Les interprétations des archives policières concernant les mouvements de résistance #3

Texte écrit par Victor Delair

Face à ces nombreux exemples d’actes de résistance (billet 1), qualifié de terroristes, il est primordial de comprendre le contexte temporel et politique dans lequel agissaient les acteurs, questionner leurs motivations et l’efficacité de leur champ d’action. C’est pourquoi nous proposerons d’interpréter ces procès-verbaux de type “Modèle 5” fournis à la PGR dans la circonscription de Charleroi. Par cette analyse, nous nous intéresserons aux différentes endroits que visent les résistants belges. De cette manière, nous aurons une idée générale des principaux endroits que visent les « terroristes ». Certes, les actes de résistances peuvent se confondre avec les actes de « vrais » criminels, mais ici nous analyserons les archives d’une manière plus générale en incluant tous les actes sous la bannière de « terroristes ».

Ainsi, nous avons analysé les actions de résistance, puisqu’il s’agit en réalité presque uniquement de cela dans ces rapports d’actes qualifiés de « terroristes » sur cette période. Comme nous l’avons évoqué précédemment, la Police générale du Royaume était missionnée de surveiller les organes de police du pays et également, les « […] services de ravitaillement […]1 » à partir de 1943. On comprend alors la raison pour laquelle une bonne partie des archives traite de lieux stratégiques de ravitaillement, qu’il s’agisse de gares, de wagons et de chemins de fer de la SNCFB, de granges et de champs, d’usines manufacturières ou bien de menaces aux propriétaires d’exploitations collaborants. Effectivement, nous savons que ces lieux représentaient des endroits stratégiques pour saboter les plans d’exportations de l’armée allemande et donc, ralentir la production et leur progression à travers les divers populations de l’Europe.

Par ailleurs, dans la même mesure, les nombreuses tentatives d’assassinats et lettres de menace fournies à des agriculteurs exportant à l’ennemi allemand nous font part d’une résistance à la forme plutôt organisée, exerçant parfois même une contre-autorité à la police locale. Notamment, nous avons relevé des vols et des incendies visant, par exemple, les registres de population dans la ville de Luttre à deux reprises2 . Ces derniers témoignaient d’une structuration du mouvement résistant autour d’une solidarité entre les auteurs, détruisant les condamnations judiciaires et l’identité en mairie des fichiers pour effacer les traces de leurs actions. Nous le savons, malgré de nombreux emprisonnements, les résistants en Belgique comme en France et dans le reste de l’Europe avaient su contrecarrer les systèmes d’informations et de renseignements au service de l’Allemagne. Cependant, nous remarquons qu’il n’y a la présence que de plusieurs actes de résistants belges dans ces archives. Comme relève la présence d’un nombre important de vols à main armée, certains actes criminels relevaient davantage de trafic de contrebande ou d’actes de résistance isolés. D’ailleurs, les denrées alimentaires telles que le beurre ou le fromage subissaient un rationnement très important pour éviter d’avoir affaire à une pénurie en Belgique. Par conséquent, leurs vols correspondaient davantage à un besoin individuel de revente à profit pour des produits du marché noir.

À la suite de cette présentation générale des différents milieux propices à la criminalité, nous allons analyser les caractéristiques autour de cette criminalité, mais au sein de la brigade de Charleroi. Ainsi, le 28 février 1944, la police décrit que « cinq individus, dont un masqué et une armée, se sont présentés à Gosselies »3 . Après avoir été reçu par le propriétaire du magasin, à 19h45, l’un d’eux a reçu un coup de couteau, ce qui a causé leurs fuites. En s’enfuillant, la police indique qu’ils ont laissé un « pistolet marque F.N. n.560295, calibre 6.35 »4 . Pour cette même brigade de police, le 18 juin 1944, à 23h15, trois hommes entrent en « tenues de S.S. »5 . Ceux-ci possèdent une matraque, un fusil de guerre et un pistolet automatique4  . Le 21 juin 1944, à 17h15, quatre individus armés de chacun un pistolet automatique ont assaillis un garde champêtre S.M.E.T.S.6 . En même temps de faire distribuer des documents par ce garde, ils en profitent pour lui voler son arme automatique et deux cartouches de balles. Le 22 juin 1944, 23 juin 1944 et 27 juin 1944, nous retrouvons la présence d’armes et de costumes de l’armée allemande en possession des « terroristes ».7 .

Pour tous les cas, nous remarquons que les vols arrivent en soirée. La majorité se situe proche de l’heure du souper. Toutefois, une archive se démarque des autres. En effet, la police rapporte le 10 juillet 1944 que durant la nuit, à 00h45, trois individus armés de pistolets ont pénétrés dans la maison de M. Émile Burny.8 . Ils sont entrés en lançant un moyeu de roue dans la fenêtre du fils de M. Burny. Ils lui tirent une balle dans le dos et dans le côté droit de la poitrine. Le père, a reçu pour sa part, une balle proche de l’arcade sourcilière et une dans sa tête. De plus, ils auraient taper à coup de barre sur la tête de M. Burny. Aucune information n’indique pas s’ils sont morts, mais nous pouvons nous douter que les blessures sont très graves. Ce sont les voisins qui auraient observé une lampe de poche, mais le drame est remarqué beaucoup plus tard en soirée par la police. Ceci nous confirme la nombreuse présence d’armes à feu et d’armes blanches dans ces situations de « terrorisme ».

Nous concluons en soulevant que la Belgique abritait en son sein une véritable force de résistance, parfois organisée tel qu’en témoigne la dimension nationale qu’a pris le corps résistant de la « Brigade blanche » durant toute l’occupation9 . Indirectement, les archives nous laissent en effet imaginer le mouvement et la réflexion guidant chaque type d’acte de sabotage ou de menace, auquel il serait incorrect d’accorder un caractère personnel et isolé. Du côté des « terroristes », ils se retrouvent être bien armés face aux commerçants et aux fermiers. Les attaques sont bien réfléchis, puisque situé en soirée. Donc, nous pouvons conclure sommairement que la criminalité sous l’occupation allemande est bien organisée face à la police qui ne semble pas suffire de l’équipement nécessaire pour y faire face10 . En ce sens, notre analyse se déplacera désormais du côté de la police, où nous contesterons l’efficacité de la réponse coercitive et administrative exercée par les différents corps à l’encontre de cette résistance plutôt organisée et connectée.

 

Pour aller plus loin:
Ouvrage(s) de référence

MAERTEN, Fabrice. « La résistance en Belgique durant la seconde Guerre mondiale ». Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en    Belgique » organisé le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie ». 17 p.

VAN GEET, Colonel Willy. La gendarmerie sous occupation. Braine-l’Alleud, Éditions J.M Collet, 1992. 203 p.

Article(s)

BAILLY, Michel. « Guerre 40-45, la région de Charleroi sous l’occupation : polices, clandestinités, culture(s) ». https://www.lesoir.be/art/guerre-40-45-v-la-region-de-charleroi-sous-l-occupation_t-19910111-Z03H76.html. Le Soir, mise à jour le 11 janvier 1991, consulté le 11 avril 2022.

BIBLIOTHECA ANDANA. « Brigade blanche ». https://www.bibliotheca-andana.be/?page_id=264924. Mise à jour en 2001, consulté le 11 avril 2022.

MAJERUS, Benoît. « Logiques administratives et persécutions anti-juive, la police bruxelloise et les arresttaions de 1942 ». Bruxelles et la question juive, n.12 (2003). 182-216.

TAMAR, Cachet. « La répression judiciaire allemande en Belgique occupée ». BelgiumWWII,https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/la-repression-judiciaire-allemande-en-belgique-occupee.html. Mise à jour en 2022, consulté le 30 mars 2022.

  1. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 540, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Luttre, n. 1, 4 janvier 1944. []
  2. Ibid, n. 3, 2 octobre 1942 ; ibid, n. 7, 2 février 1944. []
  3. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 533, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Charleroi, n. 183, 29 février 1944. []
  4. Ibid. [] []
  5. Ibid., n. 488, 19 juin 1944. []
  6. Ibid., n. 494, 21 juin 1944. []
  7. Ibid., n. 495, 22 juin 1944 ; Ibid., n. 497, 23 juin 1944 ; Ibid., n. 509, 27 juin 1944. []
  8. Ibid., n. 538, 10 juillet 1944. []
  9. Bibliotheca Andana, « Brigade blanche », collection Jean Philippe Soree, 2001, dispnible ci-contre : https://www.bibliotheca-andana.be/?page_id=264924. []
  10. Ici, je vous renvois au billet de blogue « L’EFFICACITÉ DE LA POLICE » de mon collègue Justin Chauvette. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.