Complot! Les anarchistes infiltrés par la police.

Texte écrit par Gabriel Ferland

Plus qu’un simple mouvement marginal, l’anarchisme transcende les classes sociales du XIXe siècle. Véritable symptôme des luttes ouvrières et de l’hégémonie d’une bourgeoisie industrielle, ce mouvement est une antinomie à la Belle Époque; comme si le voile du chrononyme1 devenait translucide. Le film «Les Anarchistes» d’Élie Wajeman propose un aperçu de ce mouvement social, à Paris, au tournant du XIXe et du XXe siècle, mais à quel point cette fiction rejoint-elle la réalité? 

Affiche du film Les Anarchistes (2015) d’Élie Wajeman

Le mouvement anarchiste français au XIXe siècle.

Montage d'archives anthropométriques et de coupures de journaux anarchistes.
Montage d’archives anthropométriques et de coupures de journaux anarchistes.

Avant d’aborder la question du film, il est nécessaire de contextualiser les choses et d’expliquer sommairement ce qu’est l’anarchisme. Toutefois, il ne serait pas crédible de tenter ici de retracer toutes les nuances de l’anarchisme, même en se limitant à la France, car ce mouvement a probablement autant de formes que d’acteurs2.

 L’anarchisme est tout sauf homogène; en fait, une seule chose lie entre eux les anarchistes : le rejet de toutes formes d’autorité3.

Cette idéologie, tout comme le communisme et le socialisme, est un produit de l’industrialisation du XIXe siècle, et c’est précisément de cette période que sont issus les premiers penseurs anarchistes tels que : William Godwin, Max Stirner, Michel Bakounine et Léon Tolstoï4. Cependant, la plupart s’entendent (chose rare pour des anarchistes) pour dire que Pierre-Joseph Proudhon est la figure de proue de l’idéologie anarchiste5.

Or, le profane qui serait tenté d’entreprendre une recherche approfondie sur le sujet se heurterait très vite à moult interprétations contradictoires et pléthores d’informations sur les mouvements et les sous-mouvements anarchistes. Car c’est bien cela le problème de l’anarchisme, l’aversion pour l’autorité et le pouvoir (de ceux qui s’identifient à ce mouvement) nous empêchent d’en esquisser des contours bien définis. Outre leur rejet des institutions et du parlementarisme, les anarchistes ne sont liés entre eux par aucune cause commune; hormis, peut-être, leur nature libertaire et leur désir de transformer la société par la révolution6.

De ce fait, comment pourrions-nous définir un archétype de l’anarchiste français de la fin du XIXe siècle? Il est d’abord un homme, car très peu de femmes apparaissent dans les sources; il est ensuite un révolutionnaire libertaire7. Là s’arrête le portrait-robot, il y a certes une bonne concentration d’artisans et d’ouvriers, mais à cette masse informe se mêle des petits bourgeois, des aristocrates et des mendiants. Par son absence de structure formelle, l’anarchisme français est en constante mouvance, et il se transforme au gré des figures ayant plus ou moins de notoriété au sein du mouvement.

L’explosion de dynamite de la rue des bons-enfants (1892), Le Petit Parisien. Source: Gallica-BNF

Un dernier point mérite d’être mentionné ici : l’anarchisme est un mouvement qui vit par et pour la propagande. À la propagande orale et écrite du quotidien s’ajoute le spectacle de «la propagande par le fait8», et cette dernière tant à se radicaliser entre 1880 et 18959. En effet, avec l’augmentation des attentats violents qui sont rapidement associés aux anarchistes, le gouvernement de la Troisième République craint de plus en plus un complot de ces groupes révolutionnaires; il intensifie donc la répression à leur égard en infiltrant leurs réseaux avec des mouchards.

Fiches anthropométriques. Source : Gallica BNF

Malgré la marginalité du mouvement, il fait tant de bruit qu’entre décembre 1893 et juillet 189410 l’État se sent contraint d’adopter une série de lois – qu’on appellera les « lois scélérates » – visant spécifiquement les anarchistes. C’est donc dans ce contexte que prend forme le film Les Anarchistes.

Critique historique du film d’Élie Wajeman.

Les Anarchistes (2015) d’Élie Wajeman

Que les choses soient claires, Les Anarchistes n’est pas un film historique; c’est une fiction qui se déroule dans un contexte historique. D’ailleurs, Élie Wajeman affirme11 s’être inspiré du livre Les Démons de Dostoïevski, il dit avoir voulu faire un film d’action sentimental à caractère historique. À mon avis, c’est réussi.

Le film s’ouvre sur un monologue de Judith Lorillard (personnage interprété par l’actrice Adèle Exarchopoulos), elle dit que c’est l’amour qui l’a poussé à devenir anarchiste. Arrive ensuite le brave policier Jean Albertini (joué par Tahar Rahim) qui, grâce à sa gueule de bouvier bernois, se voit assigner l’improbable mission d’infiltrer un réseau d’anarchiste. Même si j’ai senti le doux effluve du cliché, je me suis laissé porter par celui-ci sans le moindre regret.

La force de ce film c’est l’émotion, le ressenti. Il permet au spectateur d’entrer un bref instant au cœur du Paris industriel de la fin du XIXe siècle. Un plan fixe de l’intérieur d’une usine nous donne un aperçu du capharnaüm et du vacarme incessant présent dans ce lieu représentatif de l’ère industrielle.

Les Anarchistes (2015) d’Élie Wajeman

Entre la réalité de l’usine, les débats entre socialistes et anarchistes, les cambriolages et les rapports que le mouchard fait à son chef; on en vient à se demander si cette bande d’anarchistes a vraiment existé. Évidemment que non, mais le caractère abstrait de l’anarchisme permet justement d’imaginer qu’un tel groupe aurait bien pu exister.

Finalement, ce film nous autorise, un bref instant, à entrevoir le quotidien d’un personnage qui devient malgré lui le pion d’un État de plus en plus contrôlant. Il se retrouve ainsi au centre d’une lutte des classes à laquelle il ne semble pas comprendre ni les tenants, ni les aboutissants.

Pour aller plus loin :

  • Vivien Bouhey, « Y a-t-il eu un complot anarchiste contre la République à la fin du XIXe siècle? ». Le Mouvement Social, 2010,  en ligne à http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=1624.
  • Dominique Kalifa, « « Belle Époque » : invention et usages d’un chrononyme », Revue d’histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 119-132.
  • Jean Préposiet, Histoire de l’anarchie. Paris, Fayard-Pluriel, 2012, 510 p.
  • Henri Arvon, L’anarchisme, 6e édition, coll. «Que sais-je?», Paris, Presses Universitaires de France, 1974, 128 p.
  • Vivien Bouhey, Les anarchistes contre la république, 1880 à 1914 : Contribution à l’histoire des réseaux sous la Troisième République. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 491 p.
  • Gaetano Manfredonia, « L’anarchisme ». Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, dir., Histoire des gauches en France, volume 1 : L’héritage du XIXe siècle. Paris, Éditions La Découverte, 2004: 444-461.
  • Constance Bantman, « Anarchistes de la bombe, anarchistes de l’idée : Les anarchistes français à Londres, 1880-1895 ». Le Mouvement Social, vol. 1, no 246, 2014 : 47-61.

 

  1. Dominique Kalifa, « « Belle Époque » : invention et usages d’un chrononyme », Revue d’histoire du XIXe siècle, 52 | 2016 : 119-132. []
  2. Vivien Bouhey, « Y a-t-il eu un complot anarchiste contre la République à la fin du XIXe siècle? », Le Mouvement Social, 2010,  en ligne à http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=1624, page consultée le 3 novembre 2020. []
  3. Jean Préposiet, Histoire de l’anarchie, S.L, Fayard-Pluriel, 2012, p. 47-55. []
  4. Henri Arvon, L’anarchisme, 6e édition, coll. «Que sais-je?», Paris, Presses Universitaires de France, 1974, p. 15-20. []
  5. Jean Préposiet, op. cit., p. 87. []
  6. Gaetano Manfredonia, « L’anarchisme », Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, dir. Histoire des gauches en France, volume 1 : L’héritage du XIXe siècle, Paris, Éditions La Découverte, 2004: 444-461. []
  7. Vivien Bouhey, Les anarchistes contre la république, 1880 à 1914 : Contribution à l’histoire des réseaux sous la Troisième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 27-31. []
  8. Ibid., p. 93-140. []
  9. Constance Bantman, « Anarchistes de la bombe, anarchistes de l’idée : Les anarchistes français à Londres, 1880-1895 », Le Mouvement Social, vol. 1, no 246, 2014 : 47-57. []
  10. Marc Renneville, La bande à Bonnot. De l’histoire au mythe, [en ligne], https://criminocorpus.org/fr/reperes/affaires-criminelles/la-bande-bonnot/ (page consultée le 16 novembre 2020) []
  11. Indépendence(s) et création, Interview d’Élie Wajeman pour « Les anarchistes », YouTube, 2015, https://www.youtube.com/watch?v=fRJqAWvNcSY. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.