Le paternalisme industriel au XIXe siècle : Papa a toujours raison!

Texte écrit par Gabriel Ferland :

« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »; cela aurait pu être le credo des grands patrons du XIXe siècle, or cette phrase fut prononcée par l’oncle de Spider-Man. Certes, les patrons de l’ère industrielle n’enfilaient pas de jolis costumes moulants pour se balancer entre les cheminées de leurs usines. Ils utilisèrent toutefois le pouvoir du capitalisme pour organiser la construction de villes-usines et de cités-jardins, concrétisant ainsi l’apogée du paternalisme industriel. Entre utopie et dystopie, le paternalisme industriel est qualifié par certains d’acte de compassion philanthropique et, par d’autres, de système de contrôle de la classe ouvrière. Qu’en est-il vraiment?

Papa a raison (Father Knows Best, 1954)

La dystopie de la ville-usine, ou la réponse de Frédéric Le Play à la paupérisation.

On le sait, l’Europe du XIXe siècle est en proie à de profonds changements aux niveaux économique, social et politique. Il est donc logique qu’au fil de ces changements, le monde « prolétaire », des travailleurs et travailleuses, subisse lui aussi des transformations sans précédent. Bien que ces mutations ne soient pas uniformes dans le temps et l’espace, les élites et les penseurs industriels commencent à développer plusieurs théories pour tenter d’organiser le monde ouvrier. De plus, la dislocation progressive des structures sociales d’Ancien Régime accélère le phénomène de paupérisation du prolétariat; cela s’explique par la perte d’un réseau de soutien familial et communautaire causé par d’importants mouvements de populations1.

Jujurieux, Usine Bonnet.
En même temps, cette classe ouvrière prend conscience d’elle-même et les élites bourgeoises craignent que la masse prolétaire ne vienne mettre du sable dans les rouages du système capitaliste se mettant en place. C’est dans ce contexte que vont s’imaginer les pratiques du patronage (inspiré par le catholicisme social) que l’on qualifiera péjorativement de « paternalisme2 » et à partir desquels Frédéric Le Play développera sa « théorie du patronage3. »

Pour résumer très simplement, on imagine un mode d’organisation du travail dans lequel l’ouvrier (et l’ouvrière) serait pris en charge dans toutes les sphères de sa vie. Tel un bon père de famille, le patron fournit toutes les installations et les services nécessaires aux loisirs, à l’éducation, à la culture, à la formation et aux soins de ses « enfants » ouvriers4. Ainsi, une nouvelle forme d’urbanisation se concrétise : la ville-usine (le cas français de Le Creusot, avec la famille Schneider, en est un magnifique exemple). En contrepartie, le patron attend de ses ouvriers qu’ils soient fidèles et obéissants – en un mot « disciplinés »!

Ville-usine Le Creusot.

Dans ce mode d’organisation du travail, le rapport de force entre l’ouvrier et le patron devient fortement déséquilibré en faveur de ce dernier. Car, si les deux parties étaient autrefois liées par le salariat, c’est désormais tout l’univers social des prolétaires qui passe sous le contrôle du patron. La ville usine devient une sorte d’émulation du système seigneurial5, avec un patron-seigneur et des ouvriers-censitaires. Comme un fantasme moral et mercantile6, « [e]lles [les villes-usines] encadrent la main-d’œuvre qui peut naître, apprendre, travailler, enfanter et mourir, là7. »

L’utopie : l’exemple de Jean-Baptiste Godin et le Familistère de Guise.

Jean-Baptiste Godin

En parallèle, un autre genre de ville-usine se développe. Prônant des valeurs plus socialistes, le Familistère de Guise, en France, récupère le même modèle d’urbanisation que tant d’autres, mais son fondateur ne semble pas poursuivre la même idéologie que l’élite patronale de l’époque.

En effet, Jean-Baptiste Godin s’appuie sur des valeurs socialistes et rejette la doctrine du libéralisme économique. Il croit fondamentalement que son projet ne devrait servir que de passerelle en attendant que l’État adopte des mesures concrètes pour soutenir les ouvriers. Les ouvriers sont incités à se syndiquer8 , on promeut l’éducation jusqu’à 14 ans et on essaie le plus possible de susciter l’implication des ouvriers dans l’entreprise pour les mener vers un modèle coopératif9.

Toutefois, le modèle est soumis à plusieurs critiques de certains contemporains, notamment de Zola et Engels; ceux-ci dénoncent le contrôle social et le manque de libertés du Familistère.

Vue aérienne du Familistère de Guise, imaginé par Jean-Baptiste Godin et à destination des ouvriers de son usine – source : Gallica-BnF

À mon avis, l’exemple du Familistère représente bienl’hétérogénéité idéologique des élites patronales du XIXe siècle, malgré une forte tendance au libéralisme et au paternalisme. Après une certaine période d’instabilité, le monde du travail commence à se structurer et les rapports de forces entre ouvriers et patrons reflètent, à certains niveaux, la lutte des classes.

Pour aller plus loin :

  1. Éric Anceau, Comprendre le XIXe siècle, de 1815 à 1914, Paris, Éditions Belin, 2018, p. 111-117. []
  2. Henri Jorda, « Du paternalisme au managerialisme : les entreprises en quête de responsabilité sociale », Innovations, 2009/1 (n° 29), p. 149-168. https://www.cairn-int.info/revue-innovations-2009-1-page-149.htm []
  3. Bruno Silhol. « La théorie du patronage de Le Play : Une illustration », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, vol. 25, no. 1, 2007, p. 109-124. https://www.cairn.info/revue-francaise-d-histoire-des-idees-politiques1-2007-1-page-109.htm?contenu=article []
  4. Sylvie Schweitzer, « “Paternalismes” ou pratiques sociales? », Alain Bideau, dir., Logiques d’entreprises et politiques sociales des XIXe et XXe siècles, Villeurbanne, France, Programme Rhône-Alpes de recherche en sciences humaines, 1993, (Les chemins de la recherche, 18), p. 5-18. []
  5. Bruno Silhol, op. cit., p.109-124. []
  6. Dans le sens où pratiquement toute la chaine d’approvisionnement et de production est contrôlée. []
  7. Sylvie Schweitzer, op. cit., p. 11. []
  8. Il faut cependant prendre cette information avec des pincettes, car le phénomène des « syndicats jaunes » prend de l’ampleur à la toute fin du XIXe siècle (voir Éric Anceau, op. cit., p. 451. []
  9. Jessica Dos Santos,  « Le Familistère de Guise : un paternalisme de gauche ? », Revue internationale de l’économie sociale, 2014, no 332 : 62–72. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.