Résistance! Sabotage des infrastructures en Belgique sous l‘occupation (1941-1945) #5

Texte écrit par Guillaume Fisette

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’Allemagne nazie a envahi et placé sous occupation plusieurs des pays européens qui partagent une frontière avec elle. En mai 1940, c’est au tour de la Belgique de tomber et de subir le régime d’occupation de l’Allemagne. Le peuple belge, ayant déjà connu une situation à peu près identique pendant la première Grande Guerre, était cette fois-ci bien mieux préparé pour la résistance. 

Dès 1941, les Belges avaient déjà commencé à former des groupes et des organisations de résistance armée comme le Front de l’indépendance ou l’armée secrète1. Dans ces groupes, on organisait des assassinats de collaborateurs et des sabotages sur les infrastructures que les Allemands utilisaient. Dans ce billet, c’est sur cette deuxième activité de résistance que nous concentrerons notre analyse. Après une année d’occupation, les autorités allemandes aussi ont finalement pu mettre la main sur le contrôle de la Police générale du Royaume afin d’avoir un outil de maintien de l’ordre public sous leurs directions. C’est à travers les archives de rapports d’événements de la Police générale du Royaume pendant l’occupation allemande de 1941 à 1944 que l’on peut voir une multitude d’actes de sabotage qui se produisirent, spécifiquement dans la municipalité de Jumet, dans le grand Charleroi.

Cette ville fait partie de la Wallonie et est dans une zone francophone de la Belgique. Ceci devient important pour notre analyse dans le cas présent où la Wallonie voit nettement plus d’activité de résistance armée que la Flandre1. Les résistants vivant souvent dans la clandestinité, il est tout à fait normal qu’ils ne laissèrent pas de preuves de leurs actions et il est très intéressant d’utiliser les archives de police afin de voir les traces qu’ils ont laissées2.

En 1943, la résistance est beaucoup mieux organisée et financée. Le gouvernement de Belgique, exilé à Londres, soutient pleinement les mouvements de résistance en organisant de grands itinéraires afin de faire entrer de l’argent en Belgique occupée et financer les groupes de résistance2.

Le premier cas de sabotage à Jumet a lieu dans la nuit du 29 août où des individus, qui ne furent pas identifiés, ont placé un bloc d’arrêt sur le rail de voie ferrée3. Comme dit précédemment, il est grandement difficile d’identifier avec certitude les évènements que le policier considère du sabotage comme étant bel et bien des actes commis par des résistants. Dans le cas présent, le bloc d’arrêt a été pris et déplacé à environ 100 mètres de la station où il devait se trouver et n’a occasionné aucun délai de trains et aucun dommage.

On peut voir une explosion du nombre de sabotages pendant l’année 19442. Même dans une petite municipalité comme Jumet, l’activité des résistants augmente. Les forces alliées essaient de coordonner leurs efforts pour affaiblir et terminer le régime nazi. Le premier sabotage de l’année a lieu le 21 février 1944. Il s’agissait d’inconnus qui ont commis un attentat à l’explosif contre un important atelier d’électricité4. Les policiers croient que le propriétaire de l’atelier a été visé pour avoir collaboré avec les autorités allemandes. Dans ce cas de sabotage, le motif peut faire penser à l’Armée belge des Partisans. Ils auraient commis jusqu’à 850 homicides contre des collaborateurs1.

Le prochain sabotage a eu lieu dans la nuit du 11 juin 1944, où la maison d’un garagiste fut visée5. Les policiers ne semblaient pas faire le même lien que pour l’incident précédent quant au motif d’une telle attaque. Pour les policiers, toujours aucun suspect et aucun indice sur ces sabotages venant d’un ou plusieurs groupes de résistants organisés.

Ensuite, le 30 juin, les saboteurs ont encore tenté de ralentir les trains de la station de Jumet6, mais cette fois en sectionnant les fils des appareils de signalisation de la station de train. Le 19 août, ils retentèrent la même chose7, mais cela n’exerça aucune influence, ne causant aucun retard ou dégât.

Le 12 août, les inconnus tentèrent de faire exploser la cabine d’aiguillage près de la station de Jumet, mais ils échouèrent8. La cabine n’a reçu aucun dégât. Une semaine plus tard, le 20 août, probablement les mêmes personnes ont réessayé de détruire la cabine et cette fois, ils ont réussi à la faire exploser, de même que l’aiguillage9

Dans la nuit du 15 août, les saboteurs venèrent détruire les freins « Westinghouse » de 15 wagons et d’un fourgon, en plus de voler 34 tuyaux de caoutchouc10. Le 28 août, ils tentèrent de faire tomber un pylône de fils téléphonique à l’aide d’explosifs, mais encore une fois, ils échouèrent. Le pylône tint bon et la communication ne fut pas coupée11.

Finalement, il était fort intéressant de voir les potentielles traces des missions de sabotages accomplies par la résistance. Il est vrai et compréhensible que le désir des agents de la résistance de rester dans le secret et la clandestinité brouille un peu les pistes, mais, grâce aux recherches faites sur les archives des finances du gouvernement belge en exile à Londres, ont peut retracer les périodes actives des missions de la résistance. Les recherches montrent que le financement des groupes de résistance n’a pas réellement commencé avant 19432. Au cours de l’occupation, on constate l’escalade des tactiques que les saboteurs utilisèrent, mais la quasi-totalité de leurs attaques se concentrait à empêcher la pleine utilisation du chemin de fer par les Allemands. Après la libération, la population juge les agissements de la résistance comme trop moralement répréhensibles. La résistance belge ne recevra jamais la reconnaissance, d’autant plus que la mythographie semblable à celle de la résistance française et l’ensemble des mérites de la libération vont revenir aux troupes alliées1.

Pour aller plus loin

Article scientifique :

Ducarme, Bernard. « Le financement de la résistance armée en Belgique 1940-1944 », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 476-477, no. 11-12, 1970, pp. 1-62. Site internet : https://www-cairn-info.biblioproxy.uqtr.ca/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-1970-11-page-1.htm 

Maerten, Fabrice, « La Résistance en Belgique 1940-1944 », dans Le fort de Breendonk. Le camp de la terreur nazie en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale. Dossier pédagogique, 3e édition, Bruxelles, Racine/Démocratie ou Barbarie, 2006, p. 33-59, Site internet : index.php (cfwb.be) 

Archives : 

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièce 2

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièce 9

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièce 14

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièce 20

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièce 22

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièces 24 à 28

  1. Fabrice Maerten, « La Résistance en Belgique 1940-1944 », dans Le fort de Breendonk. Le camp de la terreur nazie en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale. Dossier pédagogique, 3e éd., Bruxelles, Racine/Démocratie ou Barbarie, 2006, p. 33-59 [] [] [] []
  2. Ducarme, Bernard. « Le financement de la résistance armée en Belgique 1940-1944 », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 476-477, no. 11-12, 1970, pp. 1-62 [] [] [] []
  3. Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 531 : pièce 2 []
  4. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 9 []
  5. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 14 []
  6. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 20 []
  7. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 25 []
  8. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 22 []
  9. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 26 []
  10. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 24 []
  11. Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 531 : pièce 27 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.