Merde!

Texte écrit par Laflèche Francoeur

L’histoire de la merde est omniprésente dans les manuels d’histoire et de littérature; mot utilisé comme juron ou insulte, plusieurs faits peu scrupuleux laissent les lecteurs friands et curieux de potins se rapportant à « ce mot de 5 lettres » qu’on évite toujours de prononcer. Au Québec, ce mot semble plus grave puisqu’on y a remplacé le premier « e » par le « a », mais en n’omettant jamais de le prononcer très « ouvert » et d’y ajouter virtuellement des accents circonflexes. Souvenons-nous des expressions employées se rapportant à la merde. On dira de quelqu’un de chanceux qu’il est « merdeux ». En parlant de quelque chose de très rare, que c’est « rare comme de la merde de pape ». Bref, la merde on ne peut s’en passer! 

On se rappelle du sympathique sobriquet donné par Napoléon à son cher ministre des affaires étrangères Talleyrand : « De la merde… vous êtes de la merde dans un bas de soie! » En continuant d’éplucher les faits « merdique » du Premier Empire, on se rend vite compte que la merde est au centre de la vie du général Vendémiaire, notamment lorsqu’un général anglais avait crié et sommé les soldats français de se rendre. Le bon général Pierre Cambronne répondit avec la prestesse de l’éclair : « Merde! » L’entourage de Bonaparte demeura quelque peu ébaubi par cette réponse et on le comprend.

Ces exemples loufoques font ressentir au lecteur que la merde est un déchet et qu’elle est sans valeur. Certes elle est un déchet, mais que vaut-elle pour lui attribuer tant d’importance?

Révolution française, Égouts et prospérité.

  Victor Hugo, dont la réputation n’est pas à refaire dans le modèle humaniste, demeure sans doute un des plus grands pionniers dans le désir du développement de l’homme et de son esprit et sa volonté manifeste de trouver des solutions pour sortir l’humanité de sa misère. Il a laissé aux ingénieurs le soin d’inventer des machines, mais lui, s’est plutôt concentré dans l’ingénierie du système humain. Le roman « Les Misérables » met en scène des acteurs ouvriers, bourgeois et fonctionnaires dans différentes bourgades françaises et même dans Paris. L’œuvre se déroule immédiatement après le départ de Napoléon Bonaparte vers Sainte-Hélène, jusqu’au début des années 1832, période politique très instable. L’Europe n’est pas encore entrée dans sa deuxième phase industrielle, mais la mèche est allumée.

Beaucoup d’historiens ont planché sur les transformations urbaines, le déplacement démographique des paysans vers les villes, la création de routes pour le commerce, la construction d’usines modernes, etc. Pendant la période d’industrialisation, nous savons ce qui se passe au-dessus des villes, mais on ne sait rien de ce qui se joue en dessous!

Dans son œuvre Les Misérables, un chapitre assez complet et bien étudié est réservé au sujet des égouts de Paris et ce que ces autoroutes à déjections transportent. Quel est le lien à faire avec une œuvre qui traverse les époques grâce à son caractère quasi unique, à la merde qui circule sous les pieds des Parisiens et aux développements économiques et sociaux de l’industrialisation de l’Europe au 19e siècle? 

Certes on pourrait mentionner que depuis aussi longtemps que les égouts des villes sont fonctionnels, ils serviront de repère aux bandits et aux révoltés1. D’ailleurs, une trame majeure se déroule dans les égouts de Paris, lorsque Jean Valjean (M. Madeleine) sauve de la mort son futur gendre Marius, blessé aux barricades et poursuivi par l’armée française. Mais les égouts des villes, de Paris ici sont un détail majeur méprisé et négligé pour ses utilités oubliées volontairement.

La merde, c’est de l’or.

La révolution industrielle débutée en Angleterre a pour origine de multiples facteurs. Celle qui est indéniable et qui nous intéresse dans ce billet est la révolution des procédés d’agriculture. En plus de nouvelles technologies mécaniques favorisant de meilleurs résultats agraires; des méthodes logistiques plus efficaces et de meilleurs engrais ont également favorisé une production plus abondante de récoltes et par conséquent amélioré la qualité de vie et la santé des Anglais.

Élimination des engrais chimique = élimination de la pollution

L’agriculture, parent pauvre du progrès de l’humanité a été négligé et même sacrifié jusqu’au milieu du 20e siècle. L’appauvrissement des sols en est sa signature. Si le domaine agraire a joué un grand rôle de premier plan dans l’industrialisation en Angleterre, Victor Hugo, dans Les Misérables, reproche honteusement aux Occidentaux de sacrifier à la terre des engrais de hautes qualités, transformées en pollution dans les océans. Il mentionne dans son roman que les Chinois entre autres ont des terres aussi fertiles et aussi jeunes qu’au temps d’Abraham grâce à l’engrais humain2. En plus, les études scientifiques de son époque mentionnaient que les engrais les plus fécondants ne sont pas les chimiques, mais bien les engrais humains3.

Les paysans chinois ne revenaient jamais de la ville les mains vides, ils rapportaient toujours avec eux, aux moins deux sceaux bien remplis d’excréments humains qu’ils étendaient fièrement et efficacement dans leurs champs4. Les récoltes étaient toujours prolifiques et encore rapportées par Victor Hugo, le froment chinois rend jusqu’à cent vingt fois la semence. 

Femme chinoise portant deux seaux d'excréments
Femme chinoise portant deux seaux d’excréments

Dans l’Antiquité, l’utilisation d’excréments humains était chose courante et la croissance des récoltes était d’ailleurs toujours considérée comme les meilleures. Ensuite, beaucoup plus tard en à Londres, des entrepreneurs particuliers faisaient la collecte et la distribution d’excréments humains destinés à la culture potagère.

John Hunt, entrepreneur collecteur et épandeur d’excrétât humains à Londres.

Paris déversant des millions de litres d’eaux usées à la mer pour rien. Non, il est vrai que ce n’est pas pour rien, mais cela ne fait que retarder le progrès. Dans sa vision humaniste, M. Hugo avait trouvé une solution pour nourrir le monde, nourrir la population qui participe au progrès industriel et économique de la société. Les conséquences ne sont pas à négliger puisque les déversements de fanges endommagent considérablement les domaines économiques et sociaux; la terre demeure appauvrie et l’eau devient de plus en plus empestée et le véhicule de maladies.

Les problèmes énumérés précédemment sont encore actuels dans les pays du tiers-monde et en développement. La terre est pauvre et capricieuse et les eaux sont corrompues et impropres à la consommation puisqu’elles sont mélangées avec les déjections humaines.

Excrétats humains et progrès de l’agriculture

Le salut de l’état, du pays c’est la santé; la santé de l’économie, la santé des institutions et surtout, la santé des populations. La révolution industrielle a modifié tout le paysage sociétal et géographique sans toujours respecter les lois naturelles et d’hygiène. Comme le synthétise clairement Victor Hugo dans son roman Les Misérables, le salut de l’humanité, de l’homme, devra passer par le progrès du genre humain, par l’amélioration des procédés ancestraux, pour le grand bien de toute la collectivité.

Pour aller plus loin:

HAUDRICOURT, André G. «Note d’ethnozoologie. Le rôle des excrétât dans la domestication.» L’Homme, T.17, No.2/3. Avril-Sept. 1977: p. 125-126. <https://www.jstor.org/stable/25159258>.

KING, Franklin Hiram. «Principles and conditions of the movement of ground water.» The Journal of Geology, Vol.8, No.1. Janv.-Fev. 1900: p. 89-91. <https://www.jstor.org/stable/30054771>.

Low-Tech Magazine. s.d <https://www.lowtechmagazine.com/2010/09/recycling-animal-and-human-dung-is-the-key-to-sustainable-farming.html>.

  1. Le terme révolté est bien choisi et préféré au mot révolutionnaire. Un révolutionnaire peut s’afficher sans problèmes en toute liberté, tandis que le révolté, lui, sa vie est en danger et doit se cacher et se faire discret. []
  2. https://www.lowtechmagazine.com/2010/09/recycling-animal-and-human-dung-is-the-key-to-sustainable-farming.html []
  3. Haudricourt André G. 1977. “Note D’ethnozoologie Le rôle des excrétâts dans la domestication.” L’homme, T. 17, No. 2/3 (Apr. – Sep., 1977), p.125–126. []
  4. Principles and conditions of the movement of ground water. Franklin Hiram King. (1900). The Journal of Geology8(1), 89–91. https://doi.org/10.1086/620773 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.