« Sous l’Arc de Triomphe » : la fête de la Victoire à travers le regard de Joseph Kessel

Texte écrit par Shanel Pigeon

On sait aujourd’hui que la fête de la Victoire du 14 juillet 1919 compte parmi les plus grandes célébrations militaires que la Nation française ait connu. À l’époque, des habitants de Paris et des départements environnants, accueillant les troupes victorieuses, sont conscients de l’ampleur du défilé, mais ne parviennent tout de même pas à saisir son importance dans l’histoire du pays. L’armistice est signé le 11 novembre 1918 et met fin de façon provisoire aux combats de la Première Guerre mondiale. Près de sept mois plus tard, le 27 juin 1919, à la veille de la signature du traité de Versailles, le gouvernement de Georges Clémenceau propose à la Chambre des députés d’organiser une grande parade le jour de la fête nationale pour célébrer ceux qui ont risqué leur vie, et ceux qui l’ont perdu, dans l’espoir de mettre fin à ce conflit1. La proposition est acceptée sans opposition et les préparatifs s’amorcent2.

Dans les jours qui suivent, Étienne de Nalèche, directeur du Journal des débats politiques et littéraires, commande à Joseph Kessel, jeune écrivain d’origine russe, un article sur le défilé. Le Journal des débats est paru pour la première fois en 1789, à la suite des premières réunions des États généraux. Dans ses débuts, le quotidien français a pour mission d’informer ses lecteurs des multiples débats tenus à l’Assemblée nationale. En 1919, le journal présente des titres variés, passant de la politique à la littérature, d’où son nom révélateur. L’article de Kessel sera publié deux jours après l’événement, au matin du 16 juillet 1919. Il s’agit alors de son « premier grand reportage »3, c’est ainsi que l’auteur le qualifie près de 50 ans plus tard, dans un entretien accordé à Michel Droit. Kessel, alors âgé de vingt-et-un ans, n’est pas étranger aux combats de la Grande Guerre, car il a lui-même été mobilisé. D’abord engagé dans l’artillerie, il servira également comme aviateur pour l’armée de France. Il a été témoin des atrocités, mais également de la solidarité entre soldats pour réussir à traverser cette période perturbante. Le récit qu’il fait de la fête de la Victoire est influencé par son expérience. On peut d’ailleurs imaginer qu’il s’agit peut-être d’une des raisons qui a poussé Étienne de Nalèche à offrir l’écriture de ce titre au jeune journaliste.

La nuit du 13 au 14 juillet 1919

L’auteur enfile son uniforme avant de se rendre sur les lieux et s’installe près des Champs-Élysées dans la soirée du 13 juillet3. À son arrivée, le centre de la capitale française est occupé par de nombreuses personnes, réunies pour une veillée à la mémoire de ceux qui sont morts au combat :

J’ai vu des vieilles femmes, des enfants, dimanche soir, roulés dans des sacs, dans des couvertures […] Ces patients trouvaient qu’il valait la peine de passer une nuit à la dure, par cette veillée d’allégresse, afin de mieux voir ceux qui en avaient tant passé dans la boue et l’angoisse4.

L’historienne Annette Becker indique, dans un article paru en 1996 dans Vingtième siècle, Revue d’histoire, que : « la nuit du 13 au 14 juillet avait été réservée aux morts : avant de fêter la victoire, il convenait de commencer par eux. On veilla toute la nuit au pied du cénotaphe »5. Le cénotaphe, ce monument élevé à la mémoire des « morts de la patrie », avait été érigé au côté de l’Arc de Triomphe.

Le défilé de la Victoire

Au matin du 14 juillet, les gens sont nombreux dans les rues de Paris. Lors du défilé, on estime la foule à plus de 2 millions de personnes6. Dans son article, Kessel dépeint la fébrilité de l’attroupement qui atteint avec impatience l’arrivée des vainqueurs :

Car ils vont bientôt passer, les illustres et les anonymes, héros baignés de triomphe et héros obscurs, tous aussi splendides, tous aussi chéris; ceux qui, de 1914 à 1918, ont fait trembler le monde d’espérance douloureuse et sacrée. L’Arc de Triomphe semble attendre aussi4.

Le journaliste fait aussi brièvement mention du passage des 1 000 soldats invalides, surnommés les « gueules cassées », à l’ouverture de la parade et souligne le contraste entre les acclamations de la foule à ces moments distincts :

Tout à l’heure, quand les mutilés sont passés, il y a eu une contrainte, une pudeur dans les acclamations. Devant ces martyrs, les cris n’osaient s’élever trop joyeux; et l’amour qui accompagnait ces meurtris voulait du recueillement et de la tristesse7.

Le passage des armées alliées

« Le canon gronde, la foule clame, les guerriers de toutes les nations défilent »8. L’auteur décrit tour à tour les armées alliées : Américains, Belges, Britanniques, Italiens, Japonais, Polonais, Portugais, Roumains, Serbes, Tchécoslovaques. Il s’attarde à l’apparence des soldats, à leur démarche, à leur uniforme, révélant ainsi certains traits caractéristiques de chacune des nations.

Toutes les nations et toutes les races, de la plaine et de la montagne, des continents et des îles, celles qui ont une histoire très vieille et celles qui la commencent, toutes celles qui ont lutté dans la mesure de leurs forces contre l’asservissement, toutes ont été acclamées, fêtées, toutes ont reçu leur part éclatante dans le triomphe, et les grands chefs qui précédaient leurs troupes, et l’armée sublime des étendards4.

Cet extrait témoigne de la reconnaissance du peuple français pour la dévotion de ces soldats, il souligne également le sentiment d’unité, voire de fraternité, entre tous les pays triomphants.

L’arrivée de l’armée française

Joseph Joffre et Ferdinand Foch, deux figures emblématiques de la Grande Guerre, font leur apparition : « Deux hommes qui chevauchent botte à botte, l’un en noir et rouge, l’autre en gris. L’un est Joffre, l’autre est Foch. Chacun d’eux a son histoire, sa légende, son auréole […] Ils entrent sous la voûte. La minute s’éternise »9. Puis, le moment tant attendu arrive, l’armée française est accueillie avec ce que Kessel qualifie d’enthousiasme, d’émotion et de tendresse :

Fier, simple et grand comme un triomphateur romain, le maréchal Pétain arrive à la tête de ses « poilus » […] Et le peuple de France en extase crie son amour, sa reconnaissance infinie à ses soldats qui viennent, passe sous l’Arc de Triomphe4.

Cette « armée des poilus », menée par Philippe Pétain, a joué un rôle de premier plan dans la coalition qui a mené à la victoire. L’historien et ancien militaire Michel Goya, dans son ouvrage Les vainqueurs, affirme que ce sont les caractères opposés, mais complémentaires de Foch et de Pétain qui ont contribué au succès de l’armée française : « de la dialectique de l’audace de l’un et de la prudence de l’autre naît une stratégie finalement plus cohérente que celle de l’ennemi »10.

Le texte de Kessel parle, il raconte. En lisant ses lignes, nous sommes plongés au cœur de Paris, le 14 juillet 1919. Il nous décrit l’ambiance dans les rues et l’émotion qui traverse les habitants :

Il y a des foules sur les trottoirs, si denses que le moindre mouvement les fait vaciller ensemble d’un seul frisson, d’une seule volée. […] Toute cette masse innombrable est calme et souriante; pas de protestations; des plaisanteries, des rires, la joie de voir et de vivre une minute sacrée de l’histoire4.

Quand Michel Droit lui demande en 1959 s’il a relu son article depuis, Kessel lui répond :

Oui, je crois qu’il tient. Évidemment, je le referais différent aujourd’hui, mais peut-être moins bien. Il y a des naïvetés, un peu trop d’emphase, un peu trop de lyrisme. Mais l’événement était tellement emphatique et lyrique en soi que je n’arrive pas à m’en vouloir11.

Ce texte est révélateur, car il nous entraine aux premières loges de cette commémoration. Il diffère de ceux qui ont été écrits ce jour-là par la candeur et la jeunesse de l’auteur, mais également par le fait que ce dernier a combattu lors de la Première Guerre mondiale. Le regard qu’il pose sur le défilé est teinté par cette fierté qu’il a à l’égard de ses pairs, mais également par sa compréhension de ce qu’être soldat signifie, pendant et après la guerre. Il ne s’agit pas seulement de décrire l’événement à ses lecteurs, mais de leur faire ressentir la fébrilité et l’immense reconnaissance du peuple face à l’effort acharné de l’armée française et de ses alliées. Plus d’un siècle plus tard, la fête de la Victoire du 14 juillet 1919 possède toujours cette grande valeur historique. Enfin, on peut prudemment avancer que la décision du gouvernement de tenir l’événement jour de fête nationale a indéniablement contribué au renforcement du sentiment patriotique français et n’était sans doute pas un choix innocent.

Pour aller plus loin :

BECKER, Annette. « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : 31-44.

GALLICA. « Les principaux quotidiens ». https://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/les-principaux-quotidiens?mode=desktop [en français]. Page consultée le 20 février 2021.

GALLIMARD. « En savoir plus sur Joseph Kessel ». http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Plus-sur-l-auteur/En-savoir-plus-sur-Joseph-Kessel/(source)/184104 [en français]. Page consultée le 20 février 2021.

GOYA, Michel. Les vainqueurs. Paris, Tallandier, 2018. 348 p.

KESSEL, Joseph. « Sous l’Arc de Triomphe ». Journal des débats politiques et littéraires, no 196 (juillet 1919) : 1. https://www.retronews.fr/journal/journal-des-debats-politiques-et-litteraires/15-juillet-1919/134/813231/1 [en français]. Page consultée le 6 février 2021.

LAROCHE-SIGNORILLE, Véronique « Joseph Kessel se souvient de son premier reportage : le défilé du 14 juillet 1919 ». Les Archives du Figaro, (juillet 2018).

  1. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 31. []
  2. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 33. []
  3. Véronique LAROCHE-SIGNORILLE, « Joseph Kessel se souvient de son premier reportage : le défilé du 14 juillet 1919 », Les Archives du Figaro, (juillet 2018). [] []
  4. Joseph KESSEL, « Sous l’Arc de Triomphe », Journal des débats politiques et littéraires, no 196 (juillet 1919) : p. 1. [] [] [] [] []
  5. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 34. []
  6. Annette BECKER, « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920 mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 49 (janvier-mars 1996) : p. 32. []
  7. Joseph KESSEL, « Sous l’Arc de Triomphe », Journal des débats politiques et littéraires, no 196 (juillet 1919) : p. 1. []
  8. Joseph KESSEL, « Sous l’Arc de Triomphe », Journal des débats politiques et littéraires, no 196 (juillet 1919) : p. 1. []
  9. Joseph KESSEL, « Sous l’Arc de Triomphe », Journal des débats politiques et littéraires, no 196 (juillet 1919) : p. 1. []
  10. Michel GOYA, Les vainqueurs, Paris, Tallandier, 2018, p. 10. []
  11. Véronique LAROCHE-SIGNORILLE, « Joseph Kessel se souvient de son premier reportage : le défilé du 14 juillet 1919 », Les Archives du Figaro, (juillet 2018). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.