La misère sociale et la proto-industrie en France au début du 19e siècle : le cas de Fantine.

Texte écrit par Audrey Gagnon

Victor Hugo est un auteur réaliste du XIXe siècle. À ce titre, il tente de décrire le plus fidèlement possible la réalité de la société qu’il met en scène dans ses romans. La réalité historique dans laquelle évoluent les personnages de ses romans fait de ceux-ci des témoignages probables de cette époque. Les personnages et les aventures décrites sont fictifs, évidemment, mais le cadre, l’ambiance et le contexte du récit, eux, possèdent un certain fond historique véridique.

La première partie de l’histoire des Misérables (V. Hugo), intitulée « Fantine », raconte, entre autres, l’histoire d’une femme qui se démène pour survivre dans une société inhospitalière pour ceux qui manquent de chance. Le personnage de Fantine évolue dans une France préindustrielle et vivra plusieurs expériences de travail différentes. Celles-ci sont typiques de l’époque dans laquelle elle évolue.

Portait de Victor Hugo par Nadar. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Hugo

 

Illustration de Cosette

Nous rencontrons Fantine à Paris en 1817, alors qu’elle apprenait un « petit métier1 » qui n’est pas spécifié par l’auteur. Toutefois, elle néglige sa formation à cause de la mauvaise influence de Tholomyès (son amant). Les débouchés de ce métier se ferment donc et lorsque Tholomyès l’abandonne, elle se retrouve enceinte et sans ressource. Elle n’arrive pas à se trouver un emploi en ville, en partie à cause du jugement moral qui est porté à sa situation de jeune mère sans mari. 

C’est alors que « L’idée lui vint de retourner à sa ville natale, à Montreuil-sur-Mer. Là quelqu’un peut-être la connaîtrait et lui donnerait du travail. Oui ; mais il faudrait cacher sa faute2. » Son enfant est le fruit d’une erreur de jugement qui n’est pas pardonnable pour les bonnes gens de la société française de cette époque sur lesquelles l’Église catholique a toujours une emprise puissante. Le déplacement de Fantine de Paris vers Montreuil-sur-Mer, au nord de la France, est typique du tournant du XIXe siècle. En effet, presque toutes les capitales industrielles françaises des XVIe et XVIIe ont vécu un exode démographique aux profits des campagnes voisines3. Alors que c’est surtout l’anonymat qui attire Fantine à Montreuil, la population parisienne en recherche d’emplois est plutôt attirée au nord de la France par les nombreux types d’industries qui s’y sont installées4.

Montreuil-sur-Mer avait pour industrie spéciale l’imitation des jais anglais et des verroteries noires d’Allemagne5. Vers la fin de 1845, une innovation permet de réduire le prix de production et de maximiser les profits. Les petites découvertes techniques qui mènent à une grande avancée économique sont courantes même avant l’industrialisation et l’avancée prodigieuse des machines6. À son arrivée à Montreuil, Fantine est donc embauchée dans l’usine de verroteries noires. Ce travail lui garantit un revenu suffisant pour vivre et payer les frais pour sa fille qu’elle a laissée à Montfermeil aux soins de la femme d’un aubergiste. Fantine doit cacher l’existence de sa fille, née hors mariage, afin de pouvoir travailler à l’usine. Son secret est toutefois découvert et elle est renvoyée, un an après son arrivée à Montreuil.

Fantine s’offre alors comme servante, mais personne ne veut l’engager à cause de sa situation. Elle se met donc à coudre des « grosses chemises pour les soldats de la garnison7 ». Elle coud ces chemises chez elle, parfois elle est accompagnée de sa voisine. Les deux femmes partagent alors une seule bougie pour économiser. Il y a peu d’informations sur l’endroit où elles se procurent leur matière première et à qui elles vendent les chemises une fois celles-ci terminées. Ce type d’industrie était très répandue au début du XIXe siècle, un marchand se procure généralement la matière première puis la distribue dans les foyers à son service. Sa main d’œuvre, majoritairement féminine, transforme alors cette matière et la lui rend lorsqu’elle est prête8. Ces travailleuses sont la plupart du temps payées à la pièce. Fantine spécifie qu’elle gagne douze sous par jour7 alors qu’elle travaille dix-sept heures par jour. « Mais un entrepreneur du travail des prisons, qui faisait travailler les prisonnières à rabais, fit tout à coup baisser les prix9 » et sa journée de travail ne lui rapporta plus que neuf sous. Ce type de concurrence est courant à cette époque. D’ailleurs une grande partie des travailleurs proto-industriels ruraux présentent des exigences salariales réduites par rapport à leurs concurrents de la cité8. Cette industrie est souvent un travail d’appoint pour eux, ce qui les rend plus souples et plus solides. Ce n’est toutefois pas le cas de Fantine qui dépend entièrement du peu de revenus qu’elle réussit à en tirer.

C’est donc le manque d’argent et l’inquiétude qu’elle a pour le bien-être de sa fille qui la pousse vers les dernières stratégies financières qui lui sont offertes. Elle vend ses cheveux à un perruquier pour dix francs, puis ses dents à un dentiste pour quarante francs et finalement « le reste10 » en se faisant fille publique.

Fantine a donc expérimenté plusieurs métiers, emplois et travaux typiques de la période préindustrielle. À travers son parcours, il est possible d’observer divers niveaux de vie et stratégies de subsistance qui brossent un portrait probable du vécu réel des gens de cette époque. Il est difficile de brosser un tableau fidèle du travail rémunéré des femmes avant la période industrielle puisque plusieurs mythes persistent à ce sujet. Selon Sylvie Schweiter, « L’immémorial travail des femmes, dans le cadre ou non d’un salariat formel, paraît l’un des grands impensés des analyses sur notre société contemporaine11. » Elle voit au moins deux raisons à ce désintérêt : « D’une part, le travail est, dès les années 1830-1850, conçu comme un des attributs de la citoyenneté, il remplace la propriété ; or, privées du droit de vote et d’éligibilité, les femmes ne furent pas, mentalement et politiquement, incluses dans cet ensemble12. » Nous savons l’existence de femmes qui, comme Fantine, exercent un travail rémunéré avant le début de l’industrialisation. Il serait temps de documenter ce type de travail féminin et de rendre aux femmes la place légitime qu’elles ont occupé dans l’histoire économique préindustrielle.

Pour aller plus loin :

DEYON, Pierre. « L’enjeu des discussions autour du concept de “proto-industrialisation” ». Revue du Nord, Janvier-mars 1979, Vol. 61, No. 240, p. 9-17.

HUGO, Victor. « Première partie : Fantine ». Les Misérables I. Paris, Éditions Hetzel et Lacroix, 1865, p.11-402.

LEVIS, Gwynne. « Proto-industrialization in France ». Economic History Review, XLVII, No. 1, 1994, p. 150-164.

SCHWEITZER, Sylvie. « Les enjeux du travail des femmes ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Vol. 3, No, 75, 2002, p.21-33.

  1. Victor Hugo, « Première partie : Fantine », Les Misérables I, Paris, Éditions Hetzel et Lacroix, 1865, p.202 []
  2. Ibid., p.202. []
  3. Pierre Deyon, « L’enjeu des discussions autour du concept de “proto-industrialisation” », Revue du Nord, Janvier-mars 1979, Vol. 61, No. 240, p.11. []
  4. Ibid., p.9. []
  5. Victor Hugo, Op.Cit., p.221. []
  6. Gwynne Levis, « Proto-industrialization in France », Economic History Review, XLVII, No. 1, 1994, p.155. []
  7. Victor Hugo, Op.Cit., p.252. [] []
  8. Pierre Deyon, Op.Cit., p.10. [] []
  9. Ibid., p.258. []
  10. Victor Hugo, Op.Cit., p.259. []
  11. Sylvie Schweitzer, « Les enjeux du travail des femmes », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Vol. 3, No, 75, 2002, p.21. []
  12. Loc. Cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.