Repérage et analyse de cette résistance #3

Texte écrit par Catherine Chartrand

« Dès l’été 1940, un petit nombre de femmes et d’hommes refusent de se soumettre à la loi de l’occupant. Cet état d’esprit, qui mènera de plus en plus de personnes à la résistance, soit à la lutte organisée contre l’envahisseur et ceux qui le soutiennent […] 1 »

Nous avons analysé la série d’Inventaires Archives générales du Royaume no 684 dans le fonds d’archives de l’Inventaire des archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944) en tenant compte de la résistance belge sous l’occupation allemande. Le sentiment patriotique dans ce pays était déjà présent avant l’envahissement de l’Axe. Il faut savoir que l’insoumission des Belges face à la menace du régime nazisme résultait de valeurs partagées par plusieurs membres de la bourgeoisie belge telles que l’antifascisme et le patriotisme2 . Par conséquent, ces valeurs ont motivé la résistance dès l’invasion des Allemands en 1940. Également, la ténacité de l’armée britannique enthousiasmait ces premiers dissidents à collaborer en fournissant des renseignements et créant des « […] feuillets clandestins […]»2 . Enfin, à la lecture et l’analyse de cette série, nous nous sommes interrogés sur les différents types d’actions commis par les résistants. Autrement dit, quelles sont les diverses actions de résistance posées par les Belges dans la commune de Charleroi sous l’occupation allemande entre 1941 et 1944 à partir de la série d’Inventaires Archives générales du Royaume no 684? D’une part, nous exhiberons les archives étant reconnues comme une résistance dans les rapports de police. D’une autre part, nous les appuierons à l’aide de l’article de Fabrice Maerten.

Les rapports étant liés à la résistance se nommaient des Actes de sabotages, des Rébellions ou encore des Attentats avec des explosifs. Dans plusieurs dossiers comme le 531 et le 536, les actes de sabotages se déroulaient plus particulièrement dans la gare Jumet dans la commune de Charleroi. Dans les rapports de police, nous avons repéré que les dissidents effectuaient des bris et du grabuge dans cette gare. Par exemple, le 30 août 1943, ces derniers ont placé un obstacle sur la voie ferré3. Ce chemin de fer reliait Châtelet et Luttre en passant par la gare Jumet. Les gendarmes ont déduit que l’objectif était de faire dérailler le train partant à 5h10 du matin3. Dans ce même dossier, une autre archive expose un vol de charbon par plusieurs individus dans un wagon. Les policiers et les gendarmes s’étaient rendus sur les lieux à temps. Ces derniers ont fait ramasser les sacs de charbon par quatre des voleurs qui n’avaient pas réussi à s’enfuir4 . Afin de détourner l’attention des autorités, les autres en fuite les ont attaqués avec des pierres. Les policiers et les gendarmes ont tiré sur les quinze résistants4. Cet événement a été qualifié de rébellion avec usage d’armes dans le rapport de police. Un autre rapport semblable au premier exemple se retrouve dans le dossier 536 à la troisième page. En bref, c’est un acte de sabotage au début de l’année 1944 où « […] 177 boyaux de freins […] ont été coupés ou entaillés à des wagons […]5 ». Par conséquent, il y a eu 94 wagons immobilisés. Des événements similaires sont arrivés6.  Respectivement, quatre boyaux ont été coupés de quatre wagons et douze boyaux ont été entaillés à un nombre indéterminé de wagons.

En outre, nous avons recensé des actions avec usage d’explosif à la résidence d’un dénommé René Dandois à Jumet7. Ce dernier possédait un magasin et un atelier d’électricité à même sa demeure. Les explosifs ont été placés en dessous de l’une des fenêtres. Les dommages étaient considérables. Selon le rapport de police, il était supposé que l’objectif fût de nuire à ce Belge fournissant de l’électricité aux Allemands7. Ce type d’action par les dissidents belges n’est pas le seul que nous avons trouvé. Le 29 décembre 1942, les résistants ont composé une lettre de menace à un cultivateur belge. En résumé, ils reprochaient à cet agriculteur de ne pas assez soutenir la population durant cette période de crise et alors, qu’il devrait fournir davantage de vivre. La lettre de menace est signée par un homme se nommant lui-même comme « Le chef d’une organisation secrète ». Il oblige le fermier Gusatve Vranckx à répondre aux demandes précédentes8. Dans le cas contraire, la ferme était menacée d’être incendiée et le cultivateur était menacé de mort.  Par ailleurs, le 21 février 1944, la police relate le vol de 93 feuilles de timbres dans les bureaux administratifs de la commune de Charleroi9.

En corrélation avec ce qui précède, l’article de Fabrice Maerten se nommant La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale évoque l’implication massive des Belges en fournissant des renseignements précieux aux Anglais ou encore en nuisant aux Allemands. Cet historien dénombre que 20 000 Belges se sont « […] impliqués dans les services de renseignements […]10 ». D’ailleurs, la connaissance de ces renseignements à propos des déplacements et du matériel était devenue une source primordiale pour les Britanniques10. Dès l’automne 1940, une résistance s’était développée au sein de la bourgeoisie et ainsi, donnant naissance au Mouvement national belge10. L’objectif de cette organisation était d’effectuer des méthodes de résistance sous toutes les formes. Il y a 15 000 Belges qui s’étaient joints à ce mouvement10 . Au sein de cette organisation, 4 000 de ces membres étaient des techniciens universitaires qui s’en prennent aux réseaux ferroviaires et fluviaux dans le but de bloquer les communications des Allemands11  Également, ces saboteurs du groupe G brimaient les différents moyens d’approvisionnement en énergie tels que le charbon ou l’électricité. Par ailleurs, Maerten expose que la majorité des membres du Mouvement national belge était des hommes entre 20 et 40 ans ce qui coïncide avec les descriptifs des individus dans les rapports de police analysés12.

En somme, l’analyse de ces rapports de police est dans le but de démontrer les types actes de résistance belges sous l’occupation allemande. Celles-ci sont des blocages sur les voies ferrées, des vols de charbons, des dommages aux boyaux de freins, des explosions et des incendies dans des lieux stratégiques, des menaces à des individus qui pourraient favorisés le sort de la population belge ainsi qu’un vol de timbres. Notamment, nous avons recensé plus d’une quinzaine d’archives entre 1941 et 1944 dans la commune de Charleroi en lien avec notre questionnement de départ dans les fonds d’archives numérotés de 531 à 540.

Pour aller plus loin

BAILLY, Michel. « Guerre 40-45, la région de Charleroi sous l’occupation : polices, clandestinités, culture(s) ». https://www.lesoir.be/art/guerre-40-45-v-la-region-de-charleroi-sous-l-occupation_t-19910111-Z03H76.html. Le Soir, mise à jour le 11 janvier 1991, consulté le 11 avril 2022.

BIBLIOTHECA ANDANA. « Brigade blanche ». https://www.bibliotheca-andana.be/?page_id=264924. Mise à jour en 2001, consulté le 11 avril 2022.

Bruxelles, AGR, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type « Modèle 5 » (1941-1944), dossiers 531 à 540.

MAERTEN, Fabrice. « La résistance en Belgique durant la seconde Guerre mondiale ».    Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en    Belgique » organisé le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie ». 17 p.

MAJERUS, Benoît. « Logiques administratives et persécutions anti-juive, la police bruxelloise et les arresttaions de 1942 ». Bruxelles et la question juive, n.12 (2003). 182-216.

VAN GEET, Colonel Willy. La gendarmerie sous occupation. Braine-l’Alleud, Éditions J.M Collet, 1992. 203 p.

TAMAR, Cachet. « La répression judiciaire allemande en Belgique occupée ». BelgiumWWII, https://www.belgiumwwii.be/au-coeur-de-la-belgique-occupee/la-repression-judiciaire-allemande-en-belgique-occupee.html. Mise à jour en 2022, consulté le 30 mars 2022.

 

  1. Fabrice Maerten, « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en Belgique » organisée le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie », p.1. []
  2. Fabrice Maerten, « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en Belgique » organisée le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie », p.1. [] []
  3. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 531, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Jumet, n. 1868, 30 aout 1943. [] []
  4. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 531, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Jumet, n. 26, 10 janvier 1944. [] []
  5. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 536, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 3, 14 janvier 1944. []
  6. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 536, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n.6, 19 janvier 1944 ; n. 12, 1 février 1944. []
  7. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 531, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Jumet, n. 252, 22 février 1944 [] []
  8. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 535, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Fleurus, n. 1080, 29 décembre 1942. []
  9. Archives générales du Royaume, Fonds du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume, dossier 538, rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de la brigade de Luttre, n. 122, 21 février 1944. []
  10. Fabrice Maerten, « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en Belgique » organisée le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie », p.5. [] [] [] []
  11. Fabrice Maerten, « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en Belgique » organisée le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie », p.8. []
  12. Fabrice Maerten, « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Texte d’un exposé lors de la journée d’étude « Résistance en Europe et en Belgique » organisée le 10 novembre 2015 par « Démocratie ou Barbarie », p.10 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.