L’efficacité de la police #3

Texte écrit par Justin Chauvette 

Étudier la police implique de comprendre les tâches, leurs rôles et ce qu’est la sécurité. Selon la temporalité, la géographie et les acteurs sociaux, la définition de sécurité ou d’insécurité tend à changer. Au début du 20siècle, les polices occidentales se réforment pour se moderniser à la société. Nous sommes alors en droit de se demander ce qu’est l’accession à la modernité. Est-ce que la police assure adéquatement la sécurité en toute objectivité ?

Dans notre recherche, à l’aide de Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”, nous nous intéressons au rôle de la gendarmerie belge sous l’occupation allemande. Plus précisément, voyant l’occupation de 1942 comme un moment de paroxysme au niveau de la sûreté policière, nous prêterons attention aux dossiers se situant entre 1942-1943.  Que fait la police ? Est-elle efficace ? Il est important de prendre en compte la situation en Belgique de 1942 à 1945. À partir de l’automne 1942, la relation entre la Belgique et l’Allemagne change complètement.1 Ainsi, l’Allemagne mettait en place l’instauration du travail obligatoire. De ce fait, les populations belges prenaient mal cette décision. Parmi ces travailleurs, plusieurs décidaient de rejoindre la résistance. C’est à partir de 1944 que ces actes augmentent et se diversifient. Cependant, ce qui nous intéresse ici est la police et non les actes de résistances. Afin de comprendre la police sous l’occupation, il faut prendre en compte les différents types d’actes de résistances. Il est évident que pour un attentat bien orchestré, il y avait des chances à ce que les polices trouvent moins de pistes, tandis que pour certains vols, il était plus facile pour le policier d’enquêter à l’aide de sources orales.

En Belgique, nous retrouvons deux fonctions de polices : la police administrative et la police judiciaire.2 Dans le premier groupe, les policiers agissaient sous les ordres du bourgmestre. Son rôle était de prévenir le crime en permettant des arrestations. À partir de 1942, plusieurs changements résultaient à des discordes entre la police belge et la police allemande. Ce n’était qu’après le décret du 6 octobre 1942, ordonnant le travail obligatoire, que la police se montrait réfractaire aux ordonnances allemandes. De même que le lieutenant-colonel Boute, commandant de la gendarmerie, montrait son désaccord au secrétaire général de l’intérieur (Gérard Romsée). Aussi, il recevait le soutien du lieutenant-colonel Emiel Van Coppenolle, chef de la PGR3 . D’un côté, les gendarmes recevaient l’ordre d’aider les Allemands à arrêter les citoyens belges qui ne respectaient pas les nouvelles lois et d’un autre côté, le procureur du roi interdisait à la gendarmerie de pouvoir arrêter des réfractaires puisqu’aucune loi ne l’autorise.3 Cette situation, malgré sa courte durée, démontrait les limites du contrôle allemand sur la police belge. Malgré leurs obligations, la police restait assez tiraillé. On peut se demander comment elle faisait pour gérer cette discorde administrative. Les discordes observées précédemment et les rapports de police résultent sur des questionnements tels que les retards répétitifs sur des interventions, comme si la police laissait faire volontairement les résistants. Se spécialisant dans l’information à propos des milieux « terroristes », la PGR contrôlait la gendarmerie et les polices communales. Donc, elle s’occupait de l’administration de ces deux services de sécurité. De cette manière, les rapports nous permettent de comprendre les moyens de communication entre les deux organisations.

Dans le dossier 532, au sein de la commune de Charleroi, au poste de Gosselies, on y observe plusieurs incendies. Certains dossiers démontrent que la police était plutôt active. Par exemple, le 5 novembre 1942, un policier remettait un rapport mentionnant que : « La gendarmerie en patrouille à Mellet a constaté l’incendie à 23 heures […] »4 . Pour la brigade de Fleurus, le 2 octobre 1942, c’était un attentat contre une usine de charbonnage5 . Dans ce constat, une trentaine d’individus se rendaient dans les installations de charbonnage dans le but de faire exploser l’usine. Ils ont ligoté trois gardes et deux gendarmes. En patrouillant à deux heures du matin, ces gendarmes s’étaient fait apostropher par lesdits « terroristes ». Par ailleurs, l’autorité allemande pour les enquêtes n’était pas présente avant 1942 et leurs informations supplémentaires aux rapports de police rendent davantage pertinent notre questionnement sur ces discordes. Par exemple, nous relevons la mention dans l’un de nos constats : « La gendarmerie enquête. Le parquet est sur les lieux ainsi que l’autorité allemande […]»5 . De ces multiples remarques, nous pouvons spéculer deux conclusions. La police s’occupait de patrouiller les différents secteurs considérés comme « à risque ». En plus, la quantité de policiers ne correspond pas toujours au besoin. À la lecture des différents constats, nous pouvons constater que la communication entre les Allemands et la police n’était pas fréquente. Elle semble dépendre des policiers au poste. Le 6 décembre 1943, à la suite d’un vol de céréales à main armée, nous pouvons lire que les gendarmes ont averti les Allemands de ce vol6 . Ensuite, le 14 décembre 1943, pour un autre vol à main armée, la police transmettait les informations par téléphone aux Allemands7 . Enfin, à la suite d’un attentat contre une dame, les autorités occupantes ont été averties par téléphone8 . Ces exemples sont les seuls recueillis parmi tous les comptes rendus entre l’automne 1942 et 1943 dans la brigade de Fleurus. Nous pouvons en conclure qu’à la suite des événements du 6 octobre 1942, ces gendarmes effectuaient une vraie distinction entre l’aide procurée aux Allemands et d’assurer une loyauté envers leur métier.

Néanmoins, le rôle de la police n’était pas seulement d’arrêter lesdits « criminiels », mais, aussi, de prévenir l’insécurité. Dans le dossier 535, les dix archives se situant entre 1942 et 1943, à l’exception de la première, sont réservées à des plaintes provenant de fermiers. On peut donc lire différentes menaces portées contre les cultivateurs. En revanche, à la troisième page, nous pouvons lire une lettre de prévention des policiers envers les agriculteurs qui vendaient à des prix illicites9 . Par conséquent, le rôle des policiers n’était pas seulement d’intervenir lorsque des crimes prenaient place, mais, aussi, de les prévenir. Dans les situations d’incendies, la police se retrouvait rapidement dépassée par les événements. Dans la brigade de Frasmes-les-Gosselies, sur cinq dossiers entre l’automne 1942 et l’hiver 1943, quatre sont à propos d’incendies et un seul concernant un vol d’armes. Toutefois, cette brigade ne semblait pas contacter l’autorité allemande à la suite d’événements. Dans le cas du vol, les cinq armes provenaient des Allemands qui étaient logés dans la maison communale de Liberchies10 . Considérant qu’ils ne contactaient pas les autorités occupantes après les interventions et qu’il y avait des désaccords entre Allemands et Belges, peut-on supposer que certaines brigades permettaient aux résistants de s’équiper ?

Dansla brigade de Luttre, on y retrouve des cas beaucoup plus diversifiés. Sur quatorze comptes rendus de police entre l’automne 1942 et l’hiver 1943, sept cas étaient des incendies criminels, trois cas étaient des tentatives de vols et d’attentats ainsi que quatre étaient des lettres de menaces. Ce qui est intéressant à propos de ces comptes rendus est la présence du Kreiskkommendantur qui était la police allemande. En fait, la première situation où elle apparaît, c’est le 12 octobre 194211 . À la suite d’une explosion dans un arsenal des chemins de fer, la police belge avait contacté la gendarmerie et les autorités allemandes. Ensuite, ce n’est que le 20 novembre 1942, à la suite d’un vol à main armée pour des timbres que la police contactait l’autorité allemande12 Donc, la brigade de Luttre n’était pas proche des Allemands, autant que l’étaient les autres brigades durant cette même période. Est-ce que cette situation s’expliquerait par une présence moindre des autorités occupantes dans la commune de Charleroi? Sinon, on pourrait se questionner sur les raisons qui poussaient cette région à ne pas communiquer suffisamment avec les Allemands.

 Enfin, le rôle de la police ne se résumait pas qu’à intervenir lors des crimes. À l’occasion, elle prévenait le crime en tenant compte des lettres de menace, mais, aussi, en patrouillant. L’efficacité est à remettre en question puisque la majorité du temps, les gendarmes arrivaient en retard sur les lieux du crime. Comparé à l’armement des criminelles, le policier était équipé d’un pistolet et d’un vélo de manière générale. Face à des mitraillettes ou des groupes de plusieurs personnes, l’équipe de deux policiers pouvait finir rapidement ligotée5 . En reprenant ces idées, on peut se demander si le manque de présence des polices au moment du crime s’explique par un manque de vigilance ou c’est l’issu d’une décision volontaire. Les désaccords du 6 octobre 1942 amènent à se questionner sur ces propos. Comme nous pouvons le remarquer dans les différents exemples qui précèdent, la gendarmerie oubliait régulièrement de communiquer avec les autorités allemandes.

En conclusion, les actes de résistances au sein de la Belgique durant la Deuxième Guerre mondiale sont divers. La résistance ne se résumait pas qu’à des petits actes de violence. Parfois, on y retrouve des attentats, des vols et la majorité du temps des feux de granges. Cette résistance est importante à prendre en compte. En fait, au paroxysme de sa brutalité, elle permet de comprendre les enjeux policiers autour de cette confrontation. Cette gendarmerie belge, dont les Allemands avaient prétendument le contrôle, n’effectuait pas d’arrestations toujours efficaces. Prenant compte que les policiers étaient de la même nationalité que les résistants, ils devaient choisir entre protéger leur patrie ou s’allier à l’ennemi. Au prisme de cette étude sur les actes de résistances et les réactions policières, notre étude porte aussi l’histoire sociale concernant les liens qui unissent la Belgique. Certes, certaines études démontrent que les résistants n’étaient pas que des gens bien intentionnés. Ils n’étaient toutefois pas de « véritables » criminels. Ainsi, cette courte étude de l’histoire policière et criminelle tend à devenir une grande histoire sociale de la Belgique sous l’occupation allemande durant la Deuxième Guerre mondiale.

Pour aller plus loin

BAILLY, Michel. « Guerre 40-45, la région de Charleroi sous l’occupation : polices, clandestinités, culture(s) ». https://www.lesoir.be/art/guerre-40-45-v-la-region-de-charleroi-sous-l-occupation_t-19910111-Z03H76.html. Le Soir, mise à jour le 11 janvier 1991, consulté le 11 avril 2022.

MAJERUS, Benoît. « Logiques administratives et persécutions anti-juive, la police bruxelloise et les arresttaions de 1942 ». Bruxelles et la question juive, n.12 (2003). 182-216.

TAMAR, Cachet. « La répression judiciaire allemande en Belgique occupée ». BelgiumWWII, https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/la-repression-judiciaire-allemande-en-belgique-occupee.html. Mise à jour en 2022, consulté le 30 mars 2022.

VAN GEET, Colonel Willy. La gendarmerie sous occupation. Braine-l’Alleud, Éditions J.M Collet, 1992. 203 p.

 

  1. Cachet Tamar, « La répression judiciaire allemande en Belgique occupée », BelgiumWWII, https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/la-repression-judiciaire-allemande-en-belgique-occupee.html. []
  2. Benoît Majerus, « Logiques administratives et persécutions anti-juives, la police bruxelloise et les arrestations de 1942 », Crime, histoire et sociétés, n.12 (2003), p. 194. []
  3. Colonel Willy Van Geet, La gendarmerie sous occupation, Braine-l’Alleud, Éditions J.M Collet, 1992, p. 90. [] []
  4. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 532, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Gosselies, n. 1263, 5 novembre 1942. []
  5. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 535, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 907, 2 octobre 1942. [] [] []
  6. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 535, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 44, 6 décembre 1943 . []
  7. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 535, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 46, 14 décembre 1943 []
  8. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 535, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 51, 31 décembre 1943. []
  9. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 535, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 918, 7 novembre 1942 []
  10. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 537, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Frasmes-les-Gosselies, n. 800, 25 avril 1942. []
  11. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 539, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Luttre, n. 46, 28 octobre 1942. []
  12. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 539, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Luttre, n. 52, 21 novembre 1942. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.