The New Poor Law de 1834 ou la loi anti-pauvre

Texte écrit par Rosalie Diamond-Rheault

The New Poor Law est souvent présentée comme étant une loi sévère, impopulaire auprès de la population et dure avec les pauvres. L’amendement de 1834 à la Poor Law est le moment où le gouvernement britannique entreprend de prendre les pauvres à sa charge, et non plus à la charge des paroisses. Toutefois, c’est également le moment où les conditions de vie des pauvres deviennent plus difficiles et encore plus dures.

The New PoorLaw. Source: The National Archives

Contexte de l’adoption de l’amendement

Au début du 19e siècle, le problème de la pauvreté, et plus particulièrement des pauvres, suscite une inquiétude dans la société. Une série de lois obligeait déjà les paroisses à venir en aide et à prendre soin de ses pauvres, mais cela a plus à voir avec la préservation de l’ordre et de la stabilité que par compassion envers ces personnes. Ainsi, l’aide envers les pauvres n’est pas encore centralisée, provenant directement des paroisses. En ce sens, l’aide des paroisses n’était pas uniforme dans chacune d’entre elles. En 1832, le gouvernement nomme une commission royale afin d’enquêter sur le fonctionnement de la Poor Law et d’en faire des recommandations pour l’améliorer. Au total, ce seront plus de 3 000 paroisses sur 15 000 qui seront visitées afin de recueillir des informations. Parmi les commissaires se trouve Edwin Chadwick. Chadwick est un réformateur social anglais, particulièrement connu pour son travail de réforme des Poor Laws. Ce dernier croit que le système doit être soumis à un fort contrôle central par Londres. Il croit également que la loi doit être réformée afin de dissuader les demandeurs de solliciter inutilement les fonds publics. Son but est d’économiser de l’argent pour le gouvernement. 

Ainsi, c’est en 1834 que le rapport et les recommandations de la commission ont été publiés, recevant le soutien du Parlement. Les commissaires ont donc trouvé une solution au problème tout en garantissant que la solution serait à faible coût pour le gouvernement.

Ce que change l’amendement de 1834

La Poor Law Amendment Act est rapidement adoptée par le Parlement en 1834, ayant une législation distincte pour l’Écosse et pour l’Irlande. Toutefois, l’Irlande ne connaitra pas de Poor Law avant 1837 et l’Écosse ce ne sera pas avant 1845. La New Poor Law va venir uniformiser l’aide offerte aux pauvres dans le besoin sur le territoire britannique.

On crée donc la Poor Law Commission qui a pour objectif de superviser le travail des fonctionnaires locaux puisque dorénavant, ce n’est plus un système d’aide basé autour des paroisses. Pour remplacer l’aide des paroisses, on met en place environ 600 boards of guardians élus au niveau local, chaque conseil ayant sa propre workhouse, ou « maison de travail » pour loger et faire travailler ses pauvres.

De plus, les aides extérieures auxquelles les personnes valides avaient droit ne sont plus accordées afin de les obliger à travailler. L’aide envers les malades et les personnes âgées est toujours disponible, mais dans plusieurs cas l’aide n’est disponible que dans les workhouses. On oblige donc ces personnes, d’une certaine façon, à venir vivre dans ces maisons de travail. Les Workhouses représentent un endroit où les conditions de vie sont très difficiles et même cruelles.

Workhouses- Maisons de travail

Même sous l’ancienne Poor Law des années 1600, il paraissait plus raisonnable de faire travailler les pauvres que de leur venir en aide avec des secours à domicile. Ce n’est donc pas étonnant de voir que dans un souci de faire des économies lors de la révolution industrielle, de voir apparaître des hospices pour les pauvres, soit les Workhouses. Les « maisons de travail » seront des endroits très difficiles où les familles sont séparées, où le travail est obligatoire et où les habits et la nourriture se doivent d’être pire que l’ouvrier le moins payé de l’usine. En bref, on ne va pas aider le pauvre, mais bien le contrôler. Ces pauvres ne verront pas leurs conditions de vie s’améliorer. Il sera donc difficile de se sortir de cette situation.

Conclusion

En somme, autant la classe ouvrière que les travailleurs les plus pauvres ont été confrontés à un système d’aide encore plus restrictif et plus dur qu’auparavant. Encore une fois, on n’a pas cherché à s’attaquer aux causes de la pauvreté, mais plutôt à décourager les demandes d’aide publique de cette population. Ainsi, après 1834 le nombre de demandes d’aide a drastiquement diminué. Le gouvernement a réussi à encadrer et contrôler encore plus sa population pauvre et à économiser sur les coûts de l’aide. Néanmoins, il ne faudrait pas minimiser les impacts qu’a eu cette loi sur toute la population, autant les pauvres que les contribuables. Cette loi a marqué la population générale en raison de sa cruauté. Bien sûr, les victimes de cette loi ont été les plus marquées. Bien que la population générale n’ait pas vécu la cruauté des maisons de travail, plusieurs s’y sont férocement opposés. Ainsi, il est possible de voir que toute la population a été touchée par cette loi, soit par sa cruauté ou bien par son opposition.

Pour aller plus loin:

Ouvrage de référence

MARX, Roland, « Lois des pauvres » dans Encyclopédie Universalis, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/lois-des-pauvres/ (page consultée le 27 septembre 2020).

Monographies

GREEN, David R. “Introduction: The Context of Poor Law Reform”, dans Pauper Capital: London and the Poor Law, 1790-1870, Londres, Routledge Editions, 2010, pages 1 à 23.

TRAN, Tri. « L’amendement à la loi des pauvres de 1834 : oppressions sociales ou promotion sociale? », dans Paradoxe(s) Vicorien(s)-Victorian Paradox(es), Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2005, pages 105 à 123.

Sites Internet

UK Parliament. “Poor Law reform”, S.D, UK Parliament, https://www.parliament.uk/about/livingheritage/transformingsociety/livinglearning/19thcentury/overview/poorlaw/ (page consultée le 30 septembre 2020)

UK Parliament. “Poverty and the Poor Law”, S.D, UK Parliament,  https://www.parliament.uk/about/livingheritage/transformingsociety/livinglearning/19thcentury/overview/poverty/ (page consultée le 30 septembre 2020)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.