ANGLETERRE EN 1834 : UNE NOUVELLE LOI PLUS STRICTE QUE CELLE DE DEUX SIÈCLES AUPARAVANT

Texte écrit par Catherine Chartrand

En Europe, le sort des indigents est une mission constante que les autorités locales telles que l’Église assument par l’élaboration de lois et réglementations. En Angleterre, la première loi concernant ceux-ci fut élaborée en 1597 et décrétée en 1601, se nomme la grande loi des pauvres1. Ainsi, celle-ci mentionnait qu’un nécessiteux et sa famille avaient la possibilité d’être soutenus et aidés par la paroisse. Ces individus devaient effectuer « […] un travail d’intérêt public tel que l’entretien des haies et des clôtures2 ». Les paroisses recevaient un soutien financier de la part des contribuables qui sont des propriétaires. Cependant, en pratique, les miséreux recevaient de l’aide des paroisses sans redonner en échange comme le stipulait la loi de 1601.

Rapport sur la réforme de la loi des pauvres. Source: HUSSON, Michel. « Des lois anglaises sur les pauvres à la dénonciation moderne de l’assistanat (II). »

Les dépenses liées à la Loi des Pauvres étaient de plus en plus lourdes pour les contribuables qui s’en plaignaient. Edwin Chadwick, un réformateur social anglais, établit ainsi une commission d’enquête concernant les retombées de cette loi qui pesait un grand poids sur les épaules des paroisses qui assuraient l’assistance et des contribuables qui payaient une taxe pour les dépenses entourant les indigents3. La commission Chadwick a conclu que les contribuables perdaient beaucoup trop d’argent à faire vivre les nécessiteux, que cette loi était trop charitable et que tous pouvaient y avoir accès sans respecter entièrement les termes comme le travail d’intérêt public4. Ce soutien n’encourageait pas les pauvres à se chercher un emploi, puisqu’ils pouvaient se tourner vers cette loi qui, selon la commission, était bien plus « attrayante ». Par la même occasion, les employeurs payaient leurs ouvriers en dessous du salaire nécessaire pour leurs besoins afin que ces derniers puissent aller chercher de l’aide financière auprès des paroisses2. Dans un certain sens, les patrons d’usines profitaient eux aussi de la Loi des Pauvres. Par conséquent, la commission Chadwick proposa que l’assistance aux indigents n’existe plus en dehors des hospices. Seuls les individus invalides, les personnes âgées et les enfants de plus de neuf ans pourront avoir recours à une assistance financière. La loi de 1834 permettait un contrat d’apprentissage aux enfants de neuf ans avec l’accord de leurs tuteurs. L’objectif était d’offrir des apprentissages utiles et apporter une aide à la famille du jeune. Son initiateur « […] devait instruire, loger, nourrir, habiller, soigner […]3 » celui-ci. Une fois adulte, si ce dernier n’avait pas trouvé d’emploi, la nouvelle Loi des Pauvres lui permettait d’émigrer vers les colonies anglaises4. Par ailleurs, les miséreux demandant ce soutien public devaient le percevoir comme une dernière option1. Ainsi, les termes de la nouvelle Loi des Pauvres devaient être désagréables et limiter les nécessiteux. Les conditions de vie de ces derniers étaient rigides : les familles se voyaient séparées, les hommes et les femmes n’étaient pas dans les mêmes dortoirs, les enfants avaient leur propre logement, les travaux d’intérêt public étaient obligatoires, les « vices » tels que le tabac et l’alcool étaient interdits2. Les indigents étaient plus mal habillés que le plus pauvre des ouvriers et ils recevaient une nourriture de la qualité la moins enviable1.  Les effets de cette nouvelle loi entraînent l’union des paroisses où chacune devait posséder un hospice2 . Les quartiers d’ouvriers ont été les plus affectés par l’élimination des recours externes et en conséquence, le chômage. Les conditions ouvrières étaient davantage difficiles depuis la mise en place de cette nouvelle loi. En outre, les propriétaires étaient satisfaits des nouveaux termes. La demande d’assistance auprès des paroisses avait grandement diminué. Ainsi, les contribuables observaient une baisse des coûts concernant la taxe liée à la Loi des Pauvres

En somme, la nouvelle Loi sur les Pauvres de 1834 est devenue plus stricte et ne permet plus à tous les indigents de demander une assistance financière. La commission de Chadwick avait l’objectif de décourager « […] le recours à l’assistance publique3 » plutôt que chercher les origines de la pauvreté. Cette loi a ainsi forcé les ouvriers à se trouver un emploi même avec les conditions les plus déplorables et à vivre dans une pauvreté sans possibilité d’aide. Alors que les propriétaires voyaient leur fortune augmentée due à un amoindrissement de la redistribution de leur richesse. 

Pour aller plus loin

DE BOUVIER, Anne-Catherine. « L’échec programmé de la Loi sur les Pauvres ». Revue Française de Civilisation Britannique, vol. 19, no 2 (2014) : 17 – 31. En ligne sur http://journals.openedition.org/rfcb/215 

HUSSON, Michel. Site Internet. « Des lois anglaises sur les pauvres à la dénonciation moderne de l’assistanat (II). » http://alencontre.org/societe/des-lois-anglaises-sur-les-pauvres-a-la-denonciation-moderne-de-lassistanat-ii.html [en français] Mise à jour en 2018. Page consultée le 6 novembre 2020.  

MARX, Roland. « PAUVRES Lois des », Encyclopeadia Universialis.  URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/lois-des-pauvres/ 

TRAN, Tri. « L’amendement à la loi des pauvres de 1834 : oppression sociale ou promotion sociale? ». Presses universitaires François-Rabelais (2005) : 105 -123. En ligne sur https://books.openedition.org/pufr/4686?lang=fr#:~:text=La%20loi%20des%20pauvres%20de%201834%20durcit%20le%20syst%C3%A8me%20d,possible%20de%20l’objectif

  1. MARX, Roland. « PAUVRES Lois des » [] [] []
  2. DE BOUVIER, Anne-Catherine. « L’échec programmé de la Loi sur les Pauvres. » [] [] [] []
  3. TRAN, Tri. « L’amendement à la loi des pauvres de 1834 : oppression sociale ou promotion sociale? » [] [] []
  4. Ibid., TRAN, Tri. [] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.