrielle destinée aux ouvriers adultes au XIXe siècle», Les Études Sociales, 2014, volume 1, n° 159, p. 3 à 9.

LAVAL, Christian. «Repenser la révolution : Utopie, imagination, pratique», Nouveaux Cahiers du socialisme, 2019, n° 21, p. 127 à 134.MARX, Karl et F. Engels. Manifeste inaugural de l’Association Internationale des Travailleurs, 1864

 

  1. https://www.marxists.org/francais/marx/works/1864/09/18640928.htm []
  2. Carole Christen. «Jalons pour une histoire de l’éducation industrielle destinée aux ouvriers adultes au XIXe siècle», Les Études Sociales, 2014, volume 1, n° 159, p. 3. []
  3. Christian Laval. «Repenser la révolution : Utopie, imagination, pratique», Nouveaux Cahiers du socialisme, n° 21, hiver 2019, p. 130. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.