L’évolution industrielle de la Russie Tsariste de la seconde moitié du XIXe siècle : un cas particulier

Texte écrit par Francis Guillemette

chemin de fer provincial en Russie par Hugh Stewart, 1913 https://archive.org/stream/provincialrussia00stewuoft/provincialrussia00stewuoft#page/n48/mode/1up
Chemin de fer provincial en Russie par Hugh Stewart, 1913. https://archive.org/stream/provincialrussia00stewuoft/provincialrussia00stewuoft#page/n48/mode/1up

Parmi tous les pays européens qui ont tenté de s’industrialiser, la tentative d’évolution industrielle de la Russie impériale est de loin un cas très intéressant. En effet, lors de la seconde moitié du XIXe siècle, le Tsar Alexandre II tenta d’industrialiser l’Empire de Russie afin d’être en mesure de rejoindre les autres pays européens dans ce qui est aujourd’hui considéré comme la seconde vague industrielle. Il faut dire que le pays avait un retard à combler puisqu’il n’a pas suivi les autres pays, comme l’Angleterre et la France, lors de la première vague industrielle. De plus, le pays était encore dans un système féodal de servage des paysans. Ce système tenait en arrière la Russie sur les autres pays déjà industrialisés en plus de toucher plus de 23 millions d’individus paysans, soit presque la moitié de la population de la Russie1. Le Tsar va donc, entre 1861 et 1863, abolir le système de servage pour pouvoir avoir accès à cette main-d’œuvre en plus de possiblement permettre une meilleure production agricole qui sera utilisée pour nourrir les villes.

Le pays avait aussi besoin d’accès à de nouvelles ressources pour stimuler son économie, en plus d’améliorer son système de transport puisque la Russie impériale était un pays immense. En effet, « La question des distances et des voies de communication dans un vaste pays comme la Russie du XIXe siècle […] est au centre des préoccupations de l’État impérial, limité dans l’administration de son vaste territoire, alors même qu’il poursuit encore son expansion2. » Cette limite est aussi présente dans la quantité de ressource disponible au sein de l’État impérial russe. C’est pourquoi le Tsar met sur pied un vaste programme de chemins de fer, ce qui permet l’accès à de nouveaux points d’exploitation de ressources comme le charbon. Ainsi, « l’extraction du charbon prend un vif essor avec l’ouverture de nouveaux gisements […] et, en 1880, la Russie extrait 3 200 000 tonnes de houille contre 300 000 tonnes en 18603. » La mise sur place de ces politiques permet au pays d’augmenter rapidement son potentiel économique en plus de faire passer le pays au rang des puissances industrielles mondiales vers 18954.

Alexandre II et deux de ces enfants, Serge et Maria.
Alexandre II et deux de ces enfants, Serge et Maria. Source : https://www.wdl.org/fr/item/12900/

Mais cette augmentation du potentiel économique du pays ne se fera pas sans grand sacrifice. Le premier problème est que l’abolition du servage entraîne des problèmes dans le secteur agricole. En effet, l’émancipation des paysans a aussi causé une forte imposition sur eux. Or, « La somme totale des impôts que le paysan doit acquitter ne peut être couverte que dans peu d’endroits par le seul revenu de la terre et sans gains annexes, dans certains endroits […] la somme des impôts dépasse de cinq fois le revenu de la terre.5 ». Un autre problème causé par cette tentative d’industrialisation touche les chemins de fer. En effet, la Russie n’avait pas les ressources ni les moyens financiers pour la construction de son vaste système de chemin de fer et avait donc besoin de l’aide de pays étrangers. Bien que l’État russe souhaitait avoir le contrôle sur les négociations, « …ses fonctionnaires sont bien conscients qu’un échec serait grave pour le développement de l’empire… »6. L’État Russe fut donc obligé d’accepter les demandes des pays étrangers, la rendant ainsi dépendante envers eux. Enfin, malgré les efforts du Tsar, cette industrialisation ne permettra pas à la Russie de rattraper totalement son retard sur les autres pays européens puisque son industrialisation utilise des ressources de la première vague industrielle comme le charbon, alors que tous les autres pays européens utilisent des produits de la seconde vague, comme l’électricité.

On peut donc considérer que la Russie est un cas particulier puisque, malgré le fait qu’elle fût en mesure de faire une évolution industrielle, celle-ci n’a pas totalement réussi ses objectifs de permettre au pays de rattraper son retard sur les autres pays européens industrialisés, comme ce fût le cas pour l’empire Allemand qui commença pourtant son industrialisation au même moment.

Pour aller plus loin :

  • VERGARA, Juan Camilo. « La politique ferroviaire russe et les financiers étrangers : Les ambiguïtés d’un projet réformateur après la guerre de Crimée » Cahier du monde russe, Volume 55, No. 1-2 (2014), p.149-180
  • MARIE, Jean-Claude. La Russie de 1855 à 1956. Paris, Hachette éducation, 1997, 162 p.
  • RAEFF, Mark. Comprendre l’Ancien Régime russe : État et société en Russie impériale. Paris, Le seuil, 1982, 258 p.

  1. Jean-Claude Marie. La Russie de 1855 à 1956. Paris. Hachette éducation. P.15 []
  2. Juan Camilo Vergara. « La politique ferroviaire russe et les financiers étrangers : Les ambiguïtés d’un projet réformateur après la guerre de Crimée » Cahier du monde russe, Volume 55, No. 1-2 (2014), p.149 []
  3. Jean-Claude Marie. La Russie de 1855 à 1956. Paris. Hachette éducation. p.21 []
  4. Mark Raeff. Comprendre l’Ancien Régime russe : État et société en Russie impériale. Paris, le seuil, 1982, p.190 []
  5. Jean-Claude Marie. La Russie de 1855 à 1956. Paris, Hachette éducation, 1997, p.20 []
  6. Juan Camilo Vergara. « La politique ferroviaire russe et les financiers étrangers : Les ambiguïtés d’un projet réformateur après la guerre de Crimée » Cahier du monde russe, Volume 55, No. 1-2 (2014), p.164 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.