Introduction: Travail sur un fond d’archives de la police belge sous occupation allemande (1941-1944) #3

Texte écrit par Victor Delair

Le 10 mai 1940, Hitler se décidait à envahir la Belgique, convaincu qu’il devait emprunter cette voix pour supplanter l’armée française par le Nord. En dépit de sa revendication de neutralité réaffirmée un an plus tôt, le Roi Léopold III était contraint de signer une capitulation sans conditions après la Campagne des 18 jours.

Le 28 mai 1940 marque le début de quatre longues années d’occupation pour la Belgique jusqu’aux débarquements alliés de 1944.  Par cet acte de capitulation, le pays s’était fait imposer une administration militaire contrôlée par la Wehrmacht. L’armée allemande avait transformé l’ordre public en démilitarisant la Gendarmerie belge dont sa fonction dépendait du ministère de la Défense nationale pour la transformer en un organe purement administratif et judiciaire rattaché au ministère de l’intérieur. Afin de centraliser son pouvoir et d’assurer son contrôle, l’Allemagne avait choisi de donner du pouvoir à la Police générale du Royaume (PGR) comme organe d’administration, de gestion et de coordination de l’ordre. Cette dernière avait été créée en 1934 et elle peinait à s’imposer afin d’avoir un ordre public collaborationniste.

À sa tête, est nommé le lieutenant-colonel Emiel Van Coppenolle, qui s’investit en tant que chef de la Gendarmerie belge dès 1941. Par conséquent, il était un personnage clef dans la centralisation administrative du maintien de l’ordre. La PGR était devenue alors l’organe principal du maintien de l’ordre dirigeant 10 200 gendarmes et officiers se spécialisant par la même occasion, dans le « […] recueil d’information sur les milieux terroristes […]1 ». Ainsi, la PGR était missionnée de recueillir les comptes rendus des diverses interventions de la gendarmerie et des polices communales à travers le pays nourrissant les données d’un Bureau Statistique mise en place en 1941. Aujourd’hui, cette centralisation des comptes rendus a le mérite de faciliter la compréhension des enjeux qui entourait ce nouvel ordre policier.

Les archives de ces comptes rendus conservés par le ministère de l’Intérieur belge dans les décennies post-1945 présente aujourd’hui une précieuse source d’informations pour saisir les enjeux du travail de la police face aux comportements de la population durant ces dures années. Par conséquent, nous avons décidé de nous concentrer sur un fonds d’archives traitant de la période 1941-1944 présentant plusieurs centaines de procès-verbaux d’événements extraordinaires de type “Modèle 5”. Ce type de rapports était adressé à la PGR, elle-même sous le contrôle de la Wehrmacht durant l’occupation allemande. Ce qui nous aidera pleinement à saisir l’ampleur de la criminalité belge durant cette période à partir des quelques archives qui reste concernant les arrestations de la police.

Lors de notre analyse, nous garderons en tête que ce fond représente seulement 25 à 30% de l’ensemble de ces rapports2 , dont une bonne partie a été détruite due à une mauvaise conservation. Il est également nécessaire de préciser que la portion d’archives ayant été retenue pour mener à bien notre analyse ne concerne que la circonscription de Charleroi. En ce sens, il convient de garder à l’esprit que le cas cette commune et ses environs n’est pas forcément représentatif de l’ensemble du territoire belge quand on sait l’agitation qui rythmait une ville plongée dans la criminalité. Nous saisirons alors à quel point cette criminalité du quotidien s’est déplacée vers des formes nouvelles, apparentée à la résistance3 . En outre, ce travail d’analyse nous permettra à la fois de saisir le travail de la police belge durant ces années d’occupation tout en gardant à l’esprit qu’elle était sous influence allemande, tout en faisant preuve d’agentivité, de convictions et d’intérêts policiers. En effet, que ce soit à travers les multiples actes de sabotages, les incendies volontaires, les attentats, les lettres de menaces ou bien même les assassinats directs de collaborateurs, nous verrons que la résistance belge se faisait de manière très discrète et directe. À cette occasion, nous questionnerons l’efficacité de la police belge sur le terrain, qui, comme nous allons l’observer, peinera à faire régner l’ordre collaborationniste faute de moyens et d’informations.

Liens des articles suivants:

Repérage et analyse de cette résistance #3

Les interprétations des archives policières concernant les mouvements de résistance #3

L’efficacité de la police #3

 

  1. Inventaire des archives du ministère de l’Intérieur. Police générale du royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type « Modèle 5 », 1941-1944, « description du fonds d’archives », https://search.arch.be/fr/rechercher-des-archives/resultats/ead/index/eadid/BE-A0510_722790_803420_FRE. []
  2. Ibid. []
  3. Michel Bailly, « Guerre 40-45, la région de Charleroi sous l’occupation : polices, clandestinités, culture(s) », https://www.lesoir.be/art/guerre-40-45-v-la-region-de-charleroi-sous-l-occupation_t-19910111-Z03H76.html, Le Soir, 1991. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.