Des années décisives, 1943-1944 #2

Texte écrit par Kibar Ibrahim et Miguel Baron

Les années 1943 et 1944 constituent un moment décisif sur l’intensité des formes d’attentats et de manifestation violentes en Belgique. En effet, les rapports de gendarmes belges de cette période mettent en lumière une série de dégâts beaucoup plus conséquents que les années précédentes. Ceci pourrait en partie s’expliquer par des événements extérieurs importants sur le plan mondial qui peut influencer les actes commisses. Ensuite, des cas de 1943 seront expliqués, mais une attention particulière sur l’année 1944 sera apportée vu l’importance des actes commis.

Contexte de la guerre, 1943-1944

Le contexte relatif qui peut influencer les actions qui seront décrites plus tard. Celle-ci peut s’expliquer par deux événements. L’un des événements majeurs qui auraient pu exercer une influence directe est la bataille de Stalingrad qui prit place du 17 juillet 1942 jusqu’au 2 février 1943. Bien qu’elle soit à plusieurs centaines de kilomètres de la Belgique, l’effet de la défaite allemande fut monumental. L’armée allemande n’était plus invincible1 . Cet événement a probablement donné plus de courage aux Belges occupés. Les habitants peuvent donc en profiter pour saboter davantage alors que l’armée allemande est plus faible et doit plus se concentrer sur le front de l’Est. Un deuxièmement événement est le débarquement de Normandie survenu le 6 juin 1944. Peu de temps après le débarquement on constate une hausse des cas de sabotages. En effet, en deux mois, soit du début juin à la fin août, on estime qu’il y eut 493 opérations visant des chemins de fers. La libération qui se fait sentir peut facilement revigorer la résistance belge et ainsi expliquer la hausse des attentats à partir de 19442 . Ces attaques sont revendiquées par un groupe qui se nomme Groupe G et plusieurs autres groupes, mais il est le plus important et sera décrit dans la partie se consacrant à 1944.

Les attentats de 1943

L’année 1943 constitue une année où les incendies sont prédominants. Au mois de septembre 1943, la destruction de récolte devient plus intense. On accuse les fermiers de trahison et de collaboration3 . Certains n’acceptent pas que les Allemands viennent prendre de leur récolte et dans le but de les nuire, ils brûlent ces dites récoltes. Pour illustrer ces propos, les archives belges contiennent des cas de dévastations de récolte, notamment quelques-uns de septembre. Trois cas seront examinés. Dans du 16 septembre 1943, on peut y lire que la veille, des meules de récoltes ont brûlé. Les pertes ne représentent pas moins que « 2 Ha, 40 de froment, 0 Ha, 50 de seigle, 1 Ha, d’orge et 1 Ha, d’avoine »4 . Peu de temps après, soit le 24 septembre 1943, mentionne que le jour même c’est 18 000 kilogrammes de paille qui se fait détruire5 . Dans la même veine, dans le rapport du 14 octobre 1943, c’est « 10.000 ks [sic] de paille de froment, de seigle et d’avoine, battue »6 . Toutes ces céréales peuvent être utiles pour faire des biens alimentaires, donc une perte cette nourriture peut entraîner des répercussions graves pour la logistique allemande qui veut nourrir ces soldats. Les incendies de 1943 tentent de nuire le plus possible au ravitaillement allemand qui réquisitionne des récoltes en Belgique pour ainsi affaiblir l’armée. Les cas présentés démontrent que ce ne sont pas des petites quantités qui sont visées, mais de larges meules qui peuvent être cruciales. Une constante se continue avec l’intervention des gendarmes. Comme en 1942, les gendarmes appliquent la stratégie de non-action. Dans tous les cas présentés, les gendarmes affirment dans leurs rapports qu’aucune personne n’est arrêtée et que l’enquête est ouverte. Bref, l’année 1943 contient beaucoup de destructions de récoltes pour nuire aux Allemands.

Groupe G et les attentats de 1944

Cette section va s’intéresser principalement à une facette de la réalité quotidienne belge sous l’occupation allemande en 1944. Plus précisément, elle va s’attarder sur les moyens et techniques de résistance qui ont été utilisés par le Groupe G, un groupement de la résistance belge. Ce groupe atypique s’est formé au sein d’un segment intéressant de la population, l’élite belge. En effet, il se fonde aux alentours de l’automne 1943 au sein de l’Université libre de Bruxelles et se compose de 4000 membres formés en tant que technicien de talent ou même des professeurs renommés entre autres, et ce, avec le soutien prodigué par les dirigeants belges cantonnés à Londres78 . L’apparition de ce groupe spécial de sabotage suit une tendance qui s’amorce à partir de 1942 suite au parachutage du juriste André Wendelen en coopération avec les services secrets britanniques afin de militer pour le début des actions de sabotage en Belgique8 . Lorsque le mouvement se met en place avec l’argent et le matériel ramené par Wendelen, une politique stratégique de sabotage des axes de communications fluviales, énergétiques et ferroviaires est adoptée8 . Le Groupe G prend une tout autre envergure lorsqu’une alliance avec l’Armée secrète, le mouvement de rébellion le plus garni de la Belgique avec 54000 membres, se met en œuvre9 . L’objectif est donc clair en 1944 en Belgique, il faut bloquer par tous les moyens possibles les moyens de transmissions de l’armée occupante allemande9 . Les zones des sabotages fluctuent entre le Hainaut, le Brabant wallon et la province de Liège. Le Groupe G a même réussi en janvier 1944 à rendre obsolète une trentaine de pylônes à haute tension10 . L’objectif de ce travail étant d’analyser un échantillon des archives policières, une similitude a été trouvée entre certains actes de sabotages concernant des pylônes à haute tension, le paragraphe suivant va donc essayer de démontrer cette corrélation en s’appuyant sur les archives en notre possession.

Sabotage de 1944

Le premier acte de sabotage est relevé le 3 juin 1944 et cette source provient du poste IX de Gosselies qui est lui-même incorporé dans la brigade de Charleroi et plus précisément dans le district de Jumet11  . L’adjudant Levent, le commandant de la brigade, nous indique que lors de la nuit du 2 au 3 juin 1944, donc trois jours exactement avant le Débarquement de Normandie, des individus non identifiés s’en seraient pris aux quatre pieds d’un pylône à haute tension appartenant à la société Elextricité du Bassin de Charleroi11 . L’adjudant Levent continue son rapport en affirmant que la distance entre toute habitation et le pylône fait en sorte qu’il n’y a aucun témoin de la scène et déclare officiellement que c’est un acte de sabotage. De plus, l’inaction de la police est à souligner, car le commandant de la brigade classe l’affaire sans suite. Il est possible de supposer que le sabotage en question fut éventuellement causé par le groupe G étant donné que les attaques sur les pylônes à haute tension sont une spécialité dans leur domaine d’action. Le deuxième acte de sabotage relevé est celui qui prend place dans la nuit du 9 au 10 juin 194412  . Il révèle qu’à Viesville, en périphérie de Gosselies, un contingent de 25 hommes fait exploser le pont du chemin de fer de la ligne Chatelineau-Luttre13 . Ce pont constitue une connexion entre la capitale et Charleroi et était en réparation à cause d’une attaque subie un mois plus tôt. Le fait le plus étonnant de ce rapport est que 3 gendarmes avaient été placés à cet endroit sous ordre de l’armée occupante et que, sans grande explication, ils se sont fait désarmer sans aucun heurt ni blessure pour aucune des parties concernées. L’adjudant Levent relate qu’aucune action supplémentaire n’est prise par les forces de l’ordre. Bref, encore une fois, les probabilités que cette attaque ait été commise par le Groupe G sont fortement concevables.

Conclusion

Pour conclure ce billet, il est important de souligner les changements dans les types de procédés de sabotage. En effet, en 1943, la tendance penche plus pour les incendies malveillants envers les ravitaillements utilisés par l’armée allemande. Cependant en 1944, les groupes de résistances optent pour les sabotages stratégiques des lignes ferroviaires, de communications et d’énergies.

Pour aller plus loin

Bruxelles, Archive générales du Royaume, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944), dossiers 531 à 540. Ministère de l’Intérieur. Police générale du Royaume. Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type Modèle 5 (arch.be). (Page consultée le 15 mars 2022)

Colignon Alain. « Forte augmentation des sabotages », Belgium WWII [En ligne]. https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/forte-augmentation-des-sabotages.html. (Page consulté le 22 mars 2022).

De Vos, Luc. La Belgique et la Seconde guerre mondiale, Bruxelles, Éditions Racine, 2004, 355 p.

Maerten, Fabrice. « Groupe G », Belgium WWIII [En ligne]. https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/groupe-g.html. (Page consultée le 3 avril 2022).

Maerten, Fabrice. « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Démocratie ou Barbarie [En ligne]. http://www.democratieoubarbarie.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=87989357aecf17d0004450ff04bdab26cbf03ad5&file=fileadmin/sites/dob/upload/dob_super_editor/dob_editor/documents/Dossiers_pedagogiques/Resistance/Colloque_du_10_novembre/La_Resistance_en_Belgique_durant_la_Seconde_Guerre_mondialeTexte.pdf. (Page consultée le 4 avril 2022)

Van Geet, Colonel Willy. La gendarmerie sous l’occupation, Braine, Éditions J.M. Collet, 1992, 203 p.

  1. Luc De Vos, La Belgique et la Seconde guerre mondiale, Bruxelles, Éditions Racine, 2004, p. 149. []
  2. Alain Colignon, « Forte augmentation des sabotages », Belgium WWII [En ligne]. https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/forte-augmentation-des-sabotages.html, (Page consultée le 22 mars 2022). []
  3. Colonel Willy Van Geet, La gendarmerie sous l’occupation, Braine, Éditions J.M. Collet, 1992, p. 139. []
  4. Bruxelles, Archives générales du Royaume, Archives du Ministère de l’Intérieur : Police générale du Royaume : Rapports et comptes rendus d’événements extraordinaires de type “Modèle 5” (1941-1944), Dossier 537, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n°744, 16 septembre 1943 []
  5. Ibid., Dossier 537, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n° 771, 24 septembre 1943. []
  6. Ibid., Dossier 537, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n° 763, 14 octobre 1943. []
  7. Fabrice Maerten, « La résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale », Démocratie ou Barbarie [En ligne], []
  8. Fabrice Maerten, « Groupe G », Belgium WWIII [En ligne], https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/groupe-g.html. (Page consultée le 3 avril 2022). [] [] []
  9. Fabrice Maerten, « Groupe G », Belgium WWIII [En ligne], https://www.belgiumwwii.be/belgique-en-guerre/articles/groupe-g.html. (Page consultée le 3 avril 2022). [] []
  10. Fabrice Maerten, « Groupe G », loc. cit. []
  11. Bruxelles, Archives générales du Royaume, loc. cit., Dossier 533, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n° 457, 6 juin 1944. [] []
  12. Ibid., Dossier 533, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n° 488, 13 juin 1944 []
  13. bid., Dossier 533, rapport d’événement de la brigade de gendarmerie de Jumet, n° 488, 13 juin 1944 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.