Les vols sous l’Occupation allemande en Belgique #4

Texte écrit par Alexandra Gauvreau, Sophie Béland et Nathanaël Billon-Grand

Pour ce travail, nous avons décidé de retenir les rapports qui ont été produits sur des vols. Ces crimes ont été commis entre 1942 et 1944. Pour la grande majorité, ce sont des vols de nourriture et d’argent. Ce sont régulièrement des bandes organisées qui agissent à plusieurs pour l’efficacité et la quantité. L’on peut observer que la police intervient après les actes ou pendant. Toutefois, il est rarement mention d’arrestation, de meurtre ou de blessé dans les rapports de police. Est-ce parce qu’il y en a eu très peu ou bien que les policiers ont décidé de ne pas les inscrire? Il est également possible de constater une récurrence sur le type d’arme utilisé dans les vols. Dans la majorité des cas, ce sont des pistolets ou des poignards qui sont utilisés afin d’inciter les victimes à collaborer. Dans un premier temps, nous allons approfondir les rapports de police que nous avons recensé. Puis nous allons élaborer sur les motivations qui ont incité certains individus à voler autant de timbres de ravitaillement et la nourriture en période de la guerre.

Les archives

Les dossiers de police 531, 532 et 541, se situent dans les années 1943 et 1944, soit vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans ces rapports, nous en avons recensé 16 qui sont en lien avec des vols. Les motifs des vols sont divers. Il y a treize vols d’argent, un vol d’essence, un vol d’arme et un vol de timbres de ravitaillement. Il est donc possible de constater que dans cette partie des sources le vol d’argent est un motif beaucoup plus important que le vol de nourriture ou de timbres de ravitaillement. Aucun individu n’a été arrêté dans ces rapports de police et aucun meurtre n’a été commis. En général, les hommes qui commettent ces crimes sont armés soit de pistolet, de mitraillette ou de poignard. Dans les rapports du document 531, la majorité des vols sont commis le matin, tandis que dans les documents 532 et 541, les vols sont commis le soir.

Les rapports effectués dans les sections 533, 534, 535 et 536 portent sur la période entre 1942 et 1944. Au total, celles-ci cumulent 22 rapports de vol à main armée. Il faut noter qu’une majeure partie de ces vols ont été effectués pour voler de la nourriture et des biens nécessaires à la vie, comme un des rapports indique que quelqu’un a volé des souliers durant son pillage. Il n’y a seulement que quelques vols qui ont visé uniquement l’argent. Les boulangeries et les bureaux de poste sont les lieux non résidentiels visés, où il peut être observé que les timbres de ravitaillement étaient visés, que cela soit dans les bureaux de poste ou les maisons. Beaucoup de rapports notent que la victime du vol ne se laisse pas abattre, tentant souvent de repousser les agresseurs. Plusieurs mentions de la présence de l’armée blanche sont faites, dont un vol en particulier où les individus se sont déclarés membres du groupe, et ont visé un bureau de ravitaillement pour avoir l’horaire de livraisons de foin et sont partis avec la machine à écrire. La véracité de leurs propos n’est pas confirmée. Les perpétrateurs sont majoritairement armés de pistolets, et une certaine partie d’entre eux partent à vélo.

Autre que l’armée blanche qui revient dans quelques rapports, deux autres rapports ressortent où certains individus se présentent comme étant des officiers SS venus perquisitionner, mais la présence d’alliés habillés en civils suggère une certaine faille dans leur crédibilité.

Dans chaque section, l’heure des vols varie entre le matin, l’après-midi et le soir ou la nuit. La plupart se passent en soirée, voire avant minuit lorsqu’il s’agit de vols dans des domiciles. Cependant, les vols aux commerces et aux bureaux de poste se font typiquement dans la journée, vers l’après-midi, en général dans les plages horaires lorsqu’ils sont ouverts au public.

Les archives 537 à 540 possèdent beaucoup de cas de vols, notamment à main armée. Une seule fait exception : l’archive 537. Il n’y a qu’un rapport évoquant un vol et il est à main armée. Le rapport explique que trois individus sont entrés vers 00h30 le 25 septembre 1943 avec effraction dans une maison et ont menacé une résidente avec un révolver afin de voler une somme de 1850 francs. C’est la brigade de Fresnes-lez-Gosselies qui a été prévenue et est intervenue.

L’archive 538 quant à elle possède plus de données concernant des vols. On en dénombre 6, tous à main armée. 4 d’entre-deux se sont produits dans des fermes, l’un est une tentative de braquage dans un bureau de poste et l’autre une attaque sur un garde champêtre. Dans le cas des premiers vols dans les fermes, les voleurs ont emporté plusieurs sommes d’argent. Aucun blessé n’est à dédommager. Le vol dans une ferme du 17 août 1944 a grimpé. Les voleurs ont fait feu sur les gendarmes, ces derniers ont répliqué et ont abattu un des voleurs et blessé un autre. Trois autres ont été arrêtés tandis que les deux derniers ont réussi à s’enfuir. C’est le seul vol du dossier 538 qui possède un rapport avec une escalade de la violence. Le dernier vol dans une ferme est un vol de plusieurs montres et d’un fusil de chasse, ce qui serait le motif du vol selon le rapport. Il s’est produit le 25 août 1944. Pour finir avec l’archive 538, l’un des vols a été commis sur le garde champêtre. Il a été désarmé et les voleurs se sont enfuis avec son arme et des cartouches. Dans le cas du bureau de poste, les trois individus ont tenté de le braquer, mais la police est arrivée vite et ils se sont échappés.

L’archive suivante, qui est la 539, ne possède que 4 vols. Parmi ces vols, 3 concernent de la nourriture. Le 20 novembre 1942, plusieurs individus ont dérobé des timbres de ravitaillement après avoir désarmé les gardiens. Dans la nuit du 15 au 16 mai 1943, 6 hommes armés ont ligoté un fermier puis ont abattu et dépecé une vache, volant ainsi 200 kg de viande. Toujours dans le vol de nourriture et dans des fermes, le 5 septembre 1943 des personnes ont volé plusieurs fermes à la suite. Ils sont repartis avec une somme importante d’argent et plusieurs kilos de vivre. Le dernier vol s’est déroulé le 15 septembre 1943, 4 personnes ont volé 10 000 francs dans une maison.

L’archive 540 possède plusieurs cas de vols. Il serait inutile et long de les décrire un par un. Beaucoup ont été à main armée. On possède plusieurs cas de vol de nourriture, d’argent. Par exemple, le 2 janvier 1944, un marchand de beurre s’est fait voler. Tous ces vols se sont déroulés à Luttre, proche de Charleroi. La brigade responsable était régulièrement occupée. Les vols se sont faits en 1944.

Timbre de ravitaillement
Crédit : https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/juguler-le-marche-noir.html

Les vols expliqués

Les vols sont intéressants à étudier durant les périodes de crise, car ils peuvent montrer par leur nombre et leur récurrence les problèmes d’approvisionnement, de famine et de sécurité dans une société. Dans le cas présent, c’est la Belgique qui est occupée par l’Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Comme tous les pays européens, la Belgique fait face à des problèmes de ravitaillement et de rationnement. La population est donc affamée et doit faire de longues queues devant les boutiques de vivre et de produits essentiels. Cela amène donc certaines personnes dans ces temps incertains à voler ce dont ils ont besoin pour pouvoir vivre (nourriture, timbre de ravitaillement, argent). Mais d’autres volent pour revendre sur le marché noir. « La canaille […] profite des circonstances pour piller les magasins.1 » Durant les années de guerre, c’est une bataille entre les autorités et les voleurs. Beaucoup de gendarmes et de moyens sont déployés pour faire face à ce trafic, mais les efforts sont multipliés vers 1942-1943 :

Submergées par la vague énorme de règlements de comptes, incendies volontaires, vols et pillages qui provoquent, dès 1942-1943, une psychose d’insécurité, les autorités mettent en premier plan leur intérêt pour la fraude et la contrebande. Tous les services de police, et surtout la gendarmerie, seront orientés dorénavant vers la lutte contre le terrorisme.2

Ce sentiment d’insécurité se traduit donc par un renforcement des forces de l’ordre. On peut donc y voir une multiplication des rapports sur les vols entre 1942 et 1943, ce qui se poursuit jusqu’à 1944. Les policiers mettent l’emphase notamment sur les vols et sont plus vigilants. On comprend que les rapports soient plus nombreux, car il y avait plus de personnels sur la lutte contre le banditisme et plus de vols avec le manque de ravitaillement.

On peut se demander si les actes de vols sont effectivement que pour le marché noir et le trafic ou si c’est à destination de la résistance. Dans son livre, Willy Van Geet se demande : « Comment faire la distinction entre la criminalité ordinaire et les actes de la Résistance ?3 » Les gendarmes ne précisent pas dans leurs rapports à qui sont affiliés les bandits. Dans les deux cas, l’acte doit être sévis et réprimé selon l’Allemagne. Si le gendarme essaie de faire la distinction, il prend le risque de se faire arrêter et déporter4. Il est donc difficile de savoir au travers des rapports le motif d’un vol, on ne possède que le butin et la manière dont s’est déroulé le vol.

La famine et le marché noir ainsi que la Résistance montrent que les vols sont nombreux durant cette période. La population est dans une insécurité alimentaire, les Allemands réquisitionnent pour le front russe et les résistants cherchent à s’approvisionner pour leur combat et pour la Libération.

Fanfare gendarmerie belge
Crédit : https://gendarmes.hypotheses.org/220

Conclusion

Après cette analyse, il nous est possible de constater que le vol de timbres de ravitaillement et de nourriture est fréquent en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme nous l’avons expliqué plus haut, les actes de banditisme lié aux timbres de ravitaillement sont généralement faits dans un but lucratif. Les gens les revendent sur le marché noir ou alimentent clandestinement la résistance. Le vol de nourriture quant à lui est surtout lié à la famine et à l’insécurité alimentaire due à la crise. Est-il possible d’en conclure que les tensions poussent à la criminalité?

Pour aller plus loin

CHARON Arnaud, AMARA Michaël. Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements  extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944), série Inventaires Archives générales du Royaume n°684, publication n°6207, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2021.

VAN GEET Willy. La gendarmerie sous l’occupation. Belgique, Éditions J.M. Collet, 1992. 203 p.

  1. Willy Van Geet, La gendarmerie sous l’occupation, Belgique, Éditions J.M. Collet, 1992 : p. 96. []
  2. Ibid., p. 106-107. []
  3. Ibid., p. 109. []
  4. Ibid., p. 110. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.