Introduction – Sabotages et résistances #5

Texte écrit par Marc-André Béland, Félix-Antoine Choquette-Lachance, Guillaume Fisette et Jérémy Paré

En mai 1940, la Belgique fût envahie par l’Allemagne nazi. Après dix-huit jours de lutte, la nation belge fût vaincue et c’est ainsi que débutèrent quatre années d’occupation. Ces jours sombres rappellent nécessairement l’occupation qu’a connue la Belgique deux décennies plus tôt lors de la Première Guerre mondiale. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant de constater que la seconde occupation ne fût pas accueillie à bras ouvert par la population. En effet, jamais les belges libres ne cessèrent de combattre l’envahisseur et un mouvement de Résistance était parvenu à s’organiser et s’implanter en sol belge. Le gouvernement en exil multiplia les tentatives de création et de financement d’un réseau d’opérations clandestines1. Dès 1942, ces résistants avaient dépassés le stade de groupes contestataires décousus et menaient d’importantes opérations contre les nazis2

Les billets de blogue suivant traitent des différentes formes dont pouvait prendre la résistance en Belgique lors de cette période. Grâce aux archives de la Police générale du Royaume, une institution proche du régime Allemand, il est possible de mieux comprendre les préoccupations des forces de l’ordre qui se définissaient en opposition aux mouvements de résistances et les agissements de ceux-ci. Sabotage, menaces, violences et vols semblaient être chose commune dans de nombreuses régions de la Belgique occupée. Les rapports étudiés ne représentent qu’une infime partie des actes de résistance face au nazisme. Cependant, il s’agit d’une fenêtre intéressante permettant de mieux comprendre le climat en Belgique entre 1940 et 1944.

Liens des textes suivants :

Affameurs! Profiteurs! Intimidation et violence en Belgique occupée (1942-1944) #5

Résistance! Sabotage des infrastructures en Belgique sous l‘occupation (1941-1945) #5

L’occupation mouvementée de la Belgique : résistance en parallèle avec la criminalité de droit commun #5

Du grain ou du feu! Les sabotages et les vols de ressources durant la Seconde Guerre mondiale #5

  1. Emmanuel Debruyne et Adeline Remy. «Les réseaux belges et leurs finances 1940-1944». La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944). Robert Vandenbusche, dir. Lille. Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009. p. 113-158 []
  2. Herman Van Der Wee et Monique Verbreyt. A Small Nation in the Turmoil of the Second World War: Money, Finance and Occupation (Belgium, its Enemies, its friends, 1939-1945), Louvain, Leuven University Press, 2009, p.337 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.