Le jeune Karl Marx et les années pré-révolutionnaires

Texte écrit par Rosalie-Diamond-Rheault

Karl Marx… Nous connaissons tous le personnage qu’est Marx! Que ce soit par son nom ou parce que nous avons été obligés de l’étudier dans nos cours de philosophie, Marx ne nous est pas inconnu. Toutefois, le connaissons-nous vraiment? Lorsque l’on pense à Marx, on pense au Manifeste du Parti communiste, au grand penseur… Mais qui était-il vraiment? Le film Le jeune Karl Marx sorti en 2017 et réalisé par Raoul Peck nous transporte dans l’univers d’un jeune Marx, de ses nombreux exils et des événements qui le mènent à l’écriture de son importante œuvre qu’est le Manifeste. 

Le jeune Karl Marx (R. Peck, 2017) Source : Diaphana

  Le jeune Karl Marx nous plonge dans la vie du jeune Marx. On rentre dans son monde, ses difficultés financières et bien sûr dans son évolution personnelle qui le mène à l’écriture du Manifeste du parti communiste avec son ami Friedrich Engels. Le film nous permet de mieux comprendre Karl Marx, mais également de le sortir de l’image figée du vieil homme barbu aux cheveux blancs. Le réalisateur a montré Marx comme un jeune homme énergique, amoureux et aimant la vie tout en le sortant de son regard sérieux de vieux sage. Toutefois, on n’oublie pas d’y montrer le jeune homme rempli de colère face à la condition du prolétariat et à l’ordre social inégalitaire de son époque. On peut également animer les écrits et les idées que l’on étudie, permettant de mieux comprendre comment est né le communisme. 

La présence des scènes de la vie quotidienne de Marx est d’une grande importance puisqu’elle permet d’humaniser la figure de Marx qui était presque devenue abstraite aux yeux des contemporains. Voir la misère et la pauvreté dans laquelle Marx vit permet de le montrer comme un humain et non comme une simple idée, comme le penseur derrière le communisme. Être témoin de ses nombreux exils permet de voir à quel point ses idées dérangent dans ce monde qui n’est pas prêt à les recevoir. Il est également possible d’observer que lors de ses exils il rencontre plusieurs associations ainsi que des mouvements de luttes ouvrières dont il est parfois devenu l’organisateur et même le théoricien. Toutefois, il faut demeurer objectif quant à ces scènes, ne pouvant être certain que ces événements aient réellement eu lieu, les films historiques ajoutant souvent des scènes inventées.

Il ne faudrait pas oublier qu’à côté des idées de Marx et de sa vie avec sa famille, naît une amitié déterminante: Engels-Marx. La fraternité qu’entretiennent les deux penseurs est plutôt particulière : le jeune Friedrich Engels fils d’un riche industriel préférant la compagnie des prolétaires et Marx, marié à l’aristocrate Jenny von Westphalen, vivant dans une grande pauvreté. Néanmoins, leur arrogance et leurs idéaux les rapprochent, entraînant une importante amitié du XIXe siècle. La rencontre de Friedrich Engels sera d’une grande influence dans le développement des idées de Marx.

Échec et mat. Scène du film. Source : Diaphana

À mon avis, le grand défi qu’avait le réalisateur, Raoul Peck, était de présenter ce personnage historique ainsi que sa cause des prolétaires de l’avant et de les rendre intéressants et actuels aux yeux des contemporains. Toutefois, la lutte des classes du temps de Marx n’est pas si loin de notre réalité actuelle. Alors que dans les années 1840 on parle de la bourgeoisie et du prolétariat, aujourd’hui il est plutôt question d’une oligarchie et du simple peuple. Encore aujourd’hui les riches continuent de s’enrichir sur le dos des travailleurs alors que ces derniers continuent de s’appauvrir. Les années n’ont pas complètement changé l’ordre des choses. Cependant, il est certain que l’on utilise plus les termes « aliénation par le travail » ou « lutte des classes » -idées à la base de la pensée de Marx-, mais les travailleurs continuent de revendiquer de meilleures conditions de travail et de meilleures conditions salariales. Il suffit de regarder les journaux pour y voir le nombre de manifestations qui ont lieu dans les rues de la province québécoise. Tout récemment, à l’automne 2020 bon nombre d’infirmières, d’infirmières auxiliaires, d’inhalothérapeutes et de perfusionistes cliniques ont pris d’assaut les rues de Montréal et de Québec afin de revendiquer de meilleures conditions. Les conditions de travail et salariales étaient déjà mauvaises avant la pandémie en raison des nombreuses coupes budgétaires sous le gouvernement Couillard, mais la Covid-19 a permis de montrer à quel point ces travailleurs essentiels n’étaient pas reconnus à leur juste valeur. Il est donc possible de voir que les luttes pour améliorer notre condition en tant que travailleurs n’ont pas pris fin avec une diminution des industries, elles se sont simplement dirigées vers d’autres secteurs. Alors qu’au XXe siècle les industries tournaient principalement autour des mines, du bois et des industries métallurgiques et chimiques, il est possible de s’observer qu’aujourd’hui pratiquement tous les milieux de travail se battent pour de meilleures conditions. Que ce soient les employés d’épiceries, d’hôpitaux ou des écoles, tous demandent à être mieux payés et être reconnus à juste valeur. Tout comme au XXe siècle, les travailleurs dénoncent et manifestent afin que leurs conditions de travail s’améliorent. Le XXe siècle a mis en place les mouvements ouvriers dont parlait le XIXe siècle afin de revendiquer. Les luttes se continuent donc encore aujourd’hui, bien que de nombreuses conditions aient été acquises durant le XIXe et le XXe siècle.

En somme, il est possible de voir que les idées de Marx ne sont pas si lointaines aux problèmes des contemporains. Marx ne cesse d’être un personnage important depuis le XIXe siècle par ses idées avant-gardistes et toujours aussi importantes de génération en génération. La lutte pour l’amélioration des conditions de travail et de salaire demeure, bien qu’elle touche dorénavant d’autres secteurs de la société.

Pour aller plus loin:

Ouvrage de référence 

DUMÉNIL, Gérard, Michael Löwy et Emmanuel Renault. « Alénation », dans Les 100 mots du maxisme, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 10-12.

DUMÉNIL, Gérard, Michael Löwy et Emmanuel Renault. « Luttes des classes », dans Les 100 mots du maxisme, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 74-75.

Monographies

DURAND, Jean-Pierre. La sociologie de Marx, Paris, Éditions La Découverte, 2018, 128 pages.

MEHRING, Franz. Karl Marx: The Story of His Life, Londres, Routledge Editions, 2010, 576 pages.

Document audiovisuels

PECK, Raoul (réalisateur). Le jeune Karl Marx, Allemagne-France-Belgique, Agat Films & Compagnie – Ex Nihilo, 2017, 118 min. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.