Germinal de Claude Berri

Texte écrit par Jacques Plamondon

Claude Berri (1934-2009) présente le film Germinal au public en 1993. On considère Berri comme l’un des meilleurs producteurs et réalisateurs du cinéma français au vingtième siècle. Berri s’inspire du roman Germinal (1885) d’Émile Zola (1840-1902). Ce roman en est le treizième d’une série de vingt : Les Rougon-Macquart, histoire d’une famille naturelle et sociale du Second Empire sous Napoléon III dont Zola en est un admirateur. Zola est un auteur naturaliste, c’est-à-dire qu’il décrit la réalité, le vécu des gens.

En 1884, Zola se rend à Anzin (dans le Nord de la France) juste avant la grève qui se solde par la légalisation des syndicats avec la loi Waldeck-Rousseau. À 675 mètres sous terre, dans la fosse Renard, il note ses propres sensations et celles des mineurs. Anzin, c’est : 30 puits (fosses), un million de tonnes de charbon par année, 34 machines, 1 700 chevaux et 12 000 mineurs de fond.

Avec Germinal, Zola raconte les ouvriers et leurs luttes au XIXe siècle. Il pressent que la révolution industrielle porte en germe une révolution sociale. Berri exploite le message de Germinal. Les personnages principaux sont porteurs d’espoirs pour bâtir une société plus égalitaire. Étienne Lantier (le socialiste), Toussaint Maheu qui revendique de meilleurs conditions de travail pour la classe des travailleurs, Souvarine (le révolutionnaire russe), la Maheude qui représente les femmes prêtes à se battre pour de meilleures conditions sociales; tous espèrent un meilleur avenir pour la classe prolétaire. Berri estime que Germinal représente bien la lutte des classes ouvrières contre les capitalistes au XIXe siècle.

Berri y consacre donc un budget de 160 millions de francs français soit 37 751 864,13 en dollars canadiens d’aujourd’hui (un budget énorme pour l’époque). Huit mille figurants participent au film qui dure deux heures quarante minutes. Il fait appel à des comédiens et comédiennes de talent : Miou-Miou (Sylvette Herry) comme la Maheude, Renaud (le chanteur) comme Étienne Lantier, Gérard Depardieu comme Toussaint Maheu, Jean Carmet comme Vincent Maheu dit Bonnemort, Judith Henry comme Catherine Maheu, Jean-Roger Milo comme Chaval, Thierry Levaret comme Zacharie Maheu et Laurent Terzieff comme Souvarine.

Affiche du film Germinal de Claude Berri (1993). Source : https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/518EXPYGCBL._AC_SY445_.jpg

Germinal raconte la condition des mineurs à Montsou, un village minier fictif du Nord de la France dans les années 1880. Le film débute avec l’arrivée d’Étienne Lantier (un machineur en chômage) qui cherche du travail à la mine. Il converse avec Toussaint Maheu, un mineur, pour connaitre la situation d’embauche. Il se fait embaucher rapidement. Il se lie d’amitié avec Maheu et quand Zacharie, l’un des sept enfants de Maheu, se marie, Étienne vient loger chez Toussaint. Ainsi, il fait la connaissance de la Maheude (l’épouse de Toussaint) qui s’affaire aux tâches ménagères de sa famille.

Toute la famille (père, mère et enfants de plus de douze ans en 1874) doit participer au travail dans la fosse pour être capable de manger et d’éviter l’extrême pauvreté. La compagnie offre le logement, le chauffage (le charbon), les soins médicaux et les médicaments. L’extraction du charbon au pic est un travail difficile, dangereux et peu payant. La compagnie offre cinquante centimes pour chaque benne pleine de minerai. À quatre heures du matin, les mineurs descendent dans la fosse. Quand ils en ressortent, ils sont complètement noirs. D’ailleurs, on les appelle « gueules noires. »

« Les gueules noires. » Source : https://gtv.digimondo.net/var/gtv/storage/gtvimages/2/1/7/6/2176927/2176927-w800.jpg

Donc les conditions de travail dans la fosse sont précaires. Il n’y a pas encore de syndicat pour défendre les mineurs. Etienne qui arrive avec des idées socialistes les convainc de créer une caisse de prévoyance afin de faire face à une grève : « Aussi, dès le mois de septembre, avait-il créé sa fameuse caisse de prévoyance, très précaire encore, ne comptant que les habitants du coron; mais il espérait bien obtenir l’adhésion des charbonniers de toutes les fosses [la compagnie capitaliste possède plusieurs fosses dans la région], […]1 ». À cause du mauvais boisage, il y un effondrement; un des fils de Maheu se blesse à la jambe. La compagnie décide alors de calculer le boisage à part et de baisser la benne à quarante centimes. Les mineurs, en colère, forment un petit comité et vont rencontrer le directeur de la compagnie, monsieur Hennebeau (un bourgeois); Maheu se fait désigner pour parler en leur nom. Le directeur rejette leurs revendications et fait installer des affiches indiquant les nouvelles conditions. Étienne rassemble les mineurs, et ensemble, ils décident de faire la grève.

Cette grève est une manifestation prolétarienne contre les investisseurs capitalistes et propriétaires des entreprises qui s’enrichissent au dépens des travailleurs. Le mouvement ouvrier international (l’Internationale) fait peur aux capitalistes : « Pour les capitalistes et la classe bourgeoise, il est synonyme de menace pour l’ordre établi, mais pour les ouvrières et les ouvriers, il signifie l’espoir en un monde sans exploitation et sans injustices […]. La confiance en l’avenir a grandi après la Commune de Paris[1871]2. ». Les gens ont faim; ils réclament, au marchand général du village, de leur faire encore crédit. Devant le refus du commerçant, les femmes forcent la porte de la boutique; il se tue en tombant du toit. Les femmes en colère lui coupent les organes génitaux; c’est une des conséquences tragiques de la grève qui dure depuis quelques mois. À l’annonce de la venue de Belges pour remplacer les grévistes dans la fosse, les mineurs saccagent la fosse. Le directeur de la mine fait appel aux gendarmes pour protéger les travailleurs belges qu’il vient d’embaucher.

Malheureusement, les gendarmes tirent sur le groupe de mineurs (hommes, femmes et enfants) et tuent Maheu. La communauté de Montsou décide alors de retourner dans la fosse sans avoir obtenu de meilleures conditions de travail; les patrons sont inflexibles. Durant la nuit, Souvarine (un russe qui discute souvent avec Étienne) sabote la mine en ouvrant un panneau d’où l’eau s’écoule. En descendant dans la fosse, les mineurs réalisent que la fosse est inondée et ils tentent de remonter. Au fond de la mine, Étienne tue Chaval et Catherine (la femme de Chaval et la fille de Maheu) y trouve la mort.

« Le tir des gendarmes. » Source : https://www.on-mag.fr/images/stories/2017/10/Blu-ray_Germinal_01.jpg

Le film se termine par le retour de la Maheude (la femme de Maheu) dans la fosse et le départ d’Étienne de Montsou. Marcel Gillet pense ceci d’une grève : « Le déroulement comme l’issue de la grève soulignent bien que dans une grève ouvrière, les enjeux ne sont pas qu’économiques ; ils sont aussi des enjeux passionnels, des rapports de pouvoir. L’autorité patronale est en cause et un des fondements de la fête n’est-il pas parfois le défi à l’autorité ?3 ».

Berri respecte le roman de Zola; il tourne le film dans le Nord de la France dans la région valencienne. Par ce film, Berri rend hommage à son père qui était mineur. Il rend aussi hommage à la classe ouvrière tout entière qui doit s’unir pour obtenir de meilleures conditions de travail. Dans l’encyclopédie Universalis, on élargit la notion de mouvement ouvrier : « Le fait même qu’il s’agit d’une « minorité organisée » démontre que l’histoire du mouvement ouvrier ne se confond ni avec une histoire du travail, ni même avec une histoire des travailleurs. Par contre, on doit rattacher au mouvement ouvrier des individus […] qui s’affirment, par adhésion à un parti politique ouvrier, solidaires de la classe ouvrière.4 ». Selon Karl Marx, les luttes ouvrières sont des luttes de classes : les capitalistes contre la masse prolétaire; Berri fait bien sentir cette opposition entre la classe dominante, les bourgeois, et les ouvriers prolétaires de la mine : le niveau de vie est très différent.

Pour aller plus loin :

BRUHAT, Jean et Bernard Pudal. Ouvrier Mouvement, Paris, Encyclopaedia Universalis.

GILLET, Marcel. « La grève c’est la fête ». XIXe et XXe siècles. In: Revue du Nord, Université de Lille, tome 69, n°274, Juillet-septembre 1987. La fête au cœur XIVe-XXe siècle. p. 645-658.

MARCELLO, Musto. « La Première internationale et son histoire », La Pensée, Paris, n° 380, 2014/4. p. 129-143.

Mitterand, Henri. « Zola à Anzin : les mineurs de Germinal », Travailler, vol. 7, no. 1, 2002. p. 37-51.

ZOLA, Émile. Germinal. Paris, Fasquelle Éditeurs (Grasset), 1970, [1885]. 573 p.

  1. Émile Zola, Germinal, Paris, Fasquelle Éditeurs (Grasset), 1970, [1885], p. 210. []
  2. Musto Marcello, « La Première Internationale et son histoire », La Pensée, Paris, n° 380, 2014/4, p. 137. []
  3. Marcel Gillet, « La grève c’est la fête ». XIXe et XXe siècles, In: Revue du Nord, Université de Lille, tome 69, n° 274, Juillet-septembre 1987, p. 650. []
  4. Jean Bruhat et Bernard Pudal.  Ouvrier Mouvement, Paris, Encyclopaedia Universalis. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.