Affameurs! Profiteurs! Intimidation et violence en Belgique occupée (1942-1944) #5

Texte écrit par Marc-André Béland

L’occupation de la Belgique par l’Allemagne nazie entre 1940 et 1944 est un exemple intéressant de résistance face à la subjugation par une puissance étrangère. L’opposition face à un envahisseur étranger n’a rien d’exceptionnel en soi, mais la vie dans un pays occupé pose de nouveaux enjeux en ce qui a trait au quotidien. Si on ne s’attend pas à ce que tous les citoyens prennent les armes contre l’ennemi, on juge tout de même que certains sont trop proches de «l’Ordre Nouveau» mis en place par les nazis. Il s’agit vraisemblablement du cas de plusieurs fermiers belges qui sont les cibles de différentes menaces et d’actes de violence entre 1942 et 1944. On accusait ces derniers de vendre leurs récoltes à des prix trop onéreux et de profiter financièrement de l’occupation ennemie. Ce court texte vise à examiner les rapports concernant les menaces proférées vis-à-vis ces fermiers. On peut présumer qu’une telle rancune envers les collaborateurs était présente dès les débuts de la guerre. Cependant, les traces d’actes d’intimidation contre les fermiers débutent en 1942 dans le fonds d’archive étudié. 

Il est fort probable que de tels actes soient plus récurrents à partir de 1942 pour plusieurs raisons. D’une part, comme mentionné plus haut, la Résistance belge était parvenue à s’organiser considérablement((Herman Van Der Wee et Monique Verbreyt. A Small Nation in the Turmoil of the Second World War: Money, Finance and Occupation (Belgium, its Enemies, its friends, 1939-1945), Louvain, Leuven University Press, 2009, p.337)). D’autre part, le régime d’occupation, face à une multiplication des actes de résistance, enchaina les actes de violence dans le but de maintenir son contrôle sur la population belge. On pense notamment à l’accentuation d’arrestations et d’exécutions d’otages par le régime nazi(( Marjorie Courtoy. «La question des otages en Belgique». Gaël Eismann et Stefan Martens, dir. Occupation et répression militaire allemands : La politique du «maintiens de l’ordre» en Europ occupée, 1939-1945. Paris. Autrement, 2007. p. 118. ))

Il y avait donc bel et bien raison d’être en colère contre les envahisseurs et quiconque avait l’air de profiter de «l’Ordre Nouveau». Il est donc intéressant de se pencher sur ce que les archives de la Police générale du Royaume sur le climat social dans ce contexte pour le moins tumultueux. Le 28 octobre 1942, un premier rapport de la brigade de Luttre fait état d’une lettre de menace à l’intention d’un petit fermier. Le rapport insiste sur le fait que si le fermier en question n’a rien de spécial, cette lettre de menace est représentative des méthodes et du climat d’intimidation que subissent les fermiers((Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 539 : pièces 9 à 11))

Le 7 novembre 1942, une lettre est envoyée à l’intention de plusieurs fermiers de la région de Fleurus. Cette dernière débute par «LA CLASSE OUVRIÈRE. s’adresse aux cultivateurs [sic]»((

 Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 535 : pièce 4  ))

. Cette missive est particulièrement intéressante, puisqu’elle est la plus longue et fait état de plusieurs réalités de l’époque. Premièrement, on ne peut passer sous silence le fait que la résistance devenait en quelques sortes une lutte de classe. Mentionnons par exemple que bon nombre de rexistes, des fascistes partisans du régime nazi, étaient soutenus par des entrepreneurs et des bourgeois((Peter Geyrman et Katherine Roneau-Bradbeer. « Belgian Government Policy and the Petite Borgeoisie ». Contermporary European History, vol.5, no 3 (November 1996). P. 320)). Les ouvriers se retrouvent en 1942 appauvris et affamés par de longues années de guerre. Il n’est donc pas surprenant de constater que la lutte prend une dimension de classe et que nombreux communistes figuraient parmi les groupes de résistants. Il faut cependant mentionner que les résistants provenaient d’horizons multiples((VANDENBUSCHE, Robert. «Introduction problématique – La Résistance: un engagement». L’engagement dans la Résistance (France du Nord – Belgique). Robert Vandenbusche, dir. Villeneuve d’Ascq. Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003. p. 10)). De nombreux patriotes, démocrates et antifascistes de toutes sortes prirent les armes contre l’envahisseur. 

La brigade de Fleurus fait aussi état de deux autres lettres signées envoyées à des fermiers. L’une, aussi envoyée le 7 novembre 1942, est signée par «l’Association des Vengeurs Vences»((Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 535 : pièce 7)). L’autre lettre est envoyée le 29 décembre 1942 et est signée par «Le chef d’une organisation secrète»((Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 535 : pièce 9  )). S’il est plus difficile de déceler l’allégeance politique de l’auteur de ces lettres, il s’agit indéniablement de la manifestation de la frustration populaire contre des propriétaires terriens jugés trop avares. La réalité derrière ces accusations ne peut être confirmée ou infirmée à la lecture seule de ces lettres. Cependant, la colère du peuple était bien réelle. Une autre lettre de menace est trouvée en novembre 1942 à Gosselies. Il s’agit d’un dénommé Fernand Genaux qui est la victime d’intimidation cette fois-ci. Son crime? Il aurait refusé de donner de la farine pour nourrir son propre frère fait prisonnier de guerre((Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 532 : pièce 3 )). Cette lettre témoigne de la façon dont le manque de solidarité envers les autres victimes de la guerre était perçu comme un affront à la nation.  

De retour à Luttre, une nouvelle lettre est envoyée en avril 1943 à un dénommé Ernest Deprez. Les signataires, «un groupe d’affamés», promettent à ce dernier qu’il aura à rendre des comptes pour son égoïsme une fois la guerre terminée((Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 539 : pièce 15 )). Le rapport fait état du fait que Deprez pourrait être considéré comme un sympathisant de «l’Ordre Nouveau»(( Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 539 : pièce 14 )). Il faut comprendre le sens de ce message : il s’agit de la promesse d’une épuration future alors que la libération était en vue. 

Toujours à Luttre, le 4 septembre 1943 au matin, des affiches menaçant les fermiers et les marchands sont placardées dans le village. On peut considérer que cette affiche démontre l’évolution des groupes de résistants. En effet, elle comporte une demande précise : quiconque vend un sac de froment à plus de 1000 francs le sac retrouvera sa maison incendiée((Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 539 : pièce 2)). Cette affiche est signée par l’Armée blanche. Il s’agit sûrement là d’une référence à la Brigade blanche, un des groupes de résistants belges les plus connus. Bref, les mouvements résistants se faisaient de plus en plus revendicateurs. 

En terminant, il est intéressant de se pencher sur l’épuration à venir. Nous avons présenté plusieurs menaces faites par des résistants ou tout simplement des paysans en colère. Grâce à ces rapports de police, on constate qui sont les cibles de la haine populaire et il y a fort à parier que ces derniers seront les premières victimes de l’épuration. Si l’on avait à définir le profil de ces figures de la haine à la lumière des quelques rapports étudiés, on pourrait dire qu’ils sont proches de «l’Ordre Nouveau», qu’ils paraissent plus aisés que le reste de la population et qu’ils ne sont pas assez ouvertement patriotiques. 

Le 30 juillet 1944, à quelques mois de la libération de la Belgique et près de deux mois après le débarquement des Alliés en Normandie, les résistants se sentaient assez en confiance pour débuter d’avance l’épuration et assouvir leur soif de vengeance. À Fleurus, Alphonse Poucet, le chef du mouvement rexiste local, fut tué par balles chez lui(( Bruxelles, AGR. op.cit. dossier 536 : pièce 44)). Bref, si toutes les menaces n’étaient pas nécessairement fondées, leur nature et leurs cibles permettent de mieux comprendre les tensions et la violence qui prévalait dans la société occupée. Difficile de savoir si les victimes de la hargne populaire étaient des couards partisans du fascisme ou simplement des innocents visés par un mouvement de foule. Par contre, on comprend comment le peuple belge concevait la justice populaire lors des dernières années de l’occupation. 

Pour aller plus loin

Bibliographie

Monographies

VAN DER WEE, Herman et Monique VERBREYT. A Small Nation in the Turmoil of the Second World War: Money, Finance and Occupation (Belgium, its Enemies, its friends, 1939-1945), Louvain, Leuven University Press, 2009, 490 p.

Ouvrages collectifs

VANDENBUSCHE, Robert. «Introduction problématique – La Résistance: un engagement». L’engagement dans la Résistance (France du Nord – Belgique). Robert Vandenbusche, dir. Villeneuve d’Ascq. Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003. p. 9-12. 

DEBRUYNE, Emmanuel et Adeline REMY. «Les réseaux belges et leurs finances 1940-1944». La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944). Robert Vandenbusche, dir. Lille. Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009. p. 113-158 

COURTOY, Marjorie. «La question des otages en Belgique». Gaël Eismann et Stefan Martens, dir. Occupation et répression militaire allemands : La politique du «maintiens de l’ordre» en Europ occupée, 1939-1945. Paris. Autrement, 2007. p. 104-125. 

Article scientifique

GEYRMAN, Peter et Katherine RONEAU-BRADBEER. « Belgian Government Policy and the Petite Borgeoisie ». Contemporary European History, vol.5, no 3 (November 1996): 319-356

Archives

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 532 : pièce 3

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 534 : pièce 5

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 535 : pièces 3 à 9

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 536 : pièce 33

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 536 : pièce 44

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 539 : pièces 9 à 11

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 539 : pièces 14 à 15

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type ‘’Modèle 5’’ (1941-1944), dossier 539 : pièce 26


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.