Le Traité de l’Elysée : le projet de pacification entre l’Allemagne et la France. Discours de Konrad Adenauer ancien Chancelier de la RFA.

Texte écrit par Nathanaël Billon-Grand

Le document présenté est un discours prononcé par l’ancien Chancelier allemand Konrad Hermann Joseph Adenauer1. Il fut chancelier de 1949 à 1963 en Allemagne de l’Ouest. Ce discours date du 23 janvier 1963 et la source est officielle, venant des dossiers de presse des archives du chancelier. Konrad Adenauer parle du traité d’amitié franco-allemande (deutsch-französische Freundschaft) dit « Traité de l’Élysée » signé la veille, le 22 janvier 1963 par lui-même et Charles de Gaulle alors Président de la République française (1959 à 1969). Le contexte historique du discours est cette volonté entre la France et l’Allemagne de sceller une amitié durable, une volonté qui survient après la Seconde Guerre Mondiale et en pleine Guerre Froide.
Dès lors, en quoi ce discours révèle l’importance de l’amitié franco-allemande ?

Page de couverture du Traité

Importance de l’histoire

Ce qui ressort en premier de ce discours, c’est la place de l’histoire. Ce traité signé par Adenauer et de Gaulle ainsi que plusieurs ministres n’a pas de durée précise, il doit persister dans le temps : « le maintien de relations amicales […] pour une durée indéterminée ». Les deux pays cherchent une amitié durable pour éviter de nouveaux conflits. Il n’y a pas que l’avenir qui est cité mais aussi le passé, Adenauer parle des « événements historiques passés ». Dans le contexte, on peut penser tout de suite à la Seconde Guerre Mondiale mais le Chancelier insiste aussi sur les nombreuses guerres par la phrase « depuis plus de quatre siècles ». L’Allemagne cherche à avancer en laissant le passé derrière elle sans l’oublier. Adenauer ne parle pas trop sur le sujet de la guerre mondiale car elle est récente, tout le monde l’a encore en esprit surtout que l’Allemagne n’est pas unifiée comme il l’indique par la phrase « nous ne sommes toujours pas réunis ». Les Allemands sont « sortis vaincus » mais l’ancien Chancelier n’insiste pas dessus, toujours dans cette volonté d’avancer avec le monde. Dans le paragraphe suivant, « le progrès formidable » permet d’insister sur les relations franco-allemandes qui se sont transformées en amitié et par la même occasion, Adenauer indique que le destin des deux pays sera « commun ». On peut comprendre que le traité vise des relations amicales et des projets communs.
Dans les réconciliations, Konrad Adenauer montre que si un « état de tension » continuait, le projet européen que représente la Communauté Économique Européenne2 de 1957 n’existerait pas et que la RFA n’occuperait pas une place importante dans les relations mondiales ou mêmes européennes. Par ses mots, il montre sa reconnaissance et se réjouit que les tensions avec la France aient disparu. « Ce traité sera décrit un jour dans les livres d’histoire », cela est vrai aujourd’hui car en France comme en Allemagne, on commémore ce traité et les deux pays l’entretiennent toujours dans une étroite collaboration et de nouveaux projets naissent comme le Traité d’Aix-la-Chapelle signé le 22 janvier 2019 par le Président Emmanuel Macron et la Chancelière Angela Merkel. De même, « De Gaulle a qualifié le processus de signature d’unique dans l’histoire » et l’ancien Chancelier est d’accord avec lui. Adenauer indique aussi être persuadé que ce traité aura « des effets bénéfiques pour les deux peuples, pour l’Europe et pour la paix dans le monde ». Ceci est d’actualité, la France et l’Allemagne jouent un rôle important dans l’Union Européenne mais déjà en 1963, les deux pays jouaient un rôle important pour l’Europe en faisant partie de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA)3 dès 1951.

Les enjeux de l’amitié

Ce discours met en lumière les enjeux de l’entente franco-allemande. Les premiers enjeux sont la diffusion, le caractère universel de cette amitié mais aussi la durée de cette dernière. Konrad Adenauer affirme que « cette amitié devra être cultivée dans toutes les couches et dans tous les milieux de la population ». C’est par cette phrase que l’on comprend que si cette amitié doit durer, il faut que les deux pays l’entretiennent avec leurs populations. L’enjeu de l’Allemagne de l’époque est la division. L’Allemagne est divisée en deux depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, d’un côté la RDA et à l’Ouest la RFA. Le Chancelier parle de la « clause sur Berlin ». Le traité s’applique sur Berlin sauf pour la section sur la défense car même si Berlin est dans la RDA, la partie Ouest de la ville est à la RFA. Il faut rappeler que Berlin est divisé aussi par un mur, séparant les Forces Alliées et l’URSS. L’autre enjeu est la fondation de l’Europe. La CEE a été fondée entre autres par la France et la République Fédérale d’Allemagne. Pour maintenir ce projet, l’entente des deux pays est primordiale et Adenauer le montre en disant que les peuples français et allemands « se situent au centre de l’Europe » et que « l’Europe n’existerait pas s’il n’y avait pas eu […] cette véritable réconciliation ». Cette alliance est nécessaire pour ce qui deviendra l’Union Européenne en 1993 ou même la CEE. Aussi, Konrad Adenauer parle de l’accueil qu’il a eu avec ses ministres de la part de Charles de Gaulle et les ministres français. Ils ont pu s’entretenir « en toute franchise sur les graves problèmes » auxquels les deux pays et le monde font face. En 1963, nous sommes en pleine Guerre Froide entre les Etats-Unis et la Russie. L’année précédente, en 1962 se déroule la crise de Cuba, crise qui a crispé le monde entier4. La France cherche à ne pas s’intégrer à ce conflit qu’est la Guerre Froide et l’Allemagne est déchirée par cette guerre qui la divise en deux. Ces problèmes peuvent être aussi l’OTAN, là où Charles de Gaulle et Konrad Adenauer ne s’accordaient pas. « La RFA est très liée aux Etats-Unis et à l’Otan, alors que la France se montre plus indépendante »5 comme l’indique Corine Defrance dans l’article du journal du CNRS. Malgré tout, les deux pays s’entendent « sur tous les points essentiels ». Cela peut affirmer deux choses : soit l’OTAN n’est pas un point essentiel, soit l’ancien Chancelier évite la question par rapport à Charles de Gaulle.
Juste ensuite, le problème suivant est que le traité doit être approuvé « sous forme de loi » par le Bundesrat et le Bundestag. Ce projet de loi est créé le 15 juin 1963 avec un ajout d’un préambule qui traite sur les Etats-Unis. Cela mettra en colère Charles de Gaulle6.

La jeunesse gardienne de l’amitié

Comme dit au début du discours, cette amitié doit être « cultivée ». Pour cela, les relations doivent passer par la jeunesse, les générations suivantes. L’avant dernier paragraphe du discours d’Adenauer indique qu’une « grande partie du traité est consacrée aux jeunes ». Il veut souligner cette partie importante. Cette partie est la C du traité, nommée Éducation et Jeunesse. Les deux pays veulent que « les jeunes des deux nations […] apprennent à se connaître, à connaître la langue de l’autre… ». Adenauer et Charles de Gaulle veulent que ce traité dure, comme dit au début du discours donc la jeunesse doit le « concrétiser » et le continuer dans l’avenir. Aussi, cette partie du traité n’est pas réservée qu’aux « écoliers » ou aux étudiants » mais aux jeunes qui travaillent déjà et aux jeunes de toutes conditions. La volonté des pays est vraiment d’avoir des relations solides et durables, et ce dans la jeunesse. Cette attitude envers la jeunesse est dans la même lignée que celle envers les Français et les Allemands. Les deux pays veulent que leur amitié se garantissent partout (cf. « couches »).

Conclusion

Ce discours nous apporte finalement l’état d’esprit et les défis de cette alliance. On comprend par les mots de Konrad Adenauer qu’il y a une véritable volonté de paix et de sécurité entre les Allemands et les Français. D’une part, il y a l’amitié et d’une autre, les problèmes que les deux pays font face. Après la Seconde Guerre Mondiale, il était plus que nécessaire pour les représentants des deux pays de mettre un terme aux conflits et surtout dans le temps long.
Ce que ne dit pas ce document, c’est quels sont les problèmes exacts et les enjeux mais surtout les détails du traité. On ignore toutes les clauses et les accords. Dans son discours, Adenauer reste assez vague sur ce qui concerne exactement l’Allemagne de l’Ouest et Berlin. L’ancien Chancelier ne dit pas quelles ont été les discussions entre la France et l’Allemagne. Ce discours est prononcé devant les Allemands, l’ancien Chancelier est concis mais surtout ne révèle pas tout. Cela est peut-être fait exprès pour rester dans le secret diplomatique et monter le projet avec les ministères concernés et les gouvernements des deux pays.

Pour aller plus loin :

CNRS. Site Internet « CNRS Le journal ». https://lejournal.cnrs.fr/articles/quand-la-france-et-lallemagne-se-sont-reconciliees. Mise à jour le 21 janvier 2015. Page consultée le 5 février 2021.

Alban DIGNAT, « 22 janvier 1963 le Traité de l’Élysée », Hérodote, « Hérodote.net », https://www.herodote.net/22_janvier_1963-evenement-19630122.php, mise à jour le 2 juin 2019, consultée le 5 février 2021.

HARMUT, Marhold. « Le traité de l’Élysée, d’un point de vue européen ». L’Europe en formation. Vol. 366, 4/2012 : pages 17 à 25.

LE MONDE. Site Internet « Le Monde ». https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/01/22/il-y-a-cinquante-cinq-ans-le-traite-de-l-elysee-marquait-le-rapprochement-franco-allemand_5245069_3214.html. Mise à jour le 22 janvier 2018. Page consultée le 7 février 2021.

FRANCE ARCHIVES. Site Internet « France Archives ». https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2013/39410. Page consultée le 7 février 2021.

MINISTERE DE L’EUROPE ET DES AFFAIRES ETRANGERES. Site Internet « France Diplomatie ».   https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/allemagne/relations-bilaterales/traite-d-aix-la-chapelle-sur-la-cooperation-et-l-integration-franco-allemandes/. Mise à jour en janvier 2021. Page consultée le 4 février 2021.

UNIVERSITE DU LUXEMBOURG. Site Internet « CVCE ». https://www.cvce.eu/obj/traite_entre_la_republique_francaise_et_la_republique_federale_d_allemagne_sur_la_cooperation_franco_allemande_22_janvier_1963-fr-68956f73-75cb-4749-a6e2-344c8aad84ba.html. Page consultée le 27 janvier 2021.

LARANE, André. « 22 octobre 1962 Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev ». Hérodote. https://www.herodote.net/22_octobre_1962-evenement-19621022.php. Mise à jour le 20 octobre 2019. Page consultée le 17 février 2021.



Citer ce billet
etudiant4 (2021, 17 mars). Le Traité de l’Elysée : le projet de pacification entre l’Allemagne et la France. Discours de Konrad Adenauer ancien Chancelier de la RFA. Histoire de l’Europe à Trois-Rivières. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjdt

  1. Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung. Hrsg. Presse- und Informationsamt der Bundesregierung. 25.01.1963, Nr. 129. Bonn: Deutscher Bundesverlag. “Rede von Konrad Adenauer”, p. 129-130. https://www.cvce.eu/content/publication/2001/10/25/98792bf0-9b72-4b60-b723-bcaa1e74606c/publishable_fr.pdf []
  2. CEE : Communauté Économique Européenne, ancienne organisation économique. Elle précède l’Union Européenne. Elle réunissait par le traité de Rome les pays de la France, l’Allemagne de l’Ouest, la Belgique, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. []
  3. Communauté internationale afin de favoriser et intégrer l’industrie du charbon et de l’acier en Europe. Aussi, le but était d’éviter une nouvelle guerre en Europe de l’Ouest. []
  4. Pour en savoir plus : André LARANE, « 22 octobre 1962 Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev », Hérodote, « Hérodote.net », https://www.herodote.net/22_octobre_1962-evenement-19621022.php, mise à jour le 20 octobre 2019, page consultée le 17 février 2021. []
  5. Corine DEFRANCE, « Quand la France et l’Allemagne se sont réconciliées », CNRS, « CNRS Le Journal », https://lejournal.cnrs.fr/articles/quand-la-france-et-lallemagne-se-sont-reconciliees, mise à jour le 21 janvier 2015, consultée le 5 février 2021. []
  6. Alban DIGNAT, « 22 janvier 1963 le Traité de l’Élysée », Hérodote, « Hérodote.net », https://www.herodote.net/22_janvier_1963-evenement-19630122.php, mise à jour le 2 juin 2019, consultée le 5 février 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.