Une erreur temporelle: quelques années trop tôt pour l’éclairage au gaz… Les Misérables de Josée Dayan (2000)

Texte écrit par Catherine Chartrand
APPERT, Gino. « Léon, dernier réverbère à gaz de France. »

Lors de mon écoute de la minisérie Les misérables de Josée Dayan, certains doutes s’éveillent en moi. Une mise en contexte s’impose avant de révéler certains anachronismes. Une scène se passe à l’usine de monsieur Madelaine alias Jean Valjean. Fantine y travaille comme ouvrière. Lorsque la cloche sonne pour marquer la fin de la journée de travail, cette dernière ne s’arrête pas de travailler. Ainsi, la directrice de l’usine, madame Victurnien, s’approche d’elle pour l’avertir d’arrêter son travail. Cependant, Fantine souhaite poursuivre afin qu’on ne lui enlève pas les vingt francs sur sa paye puisqu’elle n’a pas réussi à atteindre le quota du mois. Elle demande à madame Victurnien si elle peut continuer sa tâche une heure ou deux. La directrice lui rétorque qu’elle devra payer l’éclairage si elle veut continuer de travailler. Durant cette scène à l’usine de textile, il est possible d’observer des lampes à gaz suspendues. Ceux-ci s’apparentaient à des lampes avec un bec à gaz. Dans ce même épisode ainsi que le suivant, il est possible d’apercevoir quelques réverbères avec un bec de gaz dans les rues de Montreuil. Les scènes des deux premiers épisodes montrent davantage des réverbères à l’huile. Il y en a toutefois quelques-uns qui brillent avec un bec à gaz.

À la lumière de ce contexte, il faut reconstituer le cadre temporel des premiers épisodes de cette minisérie parue en 2000, inspirée du roman de Victor Hugo, publié en 1862. Lors de la prise en charge de Cosette par les Thénardier, le père de famille rappelle son geste héroïque à la bataille de Waterloo de 18151. Le contexte historique de la minisérie (et du roman1) Les Misérables se déroule durant la première moitié du XIXe siècle, plus précisément entre 1815 et 18322. Les deux premiers épisodes se produisent durant la même année que la bataille de Waterloo et durant les quelques années précédentes. À cette même époque, la ressource utilisée pour l’énergie est la houille. C’est vers la fin du XVIIIe siècle que William Murdoch effectuait la découverte de l’éclairage au gaz à l’aide de la houille. Cette invention est reprise par Frédéric-Albert Winsor. Ce dernier fonde sa compagnie d’éclairage à gaz au début du XIXe siècle. Le roi Georges III gratifie la compagnie de Winsor en lui donnant un statut de compagnie royale en 1816. Une fois que sa compagnie obtient ce statut, monsieur Winsor est parti à la conquête de l’Europe en commençant par la France en 18163. C’est dans une salle d’opéra, à la demande de Louis XVIII, que la France fut éclairée pour la première fois par un éclairage au gaz. Les craintes dissipées et l’expérience agréable des Français entraînent le remplacement de quelques réverbères à l’huile par un bec de gaz dans les rues de Paris en 18194.

Sachant que les premiers réverbères à gaz apparaissent à Paris en 1819, les premiers épisodes dans la minisérie ne peuvent pas avoir ce type d’éclairage dans les rues de Montreuil en 1815 et les quelques années suivantes. L’usine de textile où Fantine travaillait est aussi équipée de lampes à gaz suspendues. Si celles-ci avaient été des lampes à l’huile, le feu au bout des mèches aurait bougé légèrement ainsi que l’usine n’aurait pas pu être aussi bien éclairée. En outre, l’extraction de la houille en France n’était pas assez suffisante pour répondre à la demande. En 1780, les Français avaient réussi à extraire 600 000 tonnes5. En 1816, le cumulatif était de 941 000 tonnes6. Alors que cette même année, la Grande-Bretagne avait 17 millions de tonnes de la houille5. Ayant de la difficulté à se procurer de la houille, les usines comme celle de monsieur Madelaine ne peuvent pas posséder ce type d’éclairage. Puisque l’éclairage à gaz apparaît à Paris en 1816 pour la première fois et que les premiers réverbères à gaz sont érigés à Paris en 1819, les lampes à gaz de l’usine dirigée par madame Victurnien et les réverbères dans les rues de Montreuil ne peuvent pas exister. Par conséquent, les deux premiers épisodes de Les Misérables de Josée Dayan sont affectés par quelques anachronismes.

Pour aller plus loin :

APPERT, Gino. Site Internet. « Léon, dernier réverbère à gaz de France. » https://breves-histoire.fr/vestiges/leon-dernier-reverbere-a-gaz-de-france/ [en français] Page consultée le 4 novembre 2020  

BORVON, Gérard. Histoire du carbone et du CO2. Paris, Vuibert, 2013. 249 p.  

GALLUZZO-DAFFLON, Rosine. « Les Misérables dans les manuels de français de 4e, entre fiction romanesque et fiction historique ». Pratiques linguistique, littérature, didactique (2013) : 157 -158. En ligne sur  https://journals.openedition.org/pratiques/3827 

GOBERT, Pierre. « Waterloo Bataille de (1815) ». Encyclopeadia Universialis. URL : http://www.universalis-edu.com.biblioproxy.uqtr.ca/encyclopedie/bataille-de-waterloo/ 

MASEILLE, Jacques. Puissance et faiblesses de la France industrielle XIXe – XXe siècle. Paris, Éditions du Seuil, 1997. 623 p. WORONOFF, Denis. Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours. Paris, Éditions du Seuil, 1990. 664 p.

  1. GOBERT, Pierre. « Waterloo Bataille de (1815). » []
  2. GALLUZZO-DAFFLON, Rosine. « Les Misérables dans les manuels de français de 4e, entre fiction romanesque et fiction historique. » []
  3. BORVON, Gérard. Histoire du carbone et du CO2. []
  4. Ibid., BORVON, Gérard.  []
  5. MASEILLE, Jacques. Puissance et faiblesses de la France industrielle XIXe – XXe siècle. [] []
  6. WORONOFF, Denis. Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.