L’occupation mouvementée de la Belgique : résistance en parallèle avec la criminalité de droit commun #5

Texte écrit par Félix-Antoine Choquette-Lachance

La Seconde Guerre mondiale, qui dura de 1939 à 1945, fut marquée à ses débuts par les victoires foudroyantes de l’Allemagne nazie, qui occupa différents pays, tels que la France et la Belgique par exemple. Une collaboration active avec l’occupant s’engagea dans ces pays. Toutefois, une résistance s’est développée en parallèle, dans l’ombre de la clandestinité. C’est le cas de la Belgique, où la résistance fut particulièrement active. Elle était en parallèle avec la criminalité déjà existante, brouillant ainsi les pistes à savoir si une infraction commise était un simple crime ou un acte de résistance. En effet, à la lecture des archives que nous avons étudiées en classe, nous nous rendons compte qu’il y eut différentes techniques de sabotage contre les Allemands et que la criminalité a fortement prospéré durant cette turbulente époque pour la Belgique.  

Tout d’abord, ce que l’on apprend est qu’il n’existait pas un mais plusieurs réseaux de résistance.  Parmi eux se trouvaient les Partisans et les Milices patriotiques1 . Face à la dureté de l’armée allemande tenant sous son joug la Belgique, la résistance décida de privilégier la lutte armée et les attentats terroristes. Pour ce faire, différentes techniques apparurent afin de s’attaquer à l’occupation allemande (désigné sous l’euphémisme d’Ordre nouveau) et de voler les archives, documents et ravitaillement pour éviter que ces items importants ne tombent dans les mains de l’occupant. Par exemple, dans la pièce 9 du document 540, on apprend qu’il y a eu une entrée par effraction dans les locaux de la liaison communale de Luttre : « Ils ont volé ou détruit par le feu, tous les registres de population, des documents de l’État-civil, de la population, du ravitaillement et divers imprimés […] »2 . Ces actes de vol et de destruction des documents sur la population n’étaient pas isolés. En effet, c’était partout que ces actes avaient lieu. D’ailleurs, dans la pièce 13 du document 540, il est indiqué dans un rapport officiel que « L’établissement de pièces officielles et le contrôle de la population sont pour le moment très difficiles. »3. Tous ces actes de sabotage et de vols avaient donc pour but de compliquer la tâche des occupants allemands, chose qui fut un succès à long terme : L’Allemagne nazie a bel et bien été défaite au final.  

De plus, sous l’occupation allemande de la Belgique, le crime commun n’a pas cessé d’exister : « Ce sont surtout les vols, les pillages, les chantages et autres formes de fraude qui atteignent des chiffres jamais enregistrés. »4 La police belge était subordonnée à la Kreiskommandantur et devait indiquer à celui-ci l’acte illégal commis. À la fin de presque tous les documents, il est indiqué que « la police judiciaire, le parquet et la kreiskommandantur ont été avisés »5 du crime. Il est intéressant de noter que, malgré la rigidité de l’occupation, la criminalité a pris des tournures particulières : la famine et les pénuries guettant toujours, beaucoup de délinquants cambriolaient violemment des maisons et prenaient en otage ses occupants. La pièce 18 du document 532 montra un exemple fort éloquent : une femme prise en otage par des bandits voulant son argent. Sous la torture, elle finit par dévoiler l’emplacement et le montant de la somme d’argent : « […] Ils ont brûlé le mollet droit et la plante du pied droit avec du papier. La victime a alors dit que 5000 frs étaient cachés sous son lit […] »6 On remarque également que beaucoup de cultivateurs ont été visés par ces attaques violentes gratuites. Incendies criminels, menaces de mort, prises d’otage et cambriolages sont ainsi le lot commun des divers crimes commis à cette époque, ayant connu une forte prospérité dû aux pénuries et famines menaçant le pays. 

En somme, en lisant ces archives policières intéressantes parlant de l’occupation allemande de la Belgique, on peut apprendre à connaître les emplacements privilégiés des attaques de la résistance face à cette occupation. En effet, les vols et incendies d’archives, de documents de l’état-civil et de registres de la population dans les communes ont été des actes courants par la résistance, tout comme les attentats et les incendies. De plus, face aux pénuries et à la famine jamais bien loin, le crime de droit commun a beaucoup augmenté en intensité et en violence. Les prises d’otages, les cambriolages, les incendies criminels, les menaces de mort, les tentatives d’assassinat et les entrées par infraction à domicile représentaient des crimes communs. Tout cela démontre que ce fut une période violente et très chaotique non seulement pour la Belgique, mais aussi pour l’Europe et le monde entier. Les archives que nous avons analysées démontrent de manière méthodique et rigoureuse le témoignage des divers actes criminels durant cette période, tant par rapport à la guerre que par le droit commun. La guerre est ainsi un moment où l’on voit ceux qui s’illustrent et ceux qui représentent le pire de l’humanité. 

Pour aller plus loin

Ouvrage collectif

ARON, Paul et José GOTOVITCH, dirs. « Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique ». André Versailles éditeur, 25 février 2008 : 527 p. 

Archives

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 540 : pièce 9. 

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 540 : pièce 13. 

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 540 : pièce 16.

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 532 : pièce 18. 

Monographie

VERHOEYEN, Étienne. « La Belgique occupée de l’an 40 à la libération ». De Boeck Université, 1er janvier 1994 : 611 p. 

  1. VERHOEYEN, Étienne. La Belgique occupée de l’an 40 à la libération. De Boeck Université, 1er janvier 1994 : p. 334. []
  2. Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’évènements extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944), dossier 540, pièce 9. []
  3. Bruxelles, AGR, ibid., dossier 540, pièce 13 []
  4. Paul ARON et José GOTOVITCH. Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique. André Versailles éditeur, 25 février 2008 : p. 124. []
  5. Bruxelles, AGR. op. cit., dossier 540 : pièce 16. []
  6. Bruxelles, AGR. op. cit., dossier 532 : pièce 18. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.