Discours de l’empereur d’Allemagne Guillaume II

Texte écrit par Charles-Antoine Messier

Dans un article paru dans la Gazette de Lausanne, le 5 août 1914, tel que retranscrit par l’historien Patrice Delphin sur le site Clio-Texte ((https://clio-texte.clionautes.org/discours-empereur-allemagne-guillaume-aout-1914.html)), nous pouvons y lire le discours du trône au Reichstag du Kaiser Wilhem II à la nation allemande. Cette allocution est destinée à la population allemande ainsi qu’aux politicards allemands Ce discours prend racine dans la récente entrée en guerre de son pays face aux démocraties européennes. La question à laquelle nous essaieront de répondre est pourquoi celui-ci tient-il ce discours, et quel en est la signification? Ce texte démontre la vision des hautes autorités allemande sur le conflit faisant rage en Europe.

Le discours de l’empereur allemand prend place durant une période de montée du nationalisme et du début la Grande Guerre. En effet, comme il le dit lui-même, François-Ferdinand, qui appelle d’ailleurs son « ami », vient de trouver la mort sous les balles d’un nationaliste serbe dans les rues de Sarajevo1. Bien sûr, le contexte ici est très important. L’Europe est alors au début de la Grande Guerre. Toutes les grandes puissances du vieux continent veulent la guerre pour différentes raisons. La France veut retrouver ses territoires d’Alsace-Lorraine. La Grande-Bretagne voit d’un très mauvais œil l’agrandissement de la Kaiserliche Marine2. L’Autriche-Hongrie dans sa visée impériale3, souhaite agrandir son territoire, notamment dans les Balkans plus précisément en Serbie. Cependant, la grande Russie défendra son petit cousin en vertu de leur alliance culturelle et religieuse. Bien sûr, l’empire allemand veut aussi cette guerre, elle donnera « carte blanche » à son allié austro-hongrois en lui promettant d’entrer en guerre à ses côtés.

Au début de son discours, l’empereur met rapidement le blâme de la guerre sur les épaules de l’ennemi. D’après son discours, son allié, l’empereur François-Joseph « s’est vu dans la nécessité d’en appeler aux armes4 » contre la petite Serbie. Cependant, l’empire russe se mit au travers du « devoir » de l’Autriche-Hongrie. C’est pour cela que l’Allemagne a la « tâche de protéger5 » son allié autrichien. En ces quelques phrases, l’empereur allemand explique les raisons de l’intervention de son pays dans cette énorme guerre. Il dit même que « c’est le cœur serré5 » qu’il a dû mobiliser son armée. Il continue son monologue en parlant des efforts de l’Allemagne à rendre les relations entre son pays et la France plus amicale, alors que l’Empire allemand avait, il y a un peu plus de 40 ans, pris l’Alsace-Lorraine6 à la France.

Dans les faits, ce discours de Guillaume II est fait dans le but de prendre l’allure de victime, et non de l’agresseur. Dans les faits, et prenons une position neutre, la Grande Guerre est la somme de tous les grands pays européens. L’empereur dit notamment que « Nous ne sommes pas avides de conquêtes5 » et surenchéri plus tard « Nous saisissons l’épée pour nous défendre avec la conscience tranquille et les mains pures5 ». Cet extrait de son discours montre qu’il veut se mettre du côté de la victime, et qu’il ne fait que subir et qu’il est dans son droit.

Dans le même temps, le chancelier de l’empire tient une allocution pour le moins semblable. Toujours est-il que celui-ci amène un point très intéressant. Il amène la question de la Belgique, pourtant neutre7. Dans son discours, le chancelier rappelle que si l’Angleterre avait conservé sa neutralité, l’Allemagne n’aurait pas envahi la Belgique. Nous pouvons douter de la vraisemblance de ces propos.

En conclusion, le discours de l’empereur et de son chancelier est de la pure propagande, de la poudre aux yeux. Il faut le rappeler, ils prennent place durant le début de la Première Guerre mondiale. D’abord, le discours de l’empereur essaie de justifier l’entrée en guerre de son pays au côté de son allié. Il attribue la responsabilité de la guerre aux belligérants ennemis, alors que dans le meilleur des cas, nous pouvons parler d’une faute partagée. Par la suite, le discours de son chancelier aborde le cas de la Belgique. De la manière dont il présente les évènements, l’Allemagne a presque été obligée d’envahir ce pays, pourtant neutre, et il ne faut pas minimiser les conditions d’occupation que le peuple belge a subie rapidement au début de la guerre. Or, il faut le rappeler, envahir la France par la Belgique et le Luxembourg était le plan initial, le discours du chancelier est donc un mensonge, et relève purement et simplement de la propagande.

Pour aller plus loin:

LEMAY, Benoit. « Du plan Schlieffen au plan Moltke : mythes et réalités des plans de guerre allemands et de la responsabilité du Reich dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale », Guerres mondiales et conflits contemporains, n252, 2013 p.27 à 46, https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2013-4-page-27.htm

COCHET, François. « Pourquoi la guerre ? De la crise balkanique à la guerre européenne », La Grande Guerre. sous la direction de Cochet François, Paris, Perrin, 2018, p. 13-67, https://www.cairn.info/la-grande-guerre–9782262074432.htm

Françoise LÉVY-COBLENTZ, «QUESTION D’ALSACE-LORRAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2021, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/question-d-alsace-lorraine/

Marc FERRO, « GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2021. 37 p, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/

STRAUSS, Léon, « GUILLAUME II (1859-1941) – empereur d’Allemagne (1888-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 février 2021, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/guillaume-ii/

 

  1. COCHET, François. « Pourquoi la guerre ? De la crise balkanique à la guerre européenne » p. 40 []
  2. Léon STRAUSS, « GUILLAUME II (1859-1941) – empereur d’Allemagne (1888-1918) », []
  3. Marc FERRO, « GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) » p.6 []
  4. DELPHIN, Patrice. « Discours de l’empereur d’Allemagne Guillaume II », 4 août 1914, []
  5. Idem [] [] [] []
  6. Françoise LÉVY-COBLENTZ, « QUESTION D’ALSACE-LORRAINE », []
  7. Benoit LEMAY,  « Du plan Schlieffen au plan Moltke : mythes et réalités des plans de guerre allemands et de la responsabilité du Reich dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale » p.33 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.