S’accaparer le monde

Texte écrit par Jérémy Paré

Quand les Européens découvrent l’Amérique en 1492, ils ne se doutent pas de l’importante influence que ce continent aura plus tard dans l’histoire (ils ne se doutent d’ailleurs même pas que c’est un nouveau continent!). En colonisant le territoire, les métropoles européennes se retrouvent avec plus de ressources. Après l’Amérique, les Européens s’attaquent à l’Afrique et à l’Asie au 19e siècle. La colonisation des autres continents apporte des ressources, mais également de la main-d’œuvre et des capitaux, de différentes façons pour les pays colonisateurs. Ces trois aspects jouent un rôle dans l’industrialisation de l’Europe, à différents niveaux pour certains pays. Dans le prochain texte, il s’agit de faire un portrait global des liens entre l’industrialisation et la colonisation au 19e siècle en abordant la pensée d’un intellectuel de l’époque, le modèle britannique de la fin du 18e siècle ainsi que la tentative russe.

Le monde et les puissances coloniales de la fin du 19e siècle au début du 20e siècle. Source : https://www.alloprof.qc.ca/fr/eleves/bv/histoire/colonisation-par-l-europe-de-nouveaux-territoires-h1088

Le point-de-vue de Marx

Alors que l’industrialisation est vue comme un mouvement capitaliste, il est intéressant de voir la perspective d’un socialiste de l’époque comme Karl Marx. Pour ce dernier, il pense que la colonisation hâte l’avènement de la bourgeoisie. Cette bourgeoisie profite de l’essor du commerce international pour changer les modes de production pour aller vendre leurs produits à plus de personnes dans plus d’endroits.  Du même fait, elle impose son image de bourgeoisie partout dans le monde. Marx pense que l’Europe a une double mission dans la colonisation asiatique, « détruire les structures précapitalistes en place et créer dans le même temps les conditions de leurs régénérations. » Cependant, il croit que le colonialisme marchand ne peut pas apporter un développement industriel dans les colonies et que c’est le capitalisme industriel qui peut faire en sorte que la colonisation soit un instrument de progrès. Cependant, pour les marxistes, ils pensent que la colonisation amène l’exploitation du colonisé en faveur du colonisateur. On peut donc voir que Marx croit que l’industrialisation n’est pas bénéfique aux nations colonisées. Selon lui, il suffit de regarder la Grande-Bretagne.

Le roi du mélange industrialisation-colonisation

On ne peut pas aborder les sujets de l’industrialisation et de la colonisation sans mentionner la Grande-Bretagne. Dans le prochain paragraphe, il s’agit de voir comment la colonisation a permis des investissements massifs dans l’industrie anglaise. Un des commerces qui permet ces investissements est celui des esclaves. Pour les marchands de Liverpool, le plus grand port négrier d’Europe dans les années 1780, le taux de profits moyen était de 30% à la fin du 18e siècle, mais des études récentes démontrent que ce seraient plutôt aux alentours de 10% de profits annuellement.  Ce premier commerce ainsi que la culture du sucre dans les îles britanniques dans les Caraïbes représenterait 70% de la formation brute de capital fixe du pays au moment de la phase cruciale de la révolution industrielle. Si de ce 70%, seulement 30% sont réinvestis, ce montant est suffisant pour financer l’industrie en 1770 (et même le commerce). Les colonies ne sont pas que de simples endroits où l’on vient prendre des ressources, mais également un nouveau marché. C’est ce que pense Adam Smith : « Le nouveau marché et le nouvel emploi, qui sont ouverts par le commerce colonial, sont d’une bien plus grande étendue que la portion de l’ancien marché et de l’ancien emploi que fait perdre le monopole. » Ce phénomène est particulièrement visible dans les statistiques commerciales de la Grande-Bretagne, alors qu’elle fait beaucoup moins de commerce avec l’Europe continentale et plus avec ses colonies comme celles d’Amérique. Bref, le lien entre colonisation et industrialisation en Grande-Bretagne est très présent.

La colonisation anglaise en Inde. Couverture du “Petit journal”. Source : https://www.alamy.com/la-famine-aux-indes-anglais-et-hindous-famine-in-india-english-and-hindu-in-le-petit-journal-french-illustrated-newspaper-1897-image331174907.html

Le cas russe

Un pays peu mentionné pour sa colonisation, la Russie, a une situation différente de la Grande-Bretagne. Le plus grand pays du monde n’est pas une exception en son genre, mais on y voit un retard, alors que leur colonie, l’Alaska (1804-1867), ne concerne que l’exploitation du territoire avec une petite présence russe sur le territoire colonial. Ce délai peut être démontré par la façon de faire britannique au même siècle, qui est différente en plusieurs points. De plus, la colonisation française au Canada les deux siècles précédents, se faisait de la même façon, montrant le retard russe. On peut voir cette tentative d’expansion comme les tentatives d’industrialisation du pays plus tard dans le siècle, alors que le tsar essaie d’industrialiser le pays, mais les résultats ne sont pas présents. 

En somme, la Grande-Bretagne apparait comme le modèle à suivre au 19e siècle pour les questions de colonisation et d’industrialisation, étant le berceau de cette dernière et une puissance coloniale. Dans les deux mouvements, certains pays font des tentatives, comme la Russie et l’Italie, mais elles ne sont pas toutes réussies.

Pour aller plus loin:

Monographies

ETEMAD, Bouda. De l’utilité des empires : Colonisation et prospérité de l’Europe, XVIe – XXe siècle. Paris, Armand Colin, 2005. 334 pages.

ETEMAD, Bouda. L’héritage ambigu de la colonisation : économies, populations, sociétés. Collection U, Histoire, Paris, Armand Colin, 2012. 236 pages.

GUILLAUME, Pierre. Le Monde Colonial : XIXe-XXe siècle. U, Histoire contemporaine, Paris, Armand Colin, 1974. 282 pages.

VINKOVETSKY, Ilya. Russian America: An Overseas Colony of a Continental Empire, 1804-1867. Oxford, Oxford University Press, 2011. 258 pages.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.