Proto-industrialisation : concept novateur ou redondance historique?

Texte écrit par Audrey Gagnon

Dans son article de 1972, Franklin F. Mendels soulève la problématique du passage vers l’industrialisation en avançant le concept de « proto-industrialisation ». Cette proto-industrialisation implique la participation de ménages paysans dans la production de biens qui seront destinés à l’exportation dans un marché situé hors de la région1. Selon Mendels, cette « proto-industrialisation » constitue la première phase du processus global de la modernisation industrielle2. Ses arguments essentiels, tels que rapportés par Pierre Deyon, sont « que la proto-industrialisation, en contribuant à l’accumulation du capital, en multipliant les liaisons commerciales et en organisant les marchés, en encourageant la diffusion du savoir technique et le progrès agricole, créait un terrain favorable à la localisation des industries modernes3. » Gwynne Lewis croit également que le système d’usine est né de l’industrie rurale. En effet, bien que la proto industrie soit aussi rurale qu’urbaine, les milieux ruraux étaient particulièrement propices au développement de ce type de production. Par exemple, une centaine de petits bourgs français servent de relais pour la production proto-industrielle.4

La production proto-industrielle est influencée par le cycle des saisons en fonction du calendrier agricole5. La croissance démographique et le morcellement excessif des terres contraignaient souvent les villageois à rechercher un complément de ressources dans un artisanat souvent pratiqué à temps partiel6. On ne peut donc pas parler des « paysans » comme étant un groupe distinct de celui des « artisans7 » Gwynne Lewis explique d’ailleurs que « les travailleurs de la campagne, isolés, dépourvus d’organisation collective, et qui souvent tirent encore quelque subsistance d’un lopin de terre ou d’une participation aux travaux agricoles de l’été, présentent des exigences salariales réduites par rapport à leurs confrères et concurrents de la cité. L’entrepreneur achète moins cher leur force de travail8. » Le marchand est donc avantagé par cette main-d’œuvre plus souple et plus solide puisqu’elle ne dépend pas uniquement de son emploi. En France, la proto-industrialisation a produit une économie plus diversifiée qui a favorisé une plus grande unité au sein des communautés9. 

Un atelier à domicile. Figure 3« Cliché Jean-Loup Charmet. Bibl. Arts décoratifs, Collection Maciet, 330-78″ » dans Pierre Deyon, Loc.Cit,. p.17

En observant le positionnement géographie des industries rurales de la France, on peut remarquer que celles-ci se trouvent dans les endroits les plus peuplés.  « Partout l’on constate cette coïncidence entre la carte des industries rurales et celle des plus fortes densités, même si l’on peut parfois se demander […] si la surpopulation n’est pas autant conséquence que cause de la multiplication des ateliers domestiques de filage, de tissage ou de quincaillerie10.  » En effet, au tournant du XIXe siècle, on peut observer un transfert d’activité, des villes vers les campagnes voisines. Pierre Deyon souligne que « presque toutes les capitales industrielles des XVIe et XVIIe subirent cette hémorragie11.  ». Le cas de la France est toutefois particulier si on observe l’instabilité de sa politique durant la période qui a précédé la « révolution » industrielle.

Les guerres et la rumeur de guerres en France ont été désastreuses pour plusieurs communautés proto-industrielles. La situation politique instable du pays a nui au développement de l’industrie textile dans certaines provinces de la France, l’Artois en est un exemple. La révolution et les guerres napoléoniennes ont recréé une hiérarchie agraire et ont renouvelé la vocation agricole des villages. On peut même observer une dé-industrialisation aux endroits où il y a une bonne alternative agricole12.

Le concept de proto-industrialisation soulevée par Mendels suscite débats et oppositions dès le départ. « Certains historiens contestent l’utilité de désigner d’un mot nouveau une réalité connue depuis fort longtemps […] alors que d’autres chercheurs y trouvent un fil directeur qui éclaire les débuts de l’industrialisation13. ». L’évolution industrielle de chaque région s’est faite à son propre rythme et en suivant sa propre chronologie. Il y aura toujours des exceptions et le but n’est pas de fixer une règle stricte qui expliquerait le passage industriel de tout le monde. Il est toutefois important de mettre en lumière les structures industrielles qui existaient avant la « révolution industrielle » afin de comprendre les éléments de continuité et les racines du développement économique des régions Européennes. 

Pour aller plus loin :

DEYON, Pierre. « L’enjeu des discussions autour du concept de “proto-industrialisation” ». Revue du Nord, Janvier-mars 1979, Vol. 61, No. 240, p. 9-17.

HISTOIRE & MESURE. « Franklin Mendels (1943-1988) ». Histoire & Mesure, 1988, Vol. 3, No. 2, Varia. p. 161.

LEVIS, Gwynne. « Proto-industrialization in France ». Economic History Review, XLVII, No. 1, 1994, p. 150-164.

MENDELS, Franklin. « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un changement de perspective », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 39ᵉ année, No. 5, 1984, p.977-1008.

  1. Franklin Mendels, « Des industries rurales à la protoindustrialisation : historique d’un changement de perspective », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 39ᵉ année, No. 5, 1984, p.988. []
  2. Pierre Deyon, « L’enjeu des discussions autour du concept de “proto-industrialisation” », Revue du Nord, Janvier-mars 1979, Vol. 61, No. 240, p.9. []
  3. Ibid., p.9. []
  4. Gwynne Levis, « Proto-industrialization in France », Economic History Review, XLVII, No. 1, 1994, p. 152. []
  5. Ibid., p. 154. []
  6. Pierre Deyon, Loc.Cit,. p.10. []
  7. Gwynne Levis, Loc.Cit., p. 155. []
  8. Pierre Deyon, Op. Cit., p.10. []
  9. Gwynne Levis, Loc.Cit., p. 158. []
  10. Pierre Deyon, Loc.Cit., p.10. []
  11. Ibid., p.11. []
  12. Gwynne Levis, Loc.Cit., p. 161. []
  13. Le comité éditorial d’Histoire & Mesure, « Franklin Mendels (1943-1988) », Histoire & Mesure, 1988, Vol. 3, No. 2, Varia. p. 161. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.