Le métier à tisser Jacquard

Texte écrit par Jacques Plamondon

Le textile au XVIIIe et au XIXe siècle bénéficie du développement de la science (les teinturiers utilisent de nouvelles teintures) et de la Révolution industrielle qui amène des transformations technologiques (l’amélioration du métier à tisser).

Le métier à tisser Jacquard doit son nom au lyonnais Joseph Marie Jacquard (1752-1834). Son invention, autour des années 1800, bouleverse le monde du tissage. C’est l’un des premiers métiers à tisser automatisés ce qui entraîne une révolution technologique et sociale de la profession des Canuts.

Métier à tisser Jacquard. Source : https://i1.wp.com/www.studinano.com/wp-content/uploads/2015/11/mecanisme-jacquard-musee-des-arts-et-metiers-paris.jpg

Son métier regroupe des inventions précédentes : les aiguilles de Basile Bouchon (inventeur du métier à tisser programmable par un ruban perforé en 1725), des cartes perforées de Jean-Baptiste Falcon en 1728 (il remplace le ruban perforé de Bouchon) et du cylindre de Jacques Vaucanson qui perfectionne les métiers à tisser de Bouchon et de Falcon en 1740. Ce qui est intéressant, c’est de noter les progrès technologiques du métier à tisser au XVIIIe siècle. Les tisserands font preuve de beaucoup d’ingéniosité.

Le métier de Vaucanson. Source :https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d8/CNAM-IMG_0528-2.jpg/1024px-CNAM-IMG_0528-2.jpg

Jacquard n’a aucune idée comment le vingtième siècle va considérer son métier à tisser comme l’invention du deuxième ordinateur au monde Le premier est le boulier chinois. Le métier fonctionne comme un ordinateur en utilisant le principe binaire (ouvert ou fermé, 0 ou 1) des cartes perforées. Dès le XVIIe siècle, on utilise des cartes perforées dans les orgues de Barbarie et dans les pianos mécaniques. En 1928, la société IBM brevète les cartes perforées pour ses machines.   Dans les usines, pour déterminer le temps de travail d’un ouvrier, on utilise une carte perforée qu’il insère dans le pointeur. Quand on utilise l’ordinateur, on fait du tissage.

Didier Roux fait le constat suivant : « Pour faciliter le travail des enfants, […]  Jacquard eut l’idée de rendre automatiques et programmables les métiers à tisser. […]  il a su concevoir une mécanique programmée par des cartes perforées. Le succès a été important et des métiers Jacquard ont été fabriqués et vendus partout dans le monde pendant les deux siècles qui ont suivis1. ». En période de Révolution industrielle, c’est très significatif.

Avec la Révolution industrielle, les changements technologiques du métier à tisser profitent à l’industrie lyonnaise de la soie au XIXe siècle : « En France, au début du xixe siècle, le textile était la principale activité industrielle. À Lyon, la première ville ouvrière de France, le tissage faisait vivre la moitié des 130 000 habitants. La soie représentait un tiers des exportations de produits manufacturés2. ». Patrick Verley insiste sur l’utilité artisanale du métier Jacquard : « Le métier Jacquard (1804), qui faisait la synthèse des métiers de Vaucanson et de Falcon, n’était pas une machine, mais il facilitait, dans un cadre artisanal, la fabrication des tissus décorés3. ». Plus tard, quand le Factory system s’installe, on regroupe plusieurs Jacquard dans un même espace (l’usine) afin de produire davantage et de diminuer le cout de production; un seul ouvrier par métier est nécessaire à son fonctionnement alors que plusieurs ouvriers l’étaient auparavant.

 Pour terminer, le métier à tisser Jacquard s’emploie aujourd’hui pour des gros travaux de tissage; bien sûr, le métier se mécanise et s’informatise pour répondre aux besoins du marché des consommateurs qui désirent un produit de qualité.

Métier Jacquard en usage en 2020. Source : https://scontent-yyz1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/934607_476292405784823_1871477754_n.jp

Pour aller plus loin:

PEAUCELLE, Jean-Louis. « Des gouvernements libéraux face à des conflits sociaux », Annales des Mines – Gérer et comprendre, Paris, vol. 98, no. 4, 2009. p. 16-26.

Roux, Didier. « Découvertes, inventions, innovations », Raison Présente, vol. 206, n° 2, 2018. p. 11-19.

Verley, Patrick. La Révolution industrielle, Paris, Gallimard, 1997. 543 p.

Carbone 42, vidéo sur le métier Jacquard, consultée le 18 novembre 2020 https://www.youtube.com/watch?v=eE5wxtaIcEY 

  1. Didier Roux, « Découvertes, inventions, innovations », Raison présente, vol. 206, no. 2, 2018, p. 13. []
  2. Jean-Louis Peaucelle, « Des gouvernements libéraux face à des conflits sociaux », Annales des Mines – Gérer et comprendre, Paris, vol. 98, no. 4, 2009, p.17. []
  3. Patrick Verley, La Révolution industrielle, Paris, Gallimard, 1997, p. 334. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.