Le canal de Suez

Texte écrit par Laflèche Francoeur

L’Égypte : existe-t-il un pays plus fascinant et qui a plus captivé et fait rêver les historiens que celui-là? Depuis toujours, les plus grands conquérants militaires qui sont passés par l’Égypte sont revenus couverts de gloire et de richesse. Même Astérix et Obélix ne peuvent y échapper. Comment un pays désertique et « désuet » d’Afrique a-t-il pu susciter encore tant d’intérêts de la part des pays « modernes » d’Occident, lorsqu’au 19e siècle, les puissances européennes ne juraient que pour le développement économique et industriel de leur nation respective ?

Scène culte d’Astérix et Obélix :, où Obélix escalade le Sphinx de Gizeh et fini par lui casser le nez (Uderzo et Goscinny, Astérix et Cléopâtre, Dargaud, 1965)

Le Canal des pharaons, ancien canal artificiel d’Égypte, préfigurant le canal actuel, à Suez, était un canal qui reliait le Nil à la mer Rouge. Ce canal a été creusé dans l’Antiquité pour répondre et satisfaire les échanges entre villes égyptiennes.

Plusieurs travaux durant différents règnes de pharaons ont remis cet ancien tracé en état, non plus uniquement pour le commerce, mais également pour donner l’avantage maritime lors des guerres ou conflits externes. Les rois Nabuchodonosor II, Darius 1er, Alexandre le Grand entre autres ont tous été témoins de l’avantage géographique de profiter d’une pareille voie navigable.

Napoléon Bonaparte, durant sa campagne d’Égypte, à la fin du 18e siècle, aurait aimé profiter de cet ancien canal pour transporter son armée. Seuls quelques vestiges et pointillés effacés en partie sur des cartes existaient encore à cette époque. Le futur empereur mandata alors ses cartographes et dessinateurs de travailler sur un nouveau tracé, un canal reliant cette fois-ci la mer Rouge à la Méditerranée.

Qui profitera réellement du canal?

Le projet est resté sur les tablettes durant plus d’un demi-siècle, jusqu’à trouver de réels motifs à sa construction, c’est-à-dire, étendre le marché au-delà des mers et écouler les grandes quantités de produits fabriqués sous l’impulsion de la révolution industrielle1

La construction du canal de Suez, débuté en 1859 et achevée dix ans plus tard, est parfaitement à l’image de l’Europe et de son industrialisation. D’ailleurs, ce sont des capitaux européens qui ont financé en majeure partie sa réalisation.

À la base, l’entreprise française qui chapeaute le projet se veut vertueuse en la nommant « Compagnie universelle du canal maritime de Suez ». Un nom rassembleur dira-t-on, capable d’attirer bon nombre d’investisseurs, mais dont les motifs financiers sont contradictoires. À l’origine, pour réussir à vendre le projet, c’est un discours de pacification entre l’Orient et l’Occident qui sera prononcé. Les desseins occidentaux étaient beaucoup plus économiques aussi que la volonté de voir émerger une Égypte moderne.

Une compagnie fait des profits en exploitant la matière première par des salariés au service d’un patron. L’immense chantier amorcé, les ouvriers se retrouvent dans des conditions terribles, parfois misérables. La « Compagnie » avait réussi à vendre aux Égyptiens que le projet était une ouverture sur le monde; et que la prospérité serait l’apanage de chacun des citoyens natifs.

Au début du chantier avant que certaines autorités internationales s’en mêlent, la main d’œuvre utilisée pour creuser le canal n’est pas rémunérée. Le vice-roi d’Égypte, en complicité avec le grand patron de la Compagnie, fera appel à la corvée23. Les paysans égyptiens doivent travailler à la main au creusement du canal et toujours dans des conditions extrêmement pénibles. 

Ouvriers terrassiers du canal de Suez travaillant à la couffe.
Ouvriers terrassiers du canal de Suez travaillant à la couffe.

Le grand patron de la Compagnie universelle du canal de Suez était un diplomate et un entrepreneur du nom de Ferdinand de Lesseps. Surnommé « le Grand Français » il est reconnu également, comme étant le principal promoteur de la construction du canal de Panama, construction débutée quelques années après celui de Suez.

En Europe, l’industrialisation a créé en parallèle les syndicats et les associations d’ouvriers. Ces derniers peuvent jouir en quelque sorte d’une collectivité et s’opposer à leurs conditions difficiles et se protéger de la surexploitation patronale. Cela existe puisque l’industrialisation s’est développée à une certaine vitesse et les politiques sociales ont parallèlement fait leur entrée dans les normes du travail. Mais l’importation radicale d’un système industriel dans une région encore arriérée occasionne un grand dérangement très défavorable à la population.

Creusement du canal

Après plusieurs années de travail servile égyptien, des ouvriers internationaux viendront prendre la relève au creusage du gigantesque canal. Aussi, un effort mécanique, de dragues supportera l’envergure du projet. L’industrialisation de l’Europe est connue comme étant la mécanisation et le développement de nouvelles technologies et inventions dans différents domaines pour améliorer la qualité de vie des individus. Pour le percement du couloir maritime, c’est encore à discuter.

Inauguration du canal de Suez en 1869

Même, si le canal avait comme objectif premier, l’unification de l’Orient avec l’Occident il deviendrait en peu de temps, une entreprise colonialiste, au grand détriment de la civilisation moderne de l’Égypte. Le canal se fera au prix d’immenses sacrifices humains et financiers et ouvrira l’Égypte à la domination étrangère; les principes éthiques du travail sont broyés par l’impitoyable gant de fer du capitalisme international et des « néo-dévorants » ((Caroline Piquet, « Quand Suez raconte l’Égypte », S. & R., no. 48, automne 2019, p.19-32.)).

Tout comme l’industrialisation occidentale, le canal de Suez a lentement et progressivement réussi, après plusieurs décennies, à reprendre sa place. Il aura fallu attendre presque un siècle et une révolution nationale, avant que les véritables intérêts, monétaires et stratégiques reviennent au légitime propriétaire, c’est-à-dire au peuple égyptien.

Pour aller plus loin:

BRAEUNER, H. (2019, automne). “Quand le canal se construisit. Visions idéalisantes et résistances à la modernité”. S. & R.(48), p. 33-50.

CAILLOCE, L. (s.d.). Récupéré sur https://lejournal.cnrs.fr

NOUSCHI, A. (1973, Mai-Juin). “Le canal de Suez et l’histoire mondiale. (C. U. Press, Éd.)” Annales. Histoire, Sciences Sociales (3), p. 638-642.

PIQUET, C. (2019, automne). “Quand Suez raconte l’Égypte”. S. & R.(48), p. 19-32.

  1. Caroline Piquet, « Quand Suez raconte l’Égypte », S. & R., no. 48, automne 2019, p.19-32. []
  2. Hélène Braeuner, « Quand le canal se construit. Visions idéalisantes et résistances à la modernité », S. & R., no.48, automne 2019, p. 33-50. []
  3. La corvée est un travail non rémunéré imposé par un souverain, un seigneur ou un maître à ses sujets et dépendants, qu’ils soient de statut libre ou non. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.