Du grain ou du feu! Les sabotages et les vols de ressources durant la Seconde Guerre mondiale #5

Texte écrit par Jérémy Paré

L’accès à la nourriture est quelque chose d’acquis dans notre société. Cependant, durant la Seconde Guerre mondiale, son accès était plus limité. La même chose peut être remarquée pour les ressources premières comme le charbon, le bois et le fer dans cette période. Alors, lorsque vous habitez dans un pays comme la Belgique qui dépend beaucoup de l’approvisionnement extérieur avant la Seconde Guerre mondiale, il est normal que la population souffre dû au manque de ressources. Si en plus on ajoute le facteur que le pays est occupé, pillé et exploité par le Reich allemand et que la population doit collaborer pour survivre, on peut s’attendre à ce qu’il y ait des sabotages et des vols de ressources pour diverses raisons. C’est ce qui se produit en Belgique dans la région du Hainaut entre 1941 et 1944. À travers le fonds d’archives retrouvé, il a été possible de dénicher 86 fiches impliquant une perte volontaire ou non de ressources ou du moins une tentative. À partir de ce corpus, une analyse sera faite sur ce qui est explicitement écrit dans les fiches, c’est-à-dire les types et les quantités de ressources sabotées et les types de sabotages. Par la suite, il sera question de voir pourquoi des actes de ce genre sont faits durant cette période.

Plusieurs choses peuvent être dites sur les archives du corpus. Tout d’abord, il y a beaucoup de ressources différentes qui sont impliquées. Il s’agit surtout de nourritures dans les archives concernées. La majorité de la nourriture qui est sabotée est des types de céréales comme de l’avoine, de l’orge, de la paille, du foin ou du colza. Également, il est mentionné à quelques reprises d’autres produits issus de l’agriculture comme des pommes de terre, des carottes, du lin ou encore féveroles. Pour garder l’analyse plus simple, ces deux « catégories » d’agriculture seront regroupées sous le nom de « produits de l’agriculture ». Par la suite, il y a les ressources qui peuvent être dénommées comme les « aliments transformés ». Ceux-ci regroupent des produits alimentaires qui sont prêts à l’utilisation dans une recette. On retrouve le beurre, le sucre, la farine, des pâtes et même de l’alcool. Ensuite, on peut voir des fiches contenant des animaux. Ils sont donc mis dans une catégorie différente des autres produits d’alimentation. Finalement, la dernière catégorie regroupe des matières premières comme le charbon, le bois et des marchandises non identifiées. Après avoir fait un survol des différents types de ressources, on peut désormais en faire une analyse quantitative. Comme dit plus haut, les produits de l’agriculture représentent la grande majorité des sabotages alors que 75 des 86 fiches du corpus, soit un peu plus de 87%, contiennent une mention de cette catégorie. La deuxième catégorie la plus nommée est celle des aliments transformés avec six mentions. Ensuite, les ressources sont mentionnées quatre fois et les animaux seulement deux fois. Si l’on additionne l’ensemble des mentions, la somme donne un total de 87 mentions sur 86 fiches. Cette situation s’explique par le fait qu’une fiche mentionne à la fois des produits de l’agriculture et des aliments transformés. On peut ainsi voir qu’il s’agit davantage de sabotages touchants des ressources premières que des produits transformés. En revanche, il s’avère cependant compliqué de mesurer la quantité de ressources qui sont perdues. En effet, le problème se pose surtout pour les produits de l’agriculture. Parfois, les victimes quantifient leurs pertes en poids, kilogrammes ou tonnes, et/ou en surface, hectares ou ares. Ce problème apporte plusieurs difficultés puisque chaque produit ne produit pas la même quantité de poids. Par exemple, un agriculteur va peut-être devoir faire 10 hectares de lin contrairement au foin où il pourrait nécessiter seulement d’un hectare pour faire la même quantité. Pour faciliter l’analyse, on partira du principe que tous les produits de l’agriculture donnent la même quantité pour la même superficie exploitée. Cependant, il n’y aura pas de conversion de superficie à poids ou le contraire. Après avoir expliqué les limites, il faut donner les mesures. Pour les surfaces, on retrouve les hectares et les ares. Dans un hectare il y a 100 ares. Pour le poids, les kilogrammes et les tonnes sont principalement utilisés, mais les gerbes le sont également à quelques reprises. Une fiche mentionne que 15 gerbes de colza équivalent à 5kg et les seules fois où cette unité est utilisée il s’agit de colza alors la conversion sera faite. Pour les kilogrammes, il faut 1000 kg pour faire une tonne. Après toute cette démarche, on se retrouve avec plusieurs données qui démontrent le phénomène. Ce n’est pas moins entre 1059,433 et 1068,433 tonnes et 72 hectares et 17 ares qui sont sabotés dans la seule région du Hainaut entre 1941 et 1944 dans le corpus conservé. Une donnée de plus doit être prise en compte puisqu’elle ne s’inscrit pas avec les autres et il s’agit d’une récolte de pommes de terre. Avec ces données, on peut voir la grandeur du phénomène et que lorsqu’un sabotage a lieu, il ne s’agit pas de petites quantités. Pour les aliments transformés, un problème semblable à celui d’avant se pose puisque les unités de mesure ne sont pas les mêmes partout. En revanche, il est de moins grande importance. Alors, on peut calculer que 1353 kg de beurre, 14 boites de pâtes, 10 kg de sucre, 30 kg de farine, 1 jambon de 7 kg et 18 000 bouteilles de genièvre (alcool) ont été volés. Pour les animaux, ce sont un porc et une génisse qui sont les cibles. En ce qui concerne les ressources, on dénombre 110 000 fagots (faisceau de petit bois), deux wagons de marchandises diverses et une rame de charbon sabotée en plus d’un vol de charbon dont la quantité n’est pas nommée. En globalité, on peut remarquer qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé qui touche surtout les récoltes.

Les pertes de ressources peuvent signifier une situation d’insécurité pour la population puisque la plupart du temps il s’agit d’actes de violence ou de danger pour celle-ci. La plupart des fiches analysées le démontrent alors que toutes les pertes sont liées à un incendie ou un vol. Les incendies sont très grandement liés aux produits de l’agriculture parce que les céréales brûlent bien. Pour les vols, il s’agit davantage des autres catégories, mais il y a tout de même quelques vols de produits de l’agriculture. Si la plupart de ces actes se déroulent dans des endroits comme des hangars, des granges ou encore des wagons, il n’est pas impossible qu’un incendie brûle la maison d’un particulier si sa grange y est reliée. Pour les vols, le danger est direct puisque bien souvent la victime est présente lorsque le voleur vole. Sur une autre note, on peut noter que trois fiches mentionnent qu’il s’agit d’accident et non d’un vol ou d’un incendie volontaire, mais on reviendra sur ce point.

Plusieurs hypothèses peuvent être formulées sur le pourquoi la population belge fait des actions comme celle-ci en temps de guerre. À première vue, on pourrait penser que ça n’a pas de sens et que les Belges devraient garder leurs ressources et non les brûler. Or, on peut se douter qu’une partie de ces ressources allaient à l’armée allemande (seulement une fiche le dit explicitement) et qu’au lieu d’aider à ravitailler les troupes allemandes, mieux vaut les brûler. Cette vision peut être très différente selon l’année puisque si l’on revient en 1940 lors de l’invasion (cette année n’est pas présente dans le cadre temporel de cette recherche), la nourriture se faisait très rare et l’administration a essayé par plusieurs tentatives d’importer de la nourriture, surtout des États-Unis et de l’U.R.S.S. avant que l’Allemagne ne rentre en guerre contre eux. Les occupants sont préoccupés par cet enjeu puisqu’une grande partie de la population commence à être en opposition face à eux à cause du manque de nourriture. Alors, il y a une question de sécurité parce que les Allemands ne veulent pas avoir à gérer un soulèvement populaire et ce risque de soulèvement met en danger une partie de la population belge. Après de longues de négociations, la Belgique peut désormais importer des produits alimentaires sous certaines conditions et ceux-ci ne sont pas « déduits des rations alimentaires auxquelles la population a le droit » (Bernardo Y Garcia, p. 27). Cette petite règle peut expliquer pourquoi il y a moins de produits transformés qui sont impliqués dans les fiches. Ce détail signifie également que les Belges ont une source de nourriture, bien qu’elle ne doive pas être grande non plus, mais qui peut être une explication pour des événements comme ceux qui sont décrits dans les fiches puisque la population n’a pas une insécurité alimentaire aussi grande que d’autres pays durant la guerre. De plus, bien que la plupart des sabotages se déroulent dans des lieus sans présence humaine, quelques-uns sont des vols et placent donc des vies humaines en danger. Alors, la population être insécure à garder une réserve de nourriture trop importante, car elle sait qu’elle peut se faire voler et donc soit elle est en insécurité alimentaire, soit elle est en insécurité face aux vols.

En définitive, on peut clairement voir que les sabotages et les vols de ressources sont importants dans la région du Hainaut entre 1941 et 1944. Ces actions sont surtout concentrées sur des récoltes de céréales et autres cultures. Il peut être clairement dit que cette situation de sabotages et de vols représente une insécurité pour la population puisqu’à différents niveaux elle est mise en danger. Même si ce n’est jamais mentionné, on peut conclure que ces actions qui ne sont pas des accidents ont été faites par la résistance ou une volonté de ne pas collaborer avec les Allemands pour les affaiblir.

Pour aller plus loin

Article scientifique

BERNARDO Y GARCIA, Luis Angel. « Aspects singuliers de la politique alimentaire de la Belgique en temps de guerre et de sortie de guerre (1914-1921 et 1939-1948) », Artefact [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 04 mars 2020, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/artefact/2604

Archives

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièces 1 et 7

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 532 : pièces 1, 2, 4, 10, 12, 13, 20, 24

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 533 : pièces 10 et 13

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 534 : pièce 1

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 535 : pièces 10 à 13, 15 à 21, 23 et 25

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 536 : pièces 1, 7, 11, 15, 19, 21, 27, 31, 38, 39, 45 et 46

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 537 : pièces 2 à 8, 10 à 16 et 18

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 538 : pièce 13

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 539 : pièces 1 à 3, 5, 7, 8, 13, 16, 18, 20, 22, 24, 27, 29, 33, 37, 39, 41, 43, 45, 47, 49, 51, 53, 55 et 57

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 540 : pièces 3, 19, 32, 36, 38 et 44

Chapitre de monographie

GÉRARD-LIBOIS, Jules et GOTOVITCH, José. « La faim », L’an 40, la Belgique occupée. Bruxelles, 1971, pp. 329-341.

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.